MAINE DE BIRAN (1766-1824)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La philosophie de Maine de Biran

Biran ne remet pas en question le refus de l'innéisme. Mais il constate que dans je sens, le je qui s'affirme sentant est un sujet actif dont aucune genèse ne peut rendre compte à partir des sensations passives liées au monde des objets. La conscience du moi relève d'un « sens intime » qui s'éveille avec le « sentiment de l'effort moteur volontaire » ; ainsi, je veux lever le bras : l'initiative vient de moi (volonté) et elle provoque un mouvement dans mon corps (motricité). De là, deux « vies » : la vie animale, essentiellement passive, celle des sensations, appétits, instincts, des rêves pendant le sommeil, des automatismes pendant la veille, vie que nous dirions sub-consciente ; la vie humaine, essentiellement active, celle du sujet qui prend les initiatives, mais d'un sujet non séparé de son corps, puisque ses initiatives déclenchent des mouvements ; mon corps est donc, en tant que corps, objet donné par les sens externes et étudié par les sciences de la nature, en tant que mien, il est connu de l'intérieur et participe à la subjectivité.

La science de l'homme, comme la physique, ignore la substance : mais, au niveau des phénomènes, elle retrouve la causalité. Quand je veux lever le bras, ma volonté est cause, mon mouvement effet. Ainsi, la psychologie ne peut être construite sur le modèle de la physique. Mais une difficulté surgit : mon moi, principe causal, que devient-il quand je dors, quand je suis évanoui ? Il ne disparaît pas puisqu'il reviendra. Biran doit poser, sous-jacente aux intermittences du moi, une âme permanente qui remplit l'office de l'ancienne substance. De l'agnosticisme positiviste, il garde l'idée que nous ne connaissons pas l'essence de cette âme ; avec cette réserve : nous croyons à son existence. Le mot croyance n'a pas ici un sens religieux. Disons en gros : l'assurance que tel objet qui est sous mes yeux [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à la Sorbonne, membre de l'Académie française et de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification


Autres références

«  MAINE DE BIRAN (1766-1824)  » est également traité dans :

AMIEL HENRI-FRÉDÉRIC (1821-1881)

  • Écrit par 
  • Pierre PACHET
  •  • 2 440 mots

Dans le chapitre « L'écriture des jours »  : […] Amiel commence en 1838, à dix-sept ans, à tenir le journal de ses pensées, sur un carnet. C'est d'ailleurs, en un sens, de l'invention du cahier, du carnet, autrement dit du livre personnel et portatif, qu'il faudrait dater la naissance du Journal intime, aussi bien chez Maine de Biran, qui avait utilisé le « mémorial horaire ou thermomètre d'emploi du temps et biomètre » (Amiel parlera en 1848 de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-frederic-amiel/#i_32565

CARTÉSIANISME

  • Écrit par 
  • Pierre GUENANCIA
  •  • 1 862 mots

Dans le chapitre « La « révolution » cartésienne et ses suites »  : […] La première vague du cartésianisme est assurément celle que forment des disciples fortement impressionnés par la puissance de cette méthode nouvelle comme par la netteté des distinctions conceptuelles entre les choses de nature corporelle et celles de nature intellectuelle. Mais cette reconnaissance ne signifie pas une adhésion sans réserve, attitude qui serait contraire à l'esprit de la philosoph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cartesianisme/#i_32565

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de l'information »  : […] Aristote domine le courant des doctrines de l'information ou de l'« âme informante » : ce courant commence d'ailleurs avec lui pour être repris et christianisé par Thomas d'Aquin au Moyen Âge ; il est retrouvé au xix e  siècle, sur le mode expérimental, par Maine de Biran et Bergson, et se voit confirmé aujourd'hui par des représentants de la biologie moderne, au moins quant à la constitution de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_32565

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 218 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Connaissance clinique et psychologie »  : […] Interrogeons-nous d'abord non pas sur les modes d'action du clinicien, mais sur le mode de connaissance que cette pratique constitue. La psychologie clinique, qui en droit comme en fait peut fort bien s'appliquer à l'étude des sujets réputés normaux – et qu'il ne faut donc pas identifier à la psycho-pathologie –, n'en a pas moins une origine médicale. Si, d'un certain point de vue, elle apparaît c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie/#i_32565

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri GOUHIER, « MAINE DE BIRAN (1766-1824) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maine-de-biran/