Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MAINE DE BIRAN (1766-1824)

La philosophie de Maine de Biran

Biran ne remet pas en question le refus de l' innéisme. Mais il constate que dans je sens, le je qui s'affirme sentant est un sujet actif dont aucune genèse ne peut rendre compte à partir des sensations passives liées au monde des objets. La conscience du moi relève d'un « sens intime » qui s'éveille avec le « sentiment de l'effort moteur volontaire » ; ainsi, je veux lever le bras : l'initiative vient de moi (volonté) et elle provoque un mouvement dans mon corps (motricité). De là, deux « vies » : la vie animale, essentiellement passive, celle des sensations, appétits, instincts, des rêves pendant le sommeil, des automatismes pendant la veille, vie que nous dirions sub-consciente ; la vie humaine, essentiellement active, celle du sujet qui prend les initiatives, mais d'un sujet non séparé de son corps, puisque ses initiatives déclenchent des mouvements ; mon corps est donc, en tant que corps, objet donné par les sens externes et étudié par les sciences de la nature, en tant que mien, il est connu de l'intérieur et participe à la subjectivité.

La science de l'homme, comme la physique, ignore la substance : mais, au niveau des phénomènes, elle retrouve la causalité. Quand je veux lever le bras, ma volonté est cause, mon mouvement effet. Ainsi, la psychologie ne peut être construite sur le modèle de la physique. Mais une difficulté surgit : mon moi, principe causal, que devient-il quand je dors, quand je suis évanoui ? Il ne disparaît pas puisqu'il reviendra. Biran doit poser, sous-jacente aux intermittences du moi, une âme permanente qui remplit l'office de l'ancienne substance. De l'agnosticisme positiviste, il garde l'idée que nous ne connaissons pas l'essence de cette âme ; avec cette réserve : nous croyons à son existence. Le mot croyance n'a pas ici un sens religieux. Disons en gros : l'assurance que tel objet qui est sous mes yeux existe double la connaissance que j'ai de ses propriétés, de sa forme, de ses couleurs, etc., mais elle en est radicalement différente. C'est pour distinguer cette assurance de la connaissance donnée par les sens et l'entendement que Maine de Biran l'appelle croyance. L'affirmation : j'existe pose le jeau-delà des états de conscience qui en sont la manifestation.

Biran admettra toujours que la raison ne peut démontrer l'existence de Dieu. Mais, ici encore, il faut tenir compte des faits. Hypersensible aux moindres variations de température, aux changements atmosphériques, de santé délicate, ce philosophe de la volonté expérimente surtout la carence de la sienne. Entre quarante-cinq et cinquante ans, il constate qu'il y a loin de la science de l'homme à la sagesse : le moi de la vie humaine est pratiquement sans pouvoir ; il faut donc revenir à la solution de Pascal. Mais, dans la perspective prépositiviste, celle-ci n'est concevable que dans le cas où des faits l'imposeraient. Or, le journal des dernières années décrit les états, rares et éphémères, où l'âme se sent comme libérée de la pesanteur du corps : paix, douceur, lumière... cette mystérieuse béatitude ne s'explique pas au niveau de la vie humaine, car elle apparaît et disparaît indépendamment de la volonté ; s'expliquerait-elle au niveau de la vie animale, signifiant mens sana in corpore sano ? Un organisme malade, prématurément vieilli, rend l'hypothèse douteuse. Ne serait-ce pas alors la grâce ? Dans une science de l'homme intégral, Maine de Biran ajoute une troisième « vie » : la vie de l'esprit, de l'âme sous l'action de l'Esprit qui souffle où il veut.

Cette recherche se déroule dans une suite de mémoires académiques : Comment doit-on décomposer la faculté de penser ? (Institut de France, 1805), De l'aperception[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à la Sorbonne, membre de l'Académie française et de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification

Pour citer cet article

Henri GOUHIER. MAINE DE BIRAN (1766-1824) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMIEL HENRI-FRÉDÉRIC (1821-1881)

    • Écrit par Pierre PACHET
    • 2 445 mots
    ...Journal, ce sont des mémoires ; pour Goethe ou Baader, ce sont des carnets d'étude ; pour Lavater, c'est un confessionnal et un oratoire. » Le Journal de Maine de Biran lui est recommandé en 1857 par Ernest Naville, son prédécesseur à la chaire d'histoire de la philosophie, qui en avait publié une partie...
  • CARTÉSIANISME

    • Écrit par Pierre GUENANCIA
    • 1 862 mots
    ...ontologique, le caractère intellectuel de l'idée, etc.), un philosophe français lié aux idéologues et lecteur attentif des écrits médicaux de son époque, Maine de Biran (1766-1824), reconnaît dans le cogito cartésien la formulation abstraite de ce qu'il considère comme le fait primitif, découvert par le...
  • CORPS (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 102 mots
    ...par Emmanuel Kant (1724-1804). Une montre ne se répare pas elle-même comme en sont capables les corps, elle ne se reproduit pas. Au siècle suivant, Pierre Maine de Biran (1766-1824) poursuit cette critique en se livrant à une relecture originale de Descartes. « Je pense » signifierait en réalité «...
  • MORT - Les interrogations philosophiques

    • Écrit par René HABACHI
    • 7 550 mots
    Au xixe siècle, le réalisme de la position aristotélicienne réapparaît par de nouvelles voies. Maine de Biran, parti du sensualisme de Condillac, est amené, par fidélité à son expérience vécue, à affirmer l'existence du moi comme une « force hyperorganique » manifestée par le sens...

Voir aussi