MAINE DE BIRAN (1766-1824)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un projet « prépositiviste »

Maine de Biran a beaucoup écrit. Mais il a peu publié : un seul livre, Influence de l'habitude sur la faculté de penser (1802), puis un petit ouvrage de cent vingt pages, Examen des leçons de philosophie de M. Laromiguière (1817) et, en 1819, l'article « Leibniz » pour la Biographie universelle de J. et L. C. Michaud. Cela représente un tome et demi dans les quatorze de l'édition Tisserand qui, pourtant, est loin de reproduire tous les manuscrits actuellement conservés. Biran a passé sa vie à écrire le même livre qu'en définitive il n'a pas écrit.

Les historiens du xviiie siècle littéraire ont créé l'étiquette « préromantisme » ; parallèlement, ceux de la philosophie pourraient appeler « prépositivisme » une mentalité dont les évidences fondamentales sont les suivantes :

– il n'y a point d'idées innées : rien n'entre dans l'esprit si ce n'est par les sens ; les opérations les plus complexes s'expliquent par des transformations et des combinaisons de sensations ;

– la connaissance ne porte que sur les phénomènes, sur les choses telles qu'elles apparaissent : notre entendement n'atteint ni les substances ni les causes ; expliquer consiste à établir des lois par une méthode strictement expérimentale ;

– la science est agnostique : le physicien ne s'occupe plus de la substance matérielle, ni le physiologiste de la substance vitale ; de même, l'âme et Dieu sont des notions inaccessibles : la métaphysique perd son objet ;

– le tour de l'homme arrive : la tâche du temps présent est de fonder la science de l'homme moral et social, de sorte que l'éthique et la politique seront à cette science ce que sont l'hygiène et la médecine par rapport à la biologie.

Tel est le point de départ de Maine de Biran. Dans cette promesse prépositiviste d'un art de vivre scientifiquement fondé, sa culture humaniste l'invite à reconnaître l'idéal de la sagesse antique [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à la Sorbonne, membre de l'Académie française et de l'Académie des sciences morales et politiques

Classification


Autres références

«  MAINE DE BIRAN (1766-1824)  » est également traité dans :

AMIEL HENRI-FRÉDÉRIC (1821-1881)

  • Écrit par 
  • Pierre PACHET
  •  • 2 440 mots

Dans le chapitre « L'écriture des jours »  : […] Amiel commence en 1838, à dix-sept ans, à tenir le journal de ses pensées, sur un carnet. C'est d'ailleurs, en un sens, de l'invention du cahier, du carnet, autrement dit du livre personnel et portatif, qu'il faudrait dater la naissance du Journal intime, aussi bien chez Maine de Biran, qui avait utilisé le « mémorial horaire ou thermomètre d'emploi du temps et biomètre » (Amiel parlera en 1848 de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-frederic-amiel/#i_32565

CARTÉSIANISME

  • Écrit par 
  • Pierre GUENANCIA
  •  • 1 862 mots

Dans le chapitre « La « révolution » cartésienne et ses suites »  : […] La première vague du cartésianisme est assurément celle que forment des disciples fortement impressionnés par la puissance de cette méthode nouvelle comme par la netteté des distinctions conceptuelles entre les choses de nature corporelle et celles de nature intellectuelle. Mais cette reconnaissance ne signifie pas une adhésion sans réserve, attitude qui serait contraire à l'esprit de la philosoph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cartesianisme/#i_32565

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de l'information »  : […] Aristote domine le courant des doctrines de l'information ou de l'« âme informante » : ce courant commence d'ailleurs avec lui pour être repris et christianisé par Thomas d'Aquin au Moyen Âge ; il est retrouvé au xix e  siècle, sur le mode expérimental, par Maine de Biran et Bergson, et se voit confirmé aujourd'hui par des représentants de la biologie moderne, au moins quant à la constitution de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_32565

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 218 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Connaissance clinique et psychologie »  : […] Interrogeons-nous d'abord non pas sur les modes d'action du clinicien, mais sur le mode de connaissance que cette pratique constitue. La psychologie clinique, qui en droit comme en fait peut fort bien s'appliquer à l'étude des sujets réputés normaux – et qu'il ne faut donc pas identifier à la psycho-pathologie –, n'en a pas moins une origine médicale. Si, d'un certain point de vue, elle apparaît c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie/#i_32565

Pour citer l’article

Henri GOUHIER, « MAINE DE BIRAN (1766-1824) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maine-de-biran/