TEYTE MAGGIE (1888-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La soprano anglaise Maggie Teyte est considérée comme l'une des plus grandes interprètes de mélodies françaises du xxe siècle.

Margaret Tate naît le 17 avril 1888, à Wolverhampton, non loin de Birmingham. Dès son plus jeune âge, elle prend des cours au Royal College of Music de Londres, avant de venir à Paris, en 1903, pour étudier le chant auprès de Jean de Reszké. Elle donne son premier concert en 1906, lors d'un festival Mozart organisé par Reynaldo Hahn et Lilli Lehmann, avant de faire ses débuts sur scène en 1907, à l'Opéra de Monte-Carlo. La chance lui sourit en 1908, lorsque Claude Debussy la choisit pour remplacer Mary Garden dans le rôle de Mélisande lors d'une représentation de Pelléas et Mélisande à Paris. Maggie Teyte rencontre un succès immédiat et, selon l'avis d'un grand nombre, surpasse Mary Garden dans ce rôle. La soprano se produit par la suite en récital à Paris, avec Debussy l'accompagnant au piano. Elle collabore également avec diverses institutions britanniques, au rang desquelles la Beecham Opera Company, la British National Opera Company et le Covent Garden de Londres, ainsi que de multiples troupes étrangères, comme la Chicago Opera Company, la Boston Opera Company, le Metropolitan Opera de New York et l'Opéra-Comique de Paris.

L'enregistrement, en 1936, des Trois Chansons de Bilitis, de Debussy, où elle est accompagnée au piano par Alfred Cortot, place Maggie Teyte sur le devant de la scène internationale et en fait l'une des grandes interprètes de mélodies. Suit en 1940 un disque de mélodies françaises allant d'Hector Berlioz à Debussy et Ravel, accompagnées au piano – par Gerald Moore, notamment – ou à l'orchestre. Maggie Teyte fait ses adieux à la scène lyrique en 1951, dans le rôle de Belinda, lors des représentations de Didon et Énée de Purcell données au Mermaid Theatre de Londres, au côté de Kirsten Flagstad incarnant Didon. Elle donne son dernier concert au Royal Festival Hall de Londres en 1955. Nommée Dame de l'Empire britannique en 1958, Maggie Teyte meurt le 26 mai 1976, à Londres. Elle laisse une autobiographie, Star on the Door (Putnam, Londres, 1958, rééd. Arno Press, New York, 1977).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« TEYTE MAGGIE - (1888-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maggie-teyte/