FLAGSTAD KIRSTEN (1895-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'essor d'une grande carrière tient parfois à peu de choses. Si le destin ne s'en était pas mêlé, l'une des plus belles voix du xxe siècle n'aurait en effet pas réussi, après un parcours obscur, à franchir les frontières de sa Norvège natale. Venue tardivement sur les grandes scènes internationales, la soprano Kirsten Flagstad est l'incarnation même d'un âge d'or du chant wagnérien qui aujourd'hui semble, hélas, révolu.

Une étoile est née

Kirsten Målfrid Flagstad naît le 12 juillet 1895 à Hamar, petite ville du comté de Hedmark, en Norvège. Son père, Michael Flagstad (1869-1930) est altiste et chef d'orchestre. Sa mère, Marie Flagstad-Johnsrud, est pianiste et répétitrice de chœurs. Dès l'âge de douze ans, Kirsten connaît par cœur les rôles d'Aïda et d'Elsa (Lohengrin de Wagner), mais ses parents la destinent au piano. À l'âge de seize ans, elle commence véritablement à s'initier au chant, d'abord sous la houlette maternelle, ensuite en se perfectionnant auprès d'Ellen Schytte-Jacobsen à Oslo.

Le 12 décembre 1913, elle fait ses débuts sur les planches au Nationalteatret d'Oslo, dans le rôle de Nuri (Tiefland, d'Eugen D'Albert). Elle achève ses études de chant, avec Albert Westwang à Oslo et Gillis Bratt à Stockholm. Jusqu'en 1933, elle ne va guère se produire qu'en Scandinavie – sans attirer particulièrement l'attention –, dans des opéras, des opérettes, des comédies musicales et même des revues ! De 1919 à 1921, elle appartient à la troupe de l'éphémère Opéra-Comique d'Oslo, qui a été fondé en 1918. Le Théâtre municipal de Göteborg l'accueille de 1928 à 1932. Cet épisode de sa vie permet cependant à Kirsten Flagstad d'acquérir une présence scénique et, surtout, tout en ménageant sa voix, de se forger un répertoire aussi vaste que varié, des atouts qui se révéleront par la suite précieux. C'est ainsi qu'elle incarne Germaine dans Les Cloches de Corneville de Robert Planquette (1914), Rosalinde dans La Chauve-souris de Johann Strauss (1915), Ores [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « FLAGSTAD KIRSTEN - (1895-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kirsten-flagstad/