CHILDS LUCINDA (1940-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Américaine Lucinda Childs est l'une des chorégraphes qui a introduit l'esthétique postmoderne dans la danse. Elle est l'inventeur d'un style, la danse répétitive, qui consiste à reprendre un même enchaînement de mouvements plusieurs fois tout en y introduisant d'infimes variations. De ce fait, ses œuvres sont composées comme de véritables « suites » mathématiques et ont un caractère hypnotique pour le regard du spectateur.

Une grande figure de la danse d'aujourd'hui

Lucinda Childs sidéra le public français, un soir d'été 1976 dans la cour d'honneur du palais des Papes : elle y dansait dans l'œuvre culte de Robert Wilson, Einstein on the Beach, moment fuyant de passion et défi à l'éternel. Depuis lors, la plus européenne des chorégraphes américaines revient souvent en France, son deuxième port d'attache. Elle fut tour à tour invitée par Noureev à l'Opéra de Paris, puis par le festival d'Automne et, enfin, le festival d'Avignon (1995) pour y créer, cette fois, ses propres chorégraphies et retrouver Robert Wilson dans des créations majeures comme I was sitting on my patio (1977) ou La Maladie de la mort de Marguerite Duras, avec Michel Piccoli (1997).

Lucinda Childs

Lucinda Childs

photographie

Lucinda Childs lors de sa première venue au festival d'Avignon en 1976, dans le célèbre «Einstein on The Beach» de Robert Wilson: une histoire d'amour avec la France qui allait se confirmer au cours de sa carrière. 

Crédits : M. Kalter/ AKG

Afficher

Sa longue silhouette lumineuse, comme suspendue au milieu du temps, est à l'image de ses chorégraphies : une splendeur de la scène et une logique inéluctable de la danse. Son corps sans tension ni poids a la même candeur gelée et impérieuse que la courbe impénétrable de sa gestuelle qui suscite une dilution illimitée de l'espace.

Pourtant, celle qui aujourd'hui reste la figure de la danse minimaliste dans le monde entier, qui expose ses dessins dans les galeries les plus cotées de New York ou construit de fines chorégraphies pour de prestigieux opéras – comme « La Danse des sept voiles » pour la Salomé de Richard Strauss, mise en scène par Luc Bondy au festival de Salzbourg (1992), ou Don Carlos de Verdi au Théâtre du Châtelet (1996) –, ne se destinait pas précisément à la danse.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHILDS LUCINDA (1940- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 652 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La rupture postmoderne aux États-Unis »  : […] gravité sur les mouvements de la marche le long de parois verticales d'immeubles et l'effet produit par l'accumulation de mouvements, tandis que Lucinda Childs s'intéresse à leur répétition. Steeve Paxton invente une nouvelle technique, le contact improvisation, fondé sur le contact des corps à l'exclusion des mains. Cette technique occupe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_34675

LA MALADIE DE LA MORT (M. Duras)

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURIN
  •  • 1 319 mots

, incarnation du séducteur, ici dans le rôle d'un homosexuel qui paie une femme pour connaître son corps, et une danseuse-chorégraphe, Lucinda Childs, collaboratrice de Wilson depuis le milieu des années 1970 et rompue au formalisme de son vocabulaire. Sont aussi rapprochés, de manière plus singulière, deux univers autonomes jusqu'à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-maladie-de-la-mort/#i_34675

Voir aussi

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « CHILDS LUCINDA (1940-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucinda-childs/