ARMSTRONG LOUIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Billie Holiday et Louis Armstrong

Billie Holiday et Louis Armstrong
Crédits : Hulton Getty

photographie

Louis Armstrong

Louis Armstrong
Crédits : Hulton Getty

photographie


Caractéristiques de son art

Si l'on excepte les années d'enfance et d'adolescence (1901-1918), la vie de Louis Armstrong – engagements, disques, tournées – se soumet presque entièrement à sa carrière, à son itinéraire musical. Il est donc licite de recenser les données principales de sa musique avant même de suivre sa biographie.

Instrumentiste – d'abord au cornet à pistons, puis, à partir de la fin des années vingt, à la trompette – Louis Armstrong apparaît, dans l'histoire du jazz, comme le premier soliste véritable : avant lui, en effet, les formations se vouaient essentiellement à une polyphonie improvisée. Si, dans les groupes auxquels il appartient, la musique se recentre autour de lui, c'est qu'il en impose, tout d'abord, par une virtuosité sans précédent (tout au moins jusqu'en 1934, époque où ses lèvres blessées le contraindront à un jeu plus décanté).

Mais c'est qu'Armstrong, aussi, affirme très rapidement un langage personnel, plus complet et plus complexe que celui des jazzmen de son temps, et que sert, en outre, une sonorité demeurée, aujourd'hui encore, absolument unique, sonorité ample, éclatante et majestueuse, dont le grain serré n'est jamais rompu par les inflexions incisives et l'expressivité fervente qui la mettent en œuvre : Armstrong, par exemple, n'utilisera jamais de procédés extérieurs, comme la sourdine wa wa dont certains trompettistes qui lui sont contemporains – « Bubber » Miley, entre autres – devaient user de manière si savoureuse.

Ainsi Louis Armstrong fait-il rapidement éclater les données du jeu Nouvelle-Orléans dont il procède cependant : la puissance de son tempérament lyrique lui permet d'user, avec une liberté toute nouvelle, du répertoire exécuté, soit qu'il transfigure un thème par quelque éblouissante paraphrase, soit qu'il le recrée, le dote d'une intensité dont il était initialement dépourvu, en se bornant à en décaler quelques notes et à l'épurer.

Gagnant en liberté mélodique, le discours improvisé gagne aussi en liberté rythmique : au [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARMSTRONG LOUIS (1901-1971)  » est également traité dans :

ARMSTRONG LOUIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 710 mots

4 août 1901 Louis Armstrong naît à La Nouvelle-Orléans. Plusieurs autres dates ont été avancées, parmi lesquelles le 4 juillet 1900, jour de la fête nationale américaine (Independence Day) ; la date du 4 août 1901 semble désormais avérée.1913-1914 À […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armstrong-reperes-chronologiques/

WEST END BLUES (L. Armstrong)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 247 mots

Louis Armstrong naît avec le jazz, qui s'invente dans les rues de sa ville natale, La Nouvelle-Orléans. Premier véritable soliste de son histoire, il montre dès ses débuts un exceptionnel génie pour l'improvisation. La noblesse d'un phrasé impérial, l'éclat et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/west-end-blues/#i_4738

Dippermouth Blues, OLIVER ("King")

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 782 mots

Comme beaucoup d'autres musiciens, Joe «King» Oliver (1884 ou 1885-1938) quitte en 1919 sa ville natale, La Nouvelle-Orléans, berceau du jazz, à la suite de la fermeture des établissements de Storyville, le quartier des bars et des boîtes de nuit. C'est à Chicago que les membres de son orchestre, le Creole Jazz Band, tous de talentueux instrumentistes également originaires de La Nouvelle-Orléans, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dippermouth-blues-oliver-king/#i_4738

DIXIELAND

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 075 mots

Style de jazz traditionnel, à la croisée des influences des fanfares et du blues, souvent attribué aux pionniers de La Nouvelle-Orléans, le dixieland est parfois distingué du style New Orleans proprement dit pour ne faire alors référence qu'aux styles affinés durant les années 1920 par les musiciens de Chicago. Le terme est également associé au style renouant avec le jazz traditionnel dans les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dixieland/#i_4738

HINES EARL (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

On l'appelait « Fatha », de l'anglais father (père), tant son influence a été considérable sur tout ce qui compte en matière de piano jazz. Et pourtant les grands quotidiens n'ont pas soufflé mot de sa disparition. Earl Kenneth Hines naît le 28 décembre 1905 à Duquesne (Pensylvanie) dans une famille de musiciens : son père joue du cornet dans l'Eureka Brass Band, sa mère est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/earl-hines/#i_4738

JOHNSON BUNK (1889-1949)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 417 mots

Le trompettiste, cornettiste et chef d'orchestre américain Bunk Johnson, un des premiers musiciens de jazz, est aussi un des acteurs du retour du jazz traditionnel sur le devant de la scène dans les années 1940. Willie Gary Johnson prétendait être né en 1879, avoir joué avec le légendaire Buddy Bolden et avoir appris le cornet au jeune Louis Armstrong. Il est désormais vraisemblable qu'il est né e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bunk-johnson/#i_4738

NEW ORLEANS ou NOUVELLE-ORLÉANS STYLE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHAUTEMPS
  •  • 916 mots

Dans le chapitre « Le langage New Orleans »  : […] Une des principales caractéristiques du style Nouvelle-Orléans est la polyphonie permanente : les musiciens jouent et improvisent, tous ensemble, du début à la fin du morceau. Il n'y a pas de solo, sauf dans les breaks*, qui dépassent rarement deux ou quatre mesures. L'orchestre idéal doit sonner comme un seul instrument ; pour atteindre à un tel équilibre, les règles du style traditionnel sont st […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-orleans-nouvelle-orleans/#i_4738

SMITH ELIZABETH dite BESSIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 630 mots

15 avril 1894 (ou 1895 ?) Elizabeth (Bessie) Smith naît à Chattanooga, dans le Tennessee. 1912-1920 Ma Rainey – la « mère du blues » – la prend sous son aile ; Bessie Smith se produit dans des spectacles itinérants, les minstrel shows, participe à de nombreux spectacles et revues dans le Sud, le Middle West et la côte Ouest et finit par conqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/smith-reperes-chronologiques/#i_4738

Sobbin'Hearted blues, SMITH (Bessie)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 262 mots

Bessie Smith commence sa carrière dans les minstrel shows et la poursuit dans les revues après la Seconde Guerre mondiale. Jusqu'à la crise de 1929, elle est la plus grande chanteuse de blues en activité, vendant dix millions de disques enregistrés entre autres aux côtés de Coleman Hawkins, de Louis Armstrong et de Fletcher Henderson. Faisant le lien entre l'interprétation du blues rural des origi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sobbin-hearted-blues-smith-bessie/#i_4738

St Louis Blues, ARMSTRONG (Louis)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 561 mots

Louis Armstrong (1901-1971) a révolutionné l'histoire du jazz en contribuant largement à transformer le contrepoint improvisé, hérité de la musique de parade de La Nouvelle-Orléans, en une musique plus organisée. Avec lui, le soliste se détachera de la masse orchestrale, faisant ainsi entendre distinctement son art. Louis Armstrong quitte en 1924 le Creole Jazz Band de Joe «King» Oliver, établi à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/st-louis-blues-armstrong-louis/#i_4738

Pour citer l’article

Michel-Claude JALARD, « ARMSTRONG LOUIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-armstrong/