HINES EARL (1905-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On l'appelait « Fatha », de l'anglais father (père), tant son influence a été considérable sur tout ce qui compte en matière de piano jazz. Et pourtant les grands quotidiens n'ont pas soufflé mot de sa disparition. Earl Kenneth Hines naît le 28 décembre 1905 à Duquesne (Pensylvanie) dans une famille de musiciens : son père joue du cornet dans l'Eureka Brass Band, sa mère est organiste, sa sœur professeur de musique, son frère pianiste. S'il semble d'abord séduit par la trompette, il se tourne dès ses neuf ans vers le piano, qu'il étudie, avec l'intention de devenir un concertiste classique, à la Schenley High School de sa ville natale. Mais le jazz, très vite, le détourne de cette voie toute tracée. Hines hante, âgé à peine de treize ans, les cabarets de Pittsburgh et fait ses premiers pas publics en s'inspirant du style de pianistes locaux comme Jim Fellman ou Johnny Waters. On commence à le remarquer alors qu'il accompagne le chanteur Lois Deppe. C'est à la suite de ce dernier qu'il arrive à Chicago (1922) et se fait un nom à l'Elite, à l'Entertainer's Cafe, au Vendome Theater. Il est engagé par Caroll Dickerson. En 1927, date capitale, Louis Armstrong l'appelle dans son Hot Five. Le grand trompettiste ne retrouvera jamais plus un partenaire pianiste de cette envergure. Cette somptueuse association, dans une formation devenue depuis légendaire, va produire le premier duo trompette piano enregistré de l'histoire du jazz (Weather Bird) et un impressionnant chapelet de chefs-d'œuvre (West End Blues, Monday Date, Fireworks, Basin Street Blues, Skip the Gutter, Tight Like This, etc.). Ces deux jeunes gens — Armstrong a vingt-huit ans et Hines vingt-deux — saisissent au vol les phrases énoncées par chacun et les développent à tour de rôle avec une verve et une fantaisie qui laissent pantois. Cette identité de style était si évidente que l'on qualifiait de trumpet style la manière de Earl Hines, lequel, à cette époque, fait preuve d'une activité débordante. En douze mois il enregistre plus de q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HINES EARL (1905-1983)  » est également traité dans :

ARMSTRONG LOUIS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 710 mots

1928 Louis Armstrong dirige son second Hot Five, dans lequel figurent notamment le batteur Zutty Singleton et, surtout, le pianiste Earl Hines, avec lequel il enregistre le 28 juin la version historique de West End Blues ; Fred Robinson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armstrong-reperes-chronologiques/#i_98405

WEST END BLUES (L. Armstrong)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 247 mots

redevables. Ses indiscutables chefs-d'œuvre datent des périodes – 1925-1929 et 1947-1957 – où il a su s'entourer d'instrumentistes dignes de lui. Le 28 juin 1928, à Chicago, accompagné notamment par le pianiste Earl Hines et le batteur Zutty Singleton, il grave pour la firme OKeh une version d'anthologie de West End Blues, qui fera dire au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/west-end-blues/#i_98405

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « HINES EARL - (1905-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/earl-hines/