LINGUISTIQUEThéories

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grammaires formelles

C'est en prenant le contre-pied de la démarche structuraliste que s'est constitué, vers la fin des années 1950, le courant le plus connu des grammaires formelles, la grammaire générative de l'Américain Noam Chomsky.

La grammaire chomskienne

Le terme « grammaire » désigne une théorie des structures linguistiques dont la pièce maîtresse est la syntaxe, distincte d'une part de la morphologie et de la phonologie, et d'autre part de la sémantique. Le but de la grammaire est de rendre compte de toutes les phrases grammaticales (c'est-à-dire syntaxiquement bien formées) et d'elles seules. Pour ce faire, la grammaire est conçue sous la forme d'un mécanisme génératif : à l'aide d'un axiome de départ et d'un système de règles, la grammaire doit engendrer toutes les phrases possibles et imaginables, comme le ferait un système formel ; le nombre de ces phrases étant infini, l'objet d'étude ne peut pas être un corpus observable (nécessairement fini).

Ce changement de point de vue sur l'objet s'accompagne d'un changement de méthode ; il ne s'agit plus de décrire des données attestées, mais de raisonner sur des phrases possibles, accessibles par introspection : le linguiste travaille à partir de son intuition de sujet parlant, il cherche à établir les règles de compétence intériorisées par tous les locuteurs de la langue, laissant au psychologue le soin de rendre compte des processus par lesquels ces règles du système sont mises en œuvre au niveau des performances observables.

Le modèle chomskien a connu de nombreuses versions successives. En 1957, Chomsky jette les bases formelles de son entreprise, en recourant à la notion de transformation : la grammaire construit des structures de base, dites « syntagmatiques », qu'elle convertit ensuite en structures dérivées à l'aide de règles de transformation ; c'est ainsi, par exemple, que sont dérivées les structures des phrases négatives, interrogatives, passives ou complexes, à partir des structures des phrases simples, actives et affirmatives. L'intérêt de la grammaire transformationnelle réside en ce qu'elle permet de rendre compte des relations entre les structures de phrases (comme l'actif et le passif), ainsi que de l'ambiguïté de certaines structures.

Noam Chomsky

Photographie : Noam Chomsky

Noam Chomsky en 1987, dans son bureau du Massachusetts Institute of Technology (université de Boston, Massachusetts). 

Crédits : U. Andersen/ Getty

Afficher

En 1965, Chomsky propose une version dite « standard » de sa théorie, où se dessine la place possible de deux composants interprétatifs articulés sur la syntaxe : la sémantique, qui doit interpréter les structures syntaxiques dites « profondes », et la phonologie, qui doit interpréter les structures syntaxiques dites « de surface ». L'autonomie revendiquée de la syntaxe achoppe sur la question de l'identité ou de la non-identité de sens des phrases reliées par des transformations. C'est précisément sur cette question que s'affrontent, vers la fin des années 1960, les tenants du modèle chomskien, attachés au caractère « interprétatif » de la sémantique, et un certain nombre de dissidents se revendiquant d’une sémantique dite « générative » : de cette scission naîtra le courant connu par la suite sous le nom de « grammaires cognitives » (Ronald Langacker, George Lakoff, Leonard Talmy). De son côté, la phonologie générative connaît des développements importants : dépassant les limites de la phonologie structuraliste, elle cherche à rendre compte de tous les faits phoniques, y compris l'intonation, l'accent ou les particularités phonétiques.

Vers une grammaire universelle ?

La théorie chomskienne, devenue ensuite « théorie étendue », puis « théorie des traces », connaîtra au début des années 1980 une version nouvelle dite « théorie du gouvernement et du liage », de plus en plus technique et formelle. L'entreprise poursuit depuis lors un objectif extrêmement ambitieux, connu sous le nom de « programme minimaliste » : il s'agit de proposer une théorie des propriétés universelles des langues (ou principes), dont chaque langue constituerait une instanciation particulière (certains paramètres caractérisant l'espace des variations possibles). D’où l’éclosion d’un certain nombre de travaux, en particulier autour de Luigi Rizzi en Europe, sur l’invariance et les variations entre les langues, sur la « localité » des dépendances syntaxiques, sur la cartographie fine des stru [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LINGUISTIQUE  » est également traité dans :

LINGUISTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 937 mots

La linguistique est l’étude scientifique du langage appréhendé à travers la diversité des langues. L’émergence et le développement de la linguistique, en tant que discipline scientifique, ont été précédés par des siècles de réflexion sur le langage, de la part des grammairiens, des rhétoriciens et des logiciens. On abordera ici essentiellement la tradit […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 186 mots
  •  • 2 médias

Comme toute discipline scientifique, la linguistique recouvre un certain nombre de domaines et de sous-domaines d'étude spécialisés. On peut schématiquement distinguer trois grands domaines : celui de la phonétique et de la phonologie, qui étudie la matière phonique ; […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Le langage, objet complexe et multiforme, n'est pas l'apanage du linguiste. Nombre d'autres disciplines y sont confrontées : philosophie, psychologie, psychanalyse, neurophysiologie, sociologie, ethnologie, anthropologie, […] Lire la suite

AFFIXE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 384 mots

Lors de l'inventaire des morphèmes d'un système linguistique, on est conduit à distinguer plusieurs sortes d'unités identifiables dans l'ordre phonétique et partageant la caractéristique de se rapporter au plan de la signification : parmi ces unités, les unes ont un contenu lexical, qu'il soit univoque ou plurivoque ; les autres, non autonomes, servent à couler ce sens dans les rapports morphosynt […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « « Et tout pour moi devient allégorie » (Baudelaire) »  : […] En France, le terme n'a pas connu le même discrédit qu'en Allemagne. Charles Baudelaire écrit, dans ses Paradis artificiels (1860) : « L'allégorie, ce genre si spirituel , que les peintres maladroits nous ont accoutumé à mépriser, mais qui est vraiment l'une des formes primitives et les plus naturelles de la poésie, reprend sa domination légitime dans l'intelligence illuminée par l'ivresse. » Gra […] Lire la suite

AMBIGUÏTÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Pierre LE GOFFIC
  •  • 686 mots

Un mot ou un énoncé sont dits ambigus quand ils sont susceptibles d'avoir plusieurs interprétations. Cette définition intuitive étant très large, on s'efforce en linguistique de la préciser en circonscrivant, parmi tous les malentendus, équivoques et autres imprécisions du langage, virtuels ou effectifs, ceux dont la racine semble se situer dans la structure et dans le matériau même du système lin […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport de Lévi-Strauss »  : […] Il n'y a pas d'antinomie entre l'anthropologie structurale et l'anthropologie sociale. La première fut d'abord une méthode qui en vint à développer de telles implications théoriques qu'elle visa à rassembler les sciences humaines dans une science globale de la communication, dans une sémiologie où l'analyse structurale de la parenté et des mythes s'intégrerait en un de ses lieux, l'anthropologie […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] Roy D’Andrade (1995) distingue quatre grandes périodes dans la constitution de l’anthropologie cognitive. La première prend place à cheval sur les années 1950 et 1960. On assiste alors au « tournant cognitif » en psychologie avec le passage du béhaviorisme – un courant de la psychologie qui juge impossible l’accès aux états mentaux, et par conséquent leur explication scientifique, et qui prône l’ […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

L’anthropologie de la communication s’intéresse aux rapports entre le langage, la culture et la société. Elle emploie les méthodes de l’enquête ethnographique pour étudier les échanges langagiers et, de manière plus générale, les pratiques de communication. Elle envisage le langage comme une ressource culturelle dont les usages sont régis par des normes variables selon les sociétés et comme un ou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « LINGUISTIQUE - Théories », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/