LEUCIPPE (~Ve s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Abdère, Milet, Élée... se disputent la gloire d'être le lieu de naissance de Leucippe. Il fut le disciple de Parménide, de Mélissus, de Zénon, de Pythagore. Aristote parle presque toujours de « Leucippe et Démocrite » ; Nietzsche appelle le maître et son célèbre disciple « deux doubles ». Pour Épicure enfin, il n'y eut pas de philosophe nommé Leucippe (Diogène Laërce, X, xiii). Ainsi contradictoire, la doxographie dissout l'identité et jusqu'à l'existence de Leucippe. Or il n'a pas davantage laissé d'œuvre : d'un éventuel Grand Système du monde et d'un traité Sur l'esprit il ne resterait d'intact qu'un fragment d'une ligne, conservé dans Aetius (I, xxv, 4), selon lequel « aucune chose ne naît en vain, mais tout naît d'une raison [ou « du dire »] et sous la nécessité », toujours interprété et traduit comme une profession de foi mécaniste. La tradition et, d'abord, Aristote (on peut se référer, en particulier, à Metaphysica, A 4, 985 b, 4 sq. et De generatione et corruptione, A 8, 324 b, 35 sq.) imposent, en effet, l'image d'un Leucippe fondateur de l'atomisme, ou système satisfaisant à la fois à la vérité logique de l'être un et immobile des éléates et à la vérité expérimentale de la pluralité en mouvement soutenue par Empédocle et Anaxagore. L'être-un éléatique se monnaie en une infinité d'unités insécables et pleines nommées « atomes », en mouvement dans un non-être, « qui est tout autant que l'être », nommé « vide ». Les notions fondamentales de l'atomisme sont difficiles (mouvement par le vide, panspermie), et leur étude doit tenir compte des déformations qu'elles ont pu subir ; Aristote, par exemple, propose, en les énonçant, une véritable traduction des caractéristiques de l'atome : « rythme », « contact » et « trope » deviennent « figure », « ordre » et « position ». Ces déformations trouvent peut-être leur symbole dans l'extraordinaire imprécision de la biographie de Leucippe, qui, s'il a existé, vivait à la même époque que les sophistes, et dans la même situation d'étranger, c'est-à-dire de quelqu'un dont on ne parle pas ou qu'on tente d'assimiler.

—  Barbara CASSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LEUCIPPE (~ V e s.)  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 114 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_8811

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de la dispersion »  : […] Face au dualisme platonicien et à l'unité substantielle aristotélicienne, le grand courant du monisme matérialiste ne considère pas la mort comme un problème mais comme un fait à constater et qui trouve une explication complète, pour l'homme comme pour le reste des vivants, dans la constitution physique du cosmos. Le monisme est dominé, dans l'Anti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_8811

Pour citer l’article

Barbara CASSIN, « LEUCIPPE (~Ve s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leucippe/