ÉCRITURE LES SENS DE L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La manière dont la pratique et la réflexion chrétiennes ont compris et comprennent les textes bibliques est un problème à la fois historique et théorique. Jusqu'à l'apparition de l'épistémologie contemporaine, qui marque une cassure par rapport à la problématique traditionnelle du (ou des) sens, et depuis l'âge patristique, pour ne pas dire depuis les origines synagogales de certains textes du Nouveau Testament et même de l'Ancien, l'histoire de l'interprétation biblique a subi un développement constant, parfois ralenti, parfois accéléré ou modifié, suivant les ruptures (par exemple, la séparation entre christianisme et judaïsme à partir du ier s., ou la Réforme au xvie s.) qui ont marqué durant deux millénaires la religion judéo-chrétienne ou biblique.

À l'époque patristique, théologie et prédication se sont développées sous forme d'exégèse : elles avaient pour point de départ l'« Écriture sainte », lue dans la tradition de l'Église. La doctrine des sens de l'Écriture fournit à l'exégèse chrétienne une instance et des formules régulatrices ; elles devaient se fixer durant le haut Moyen Âge dans une classification des disciplines sacrées, toutes référées à l'Écriture comme à leur fondement nécessaire : l'histoire sainte, le dogme, la morale et la mystique — situation que résume cette phrase citée par Nicolas de Lyre : Littera gesta docet, quid credas allegoria, moralis quid agas, quo tendas anagogia (la lettre t'enseigne les événements ; l'allégorie, ce que tu as à croire ; le sens moral, comment tu dois faire ; l'anagogie, à quoi tu aspires).

Une mutation s'est produite avec saint Thomas. La distinction passera désormais entre le sens littéral (sens des textes sacrés où Dieu est censé nous parler ; matière de l'exégèse proprement dite et fondement de la théologie) et le sens spirituel (sens des choses, des événements et des personnages dont traitent les textes ; sorte de réflexion théologique sur l'histoire). Aussi, l'allégorie, la mora [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉCRITURE LES SENS DE L'  » est également traité dans :

ALAIN DE LILLE (1128-1203)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 1 043 mots

Né à Lille, élève de Bernard Silvestre à Chartres, Alain étudie dans la mouvance de Gilbert de la Porrée ; il devient maître ès arts, puis maître en théologie à Paris, avant d'enseigner à Montpellier ; parvenu au sommet de la gloire, il suit l'exemple de son ami Thierry de Chartres et entre comme convers à Cîteaux, où il meurt. On le surnomme « le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-de-lille/#i_35040

ALLÉGORISTES CHRÉTIENS

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 668 mots

À la suite des philosophes païens qui interprétaient les mythes traditionnels de l'hellénisme en dévoilant la signification philosophique cachée (morale ou physique) qu'ils contenaient, les Juifs (Aristobule et Philon d'Alexandrie) puis les chrétiens ont dégagé des saintes Écritures des sens cachés voulus par Dieu, véritable auteur de la Bible, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegoristes-chretiens/#i_35040

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La ressemblance et la dissemblance »  : […] Cette conclusion n'est-elle pas en soi un paradoxe ? Et d'abord n'y a-t-il pas non-sens à parler d'une figure du mystère théologique ? D'autant plus que notre cheminement commençait sur un fond de « haine théologique du visible » ? Mais la question est plus retorse qu'elle n'y paraît. Qu'entend-on exactement par figure  ? Une figure, c'est une con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-theologie/#i_35040

EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 2 106 mots

Dans le chapitre « L'exégèse allégorique de la Bible »  : […] Or, au moment où Virgile écrivait, l'exégèse allégorique commençait à être appliquée à des textes fort éloignés de la tradition gréco-romaine : les livres bibliques. Bientôt, l'œuvre de Philon d'Alexandrie (env. 20 av. J.-C. - env. 50 apr. J.-C.) donnait l'exemple éclatant d'une telle entreprise. Mais ce nouveau champ d'exploration allait imprimer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exegese-allegorique/#i_35040

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « La source de la foi chrétienne »  : […] Le christianisme, à la différence de l'islam, s'est formé lentement. Jésus n'a pas fondé d'Église, il fallait attendre la venue de l'Esprit sur les Apôtres, ainsi que le rappelle la liturgie de la Pentecôte. Au cours du i er siècle se sont affrontées, puis mêlées, des tendances judaïsantes et hellénisantes. Le résultat de cette évolution complexe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/#i_35040

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la lecture intensive à la lecture extensive »  : […] Tandis que l'alphabétisation se développait à travers l'Europe et que le nombre de textes imprimés mis à la disposition du public potentiel ne cessait d'augmenter, le rapport entre le lecteur et l'objet lu subissait une véritable mutation. Jusqu'à la moitié du xvii e  siècle, le liseur non lettré s'était trouvé confronté à des volumes relativement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lecture/#i_35040

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle herméneutique »  : […] Du point de vue des périodes de l'histoire, Luther est une figure inclassable. Situé « entre les temps », il est simultanément plus médiéval et plus moderne que beaucoup de ses contemporains. C. F. Meyer exprimera cette tension par ces vers : Dans son âme s'affrontent ce qui sera et ce qui fut , Deux lutteurs enlacés, essoufflés et fourbus. Son es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_35040

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Pansémiotique et théologie »  : […] Qu'il soit de logique ou de grammaire, de physique ou de métaphysique, le savoir médiéval est une « pansémiotique » (U. Eco). C'est là la conséquence d'une pratique langagière du monde, mais c'est aussi la marque et l'essence même d'un projet théologique spécifique. Telle que la conçoivent les médiévaux, la théologie a évidemment Dieu pour objet p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_35040

ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 5 513 mots

Dans le chapitre « La science biblique »  : […] La plus grande partie de l'activité d'Origène a été consacrée à l'exégèse de la Bible. On lui doit tout d'abord une édition en six versions ( Hexaples ) du texte de l'Ancien Testament, comprenant le texte hébreu transcrit en caractères grecs, puis les traductions grecques des Septante, d'Aquila, de Symmaque, de Theodotion et de deux autres traducte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origene-et-origenisme/#i_35040

PHILON D'ALEXANDRIE (-20 env.-45)

  • Écrit par 
  • Annie JAUBERT
  •  • 2 477 mots

Dans le chapitre « L'exégèse allégorique »  : […] Le nom de Philon est lié à l'exégèse allégorique du Pentateuque. La méthode allégorique était prônée par des écoles grecques et fut adoptée par les juifs alexandrins avant Philon, comme en témoigne la Lettre d'Aristée. L'apologétique juive s'était emparée de l'allégorie pour justifier aux yeux des Grecs l'étrangeté de certains préceptes de la Loi, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philon-d-alexandrie/#i_35040

SCHILLEBEECKX EDWARD (1914-2009)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 1 130 mots

Théologien catholique dominicain dont les travaux ont souvent inquiété le Vatican, Edward Schillebeeckx est mort à Nimègue (Pays-Bas), le 23 décembre 2009. Né en 1914 à Anvers, il avait été admis à la maison des dominicains de Gand à l'âge de dix-neuf ans. Ordonné prêtre en 1941, licencié en théologie de l'université de Louvain, il approfondit sa f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-schillebeeckx/#i_35040

TRAITÉ THÉOLOGICO-POLITIQUE, Baruch Spinoza - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-François MOREAU
  •  • 1 025 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exégèse de la Bible »  : […] Le sous-titre l'indique : il s'agit de montrer que la « liberté de philosopher » n'est nuisible « ni à la piété ni à la paix et à la sécurité de l'État », mais qu'elle leur est au contraire indispensable. Il faut donc prendre le contre-pied des arguments usuels, qui voient dans cette liberté un germe d'impiété et de discorde civile. Les quinze prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-theologico-politique/#i_35040

Pour citer l’article

André PAUL, « ÉCRITURE LES SENS DE L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sens-de-l-ecriture/