Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCRITURE LES SENS DE L'

La manière dont la pratique et la réflexion chrétiennes ont compris et comprennent les textes bibliques est un problème à la fois historique et théorique. Jusqu'à l'apparition de l'épistémologie contemporaine, qui marque une cassure par rapport à la problématique traditionnelle du (ou des) sens, et depuis l'âge patristique, pour ne pas dire depuis les origines synagogales de certains textes du Nouveau Testament et même de l'Ancien, l'histoire de l'interprétation biblique a subi un développement constant, parfois ralenti, parfois accéléré ou modifié, suivant les ruptures (par exemple, la séparation entre christianisme et judaïsme à partir du ier s., ou la Réforme au xvie s.) qui ont marqué durant deux millénaires la religion judéo-chrétienne ou biblique.

À l'époque patristique, théologie et prédication se sont développées sous forme d'exégèse : elles avaient pour point de départ l'« Écriture sainte », lue dans la tradition de l'Église. La doctrine des sens de l'Écriture fournit à l'exégèse chrétienne une instance et des formules régulatrices ; elles devaient se fixer durant le haut Moyen Âge dans une classification des disciplines sacrées, toutes référées à l'Écriture comme à leur fondement nécessaire : l'histoire sainte, le dogme, la morale et la mystique — situation que résume cette phrase citée par Nicolas de Lyre : Littera gesta docet, quid credas allegoria, moralis quid agas, quo tendas anagogia (la lettre t'enseigne les événements ; l'allégorie, ce que tu as à croire ; le sens moral, comment tu dois faire ; l'anagogie, à quoi tu aspires).

Une mutation s'est produite avec saint Thomas. La distinction passera désormais entre le sens littéral (sens des textes sacrés où Dieu est censé nous parler ; matière de l'exégèse proprement dite et fondement de la théologie) et le sens spirituel (sens des choses, des événements et des personnages dont traitent les textes ; sorte de réflexion théologique sur l'histoire). Aussi, l'allégorie, la morale (ou tropologie) et l'anagogie (ou mystique) sont les trois points d'application du sens spirituel : ils définissent les trois rapports possibles des réalités bibliques au mystère de la foi saisi dans son économie totale. Ce reclassement inspirera la théologie et l'herméneutique de la période post-tridentine.

Par la suite, le sens littéral thomiste se révélera ambigu : il déborde en effet largement ce que l'exégèse moderne entend par là. Selon l'optique actuelle, définie du point de vue catholique par Pie XII dans l'encyclique Divino afflante Spiritu (1943), il se caractérise par l'intention didactique d'un auteur humain, agent instrumental utilisé par Dieu pour transmettre sa Parole et toujours accessible à l'analyse. Aujourd'hui, les critiques ne connaissent pratiquement plus que le sens littéral, objet unique de différenciation du travail selon des écoles, des mouvements ou des méthodes.

Les théologiens contemporains distinguent volontiers entre le sens premier ou littéral, qui ressort immédiatement de la lettre du texte et qui se trouve partout dans la Bible, et les sens seconds, qui le prolongent et l'amplifient. Les sens seconds découlent de la nature même de la Bible et des relations entre l'auteur divin et l'auteur humain : Dieu étant l'auteur de la Bible entière, chaque « auteur sacré » étant l'auteur seulement d'une partie limitée. Dès lors, derrière le sens littéral ou premier, il y a un sens littéral plus profond, contenu dans la lettre mais prévu et voulu directement par Dieu seul. On l'appelle le sens plénier à cause du surcroît de signification qui ne se découvre qu'à la lumière des révélations postérieures, par l'apparition d'un autre texte ou d'un autre[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALAIN DE LILLE (1128-1203)

    • Écrit par Jean-Pierre BORDIER
    • 1 036 mots

    Né à Lille, élève de Bernard Silvestre à Chartres, Alain étudie dans la mouvance de Gilbert de la Porrée ; il devient maître ès arts, puis maître en théologie à Paris, avant d'enseigner à Montpellier ; parvenu au sommet de la gloire, il suit l'exemple de son ami Thierry...

  • ALLÉGORISTES CHRÉTIENS

    • Écrit par Richard GOULET
    • 668 mots

    À la suite des philosophes païens qui interprétaient les mythes traditionnels de l'hellénisme en dévoilant la signification philosophique cachée (morale ou physique) qu'ils contenaient, les Juifs (Aristobule et Philon d'Alexandrie) puis les chrétiens ont dégagé des saintes Écritures des sens...

  • ART & THÉOLOGIE

    • Écrit par Georges DIDI-HUBERMAN
    • 6 741 mots
    • 1 média
    ...entendue est étroitement liée à la grande tradition médiévale de l'exégèse scripturaire, qui avait formulé une théorie hiérarchique du « quadruple sens de l' Écriture », théorie dans laquelle l'histoire (historia) se trouvait approfondie et en même temps subvertie par trois autres significations, dites...
  • EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

    • Écrit par Hervé SAVON
    • 2 110 mots
    ...faisant découvrir dans les événements de jadis, outre leur sens propre , une signification longtemps inaperçue, orientée vers l'avenir, prospective. Mais bien des passages des Écritures résistaient à cette transfiguration et se réduisaient à leur sens obvie, qui paraissait souvent cru ou indigent. Or,...
  • Afficher les 12 références

Voir aussi