ÉCRITURE LES SENS DE L'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La manière dont la pratique et la réflexion chrétiennes ont compris et comprennent les textes bibliques est un problème à la fois historique et théorique. Jusqu'à l'apparition de l'épistémologie contemporaine, qui marque une cassure par rapport à la problématique traditionnelle du (ou des) sens, et depuis l'âge patristique, pour ne pas dire depuis les origines synagogales de certains textes du Nouveau Testament et même de l'Ancien, l'histoire de l'interprétation biblique a subi un développement constant, parfois ralenti, parfois accéléré ou modifié, suivant les ruptures (par exemple, la séparation entre christianisme et judaïsme à partir du ier s., ou la Réforme au xvie s.) qui ont marqué durant deux millénaires la religion judéo-chrétienne ou biblique.

À l'époque patristique, théologie et prédication se sont développées sous forme d'exégèse : elles avaient pour point de départ l'« Écriture sainte », lue dans la tradition de l'Église. La doctrine des sens de l'Écriture fournit à l'exégèse chrétienne une instance et des formules régulatrices ; elles devaient se fixer durant le haut Moyen Âge dans une classification des disciplines sacrées, toutes référées à l'Écriture comme à leur fondement nécessaire : l'histoire sainte, le dogme, la morale et la mystique — situation que résume cette phrase citée par Nicolas de Lyre : Littera gesta docet, quid credas allegoria, moralis quid agas, quo tendas anagogia (la lettre t'enseigne les événements ; l'allégorie, ce que tu as à croire ; le sens moral, comment tu dois faire ; l'anagogie, à quoi tu aspires).

Une mutation s'est produite avec saint Thomas. La distinction passera désormais entre le sens littéral (sens des textes sacrés où Dieu est censé nous parler ; matière de l'exégèse proprement dite et fondement de la théologie) et le sens spirituel (sens des choses, des événements et des personnages dont traitent les textes ; sorte de réflexion théologique sur l'histoire). Aussi, l'allégorie, la morale (ou tropologie) et l'anagogie (ou mystique) sont les trois points d'applic [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉCRITURE LES SENS DE L'  » est également traité dans :

ALAIN DE LILLE (1128-1203)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 1 043 mots

Né à Lille, élève de Bernard Silvestre à Chartres, Alain étudie dans la mouvance de Gilbert de la Porrée ; il devient maître ès arts, puis maître en théologie à Paris, avant d'enseigner à Montpellier ; parvenu au sommet de la gloire, il suit l'exemple de son ami Thierry de Chartres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-de-lille/#i_35040

ALLÉGORISTES CHRÉTIENS

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 668 mots

À la suite des philosophes païens qui interprétaient les mythes traditionnels de l'hellénisme en dévoilant la signification philosophique cachée (morale ou physique) qu'ils contenaient, les Juifs (Aristobule et Philon d'Alexandrie) puis les chrétiens ont dégagé des saintes Écritures des sens cachés voulus par Dieu, véritable auteur de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegoristes-chretiens/#i_35040

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La ressemblance et la dissemblance »  : […] médiévale de l'exégèse scripturaire, qui avait formulé une théorie hiérarchique du « quadruple sens de l'Écriture », théorie dans laquelle l'histoire (historia) se trouvait approfondie et en même temps subvertie par trois autres significations, dites « spirituelles », et vouées comme par nature au déplacement comme au dépassement de toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-theologie/#i_35040

EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 2 106 mots

Dans le chapitre « L'exégèse allégorique de la Bible »  : […] sens propre , une signification longtemps inaperçue, orientée vers l'avenir, prospective. Mais bien des passages des Écritures résistaient à cette transfiguration et se réduisaient à leur sens obvie, qui paraissait souvent cru ou indigent. Or, la Bible étant la parole de Dieu, rien de choquant, rien même d'insignifiant ne devait s'y rencontrer. On […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exegese-allegorique/#i_35040

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « La source de la foi chrétienne »  : […] sur la question de savoir si les traditions non écrites (c'est-à-dire rituelles) avaient, à l'égard de l'Écriture, une valeur « complétive » ou seulement « interprétative ». Les écrivains de la Contre-Réforme ont interprété faussement ce décret en lui faisant dire qu'il y avait deux sources de la révélation, les Écritures et les Traditions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foi/#i_35040

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la lecture intensive à la lecture extensive »  : […] lecture de la Bible dans une traduction en langue vulgaire, la Parole divine devant être expliquée aux simples fidèles par le prêtre. En revanche, les livres de dévotion proliférèrent. Le livre devient donc, mais d'une autre façon, un intermédiaire obligé entre l'homme et Dieu. Et Michel de Certeau a montré comment cet objet porteur d'un message […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lecture/#i_35040

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 932 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle herméneutique »  : […] par l'intermédiaire d'une double médiation, déjà mentionnée plus haut : l'expérience et l'Écriture. En effet, le lieu de naissance de la théologie luthérienne c'est l'effort ardu du moine augustin cherchant dans les Psaumes et les Épîtres pauliniennes une réponse aux interrogations existentielles issues de sa vie monacale. C'est sur ce terrain qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_35040

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Pansémiotique et théologie »  : […] avant d'être lui-même subdivisé – conformément à la doctrine des « quatre sens de l'Écriture » (H. de Lubac) – en sens allégorique (les choses de l'« ancienne loi » signifient celles de la loi nouvelle), moral (les choses réalisées dans le Christ ou dans ce qui signifie le Christ sont le signe de ce que l'on doit faire) et anagogique (certaines « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_35040

ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 5 517 mots

Dans le chapitre « La science biblique »  : […] se font une fausse idée de Dieu. Ainsi Origène convie-t-il ses lecteurs ou ses auditeurs à un perpétuel approfondissement du sens de l'Écriture. Il présente assez souvent sa méthode exégétique en faisant appel à la distinction entre trois sens de l'Écriture correspondant aux trois parties de l'homme : le corps, l'âme, l'esprit. Le « sens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origene-et-origenisme/#i_35040

PHILON D'ALEXANDRIE (-20 env.-45)

  • Écrit par 
  • Annie JAUBERT
  •  • 2 477 mots

Dans le chapitre « L'exégèse allégorique »  : […] Philon reprend la méthode allégorique de façon magistrale, sans cesser de défendre le sens littéral. Bien des juifs instruits du sens spirituel tendaient en effet à négliger la pratique des préceptes. « S'il est vrai qu'une fête symbolise la joie spirituelle et l'action de grâces qui monte vers Dieu, ne désertons pas pour autant les assemblées qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philon-d-alexandrie/#i_35040

SCHILLEBEECKX EDWARD (1914-2009)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 1 130 mots

en vue d'expliciter une vérité jusqu'alors contenue implicitement dans le donné révélé. Mais, au-delà de l'étude des rapports entre Écritures et Tradition, il s'agit d'actualiser le texte des Écritures en tenant compte de l'expérience qui est la nôtre. D'une certaine manière, les Écritures elles-mêmes sont déjà interprétation de faits relevant de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-schillebeeckx/#i_35040

TRAITÉ THÉOLOGICO-POLITIQUE, Baruch Spinoza - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre-François MOREAU
  •  • 1 026 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exégèse de la Bible »  : […] La lecture de l'Écriture s'appuie sur le principe, hérité du calvinisme, « scriptura sola » (l'Écriture s'interprète seulement par elle-même, et non pas par des commentaires issus de la tradition, ni par l'autorité d'un magistère), mais Spinoza n'a recours à ce principe que pour établir le sens du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-theologico-politique/#i_35040

Pour citer l’article

André PAUL, « ÉCRITURE LES SENS DE L' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sens-de-l-ecriture/