POURBUS LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dynastie de peintres flamands. Pieter Pourbus (1524-1584) est originaire de Gouda ; il reçoit probablement sa formation à Bruges, où il est nommé à la corporation des peintres en 1543, et dont il sera juré et doyen, ce qui atteste sa notoriété. Il fut aussi géomètre et cartographe.

Ses portraits sont diversement appréciés. Ceux de Jan van Eyewerve et de son épouse Jacquemyne Buuck (musée communal, Bruges), exécutés en 1551, séduisent par leur composition rigoureusement frontale et la subtilité du ton. Celui de Jacques van der Gheehste (Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles), peint un an avant sa mort, révèle un modelé plus accusé qui accentue le caractère sévère du sujet.

On prête à Pieter Pourbus des contacts avec l'art de Michel-Ange pour son Jugement dernier (musée communal, Bruges) et avec l'école de Fontainebleau pour L'Annonciation (Gouda), son œuvre étant représentative du maniérisme du milieu du xvie siècle.

Frans I Pourbus dit l'Ancien (1545-1581) est le fils de Pieter Pourbus ; né à Bruges, il meurt avant son père, dont il fut l'élève, provoquant la confusion dans l'attribution de leurs œuvres respectives.

Allié à la famille de Frans Floris, il en subit aussi l'influence, qu'il mêle à la technique paternelle du portrait. Ses Noces du peintre Hoefnagel (Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles), ensemble de portraits distingués passablement figés qui reflètent l'austérité du milieu protestant anversois, sont d'une composition statique de facture un peu molle. Cette gravité se retrouve dans sa dernière œuvre, un Portrait de jeune femme (musée des Beaux-Arts, Gand), qui dénote une sensibilité aiguë au climat de son époque. Les préoccupations sociales ne sont, en effet, pas absentes de sa peinture, marquée par le mouvement de la Réforme, comme dans le Triptyque de Viglius d'Aytta (cathédrale Saint-Bavon, Gand).

Son fils Frans II Pourbus dit le Jeune (1569-1622) est né à Anvers, où il est reçu maître en 1591. Élève d'Otto van Veen, il est peintre en 1600 à la cour du duc de Mantoue, qu'il suit à Turin et en Lorraine, puis à Paris, où il s'attache à Marie de Médicis et à Anne d'Autriche. Frans II Pourbus fut essentiellement portraitiste ; son œuvre a des accents baroques, mais ne se distingue pas toujours aisément de celle de son père.

Henri IV, roi de France, en armure, Pourbus le Jeune

photographie : Henri IV, roi de France, en armure, Pourbus le Jeune

photographie

Frans II POURBUS dit le Jeune, Henri IV, roi de France, en armure, huile sur bois. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

—  Jean-Marie MARQUIS

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Marie MARQUIS, « POURBUS LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-pourbus/