Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉÂTRE OCCIDENTAL De la salle de spectacle au monument urbain

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

De l'ambiguïté des relations qu'entretient l'individu avec la mise en scène du drame découle l'essence même du théâtre. Les sens se bercent d'illusion tandis que la catharsis opère l'osmose des passions et fonde un nouvel ordre de réalités. Les rapports entre l'architecture, la ville et le théâtre ne sont pas moins ambigus : les citadins, rassemblés en public dans un local totalement clos, découvrent sur la scène une architecture feinte. Jusqu'au début du xixe siècle, l'ambiguïté des espaces intérieurs et extérieurs caractérise le théâtre occidental pratiqué dans un bâtiment spécifique. Ledoux a évoqué avec justesse, en théoricien, ce phénomène : « La salle étant à la scène ce que la pièce habitée est au vide que l'on découvre au-dehors, le théâtre [scène] doit être plus large, plus vaste que l'espace qui contient les spectateurs : c'est la véritable place des illusions magiques du théâtre » (1804).

La Renaissance italienne et le siècle des Lumières ont poussé très loin la représentation de l'architecture, d'abord en renouvelant les techniques figuratives (perspective, modelé), puis en les enrichissant d'un contenu émotionnel directement lisible qui évoque l'environnement bâti. L'image de la ville, peinture, décor planté ou estampe de boîte d'optique, sert de cadre (de support) au récit ou à l'action dramatique. La structure de la salle à l'italienne présente celle-ci comme un tableau, mirage ou miroir vivant. La connaissance de l'architecture urbaine, des lieux de la ville et des cheminements qui l'animent, amplifie la perception inconsciente ou intuitive de l'espace. Or cette connaissance, aujourd'hui établie sur le livre, la photographie ou l'audiovisuel, était autrefois tributaire d'images mises en scène. L'architecture fictive, sur scène, et l'architecture réelle (espace clos destiné à l'assemblée des spectateurs) implantée en ville témoignent d'une réflexion sur l'espace urbain qui, selon les époques, tend vers une conception panoramique, ou, au contraire, scénographique.

Théâtre romain, Bosra - crédits :  Bridgeman Images

Théâtre romain, Bosra

Le rituel du spectacle s'appuie sur un double échange, des membres du public entre eux, mais aussi entre les comédiens et ce public. La rencontre artificielle et très ponctuelle du monde clos de la salle, d'une part, et, d'autre part, du monde ouvert sur l'imaginaire joué dans le décor de scène, conditionne la structure, le répertoire architectonique et l'agencement spatial du théâtre. À l'opposé des tréteaux improvisés de la foire, à l'opposé du théâtre aristocratique, annexe d'un palais, le théâtre urbain monumental fut créé au xviiie siècle pour satisfaire aux exigences d'un besoin édilitaire permanent, signe d'urbanité et de maturité civique. La complexité de la vie urbaine, sans cesse croissante, exigeait une spécificité mieux exprimée des lieux de rencontre, une codification et une clarification des espaces, liées à l'évolution des mentalités. L'architecture du théâtre, dont l'Antiquité avait donné un modèle achevé, s'extériorise par un isolement, des façades et des points de vue monumentaux qui s'insèrent dans un paysage urbain en perpétuel devenir. À certaines époques, le théâtre, lieu des illusions partagées, est devenu un des pôles d'attraction essentiels de la cité. L'intense développement de la civilisation de loisir que nous vivons aujourd'hui dans des locaux de moins en moins monumentalisés (l'exemple le plus voyant en est la télévision at home) incite à réfléchir sur le caractère de l'architecture théâtrale urbaine. S'agit-il d'un témoignage d'une civilisation disparue dont les prolongements se font actuellement mal sentir ? Les nombreux théâtres qui signalent[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification

Pour citer cet article

Daniel RABREAU. THÉÂTRE OCCIDENTAL - De la salle de spectacle au monument urbain [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Théâtre romain, Bosra - crédits :  Bridgeman Images

Théâtre romain, Bosra

Autres références

  • LA PARABOLE OU L'ENFANCE DU THÉÂTRE (J.-P. Sarrazac)

    • Écrit par
    • 1 002 mots

    La Parabole, ou l'Enfance du théâtre (éd. Circé, Belval, 2002) convie le lecteur à une réflexion ambitieuse sur le théâtre du xxe siècle, et en particulier sur l'œuvre de ces grands parabolistes que sont Claudel et Brecht, mais aussi Kafka, dont Jean-Pierre Sarrazac analyse le théâtre «...

  • ACTEUR

    • Écrit par
    • 6 815 mots
    • 2 médias

    Si l' acteur force si souvent le respect ou l'exécration, cela signifie bien qu'il travaille avec les outils les plus précieux de l'humanité en l'homme : le corps et la psyché. Qu'il engendre, par un jeu de métamorphoses, à la fois la familiarité et l'étrangeté, qu'il réfracte l'envers et l'avers de...

  • ALLEMAND THÉÂTRE

    • Écrit par
    • 8 394 mots
    • 2 médias

    Alors que l'Allemagne a refait son unité par intégration de l'ex-RDA à la RFA, il y a lieu de revoir l'évolution séparée des théâtres ouest-allemand et est-allemand depuis 1945, afin de mieux apprécier leur divergence passée ainsi que leur conjonction présente. Quel fonds commun « germano-allemand...

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par , , , , , et
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    Le goût populaire avait conservé au théâtre anglais l'aspect moyenâgeux de successions de tableaux, comme dans les mystery plays, de sorte que les unités de temps, de lieu et d'action ne purent pas s'acclimater en Angleterre. Pour différents que soient les auteurs dramatiques qui élevèrent...
  • ANTIGONE, Jean Anouilh - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 534 mots
    • 1 média

    Antigone est une pièce en un acte de Jean Anouilh (1910-1987), directement inspirée des deux tragédies de Sophocle consacrées à la fille d'Œdipe :  Œdipe à Colone (402-401 av. J.-C.) et surtout Antigone (442 av. J.-C.). À sa création, le 4 février 1944 au théâtre de l'Atelier à...

  • Afficher les 68 références