LÉON Ier LE GRAND saint (mort en 461) pape (440-461)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Archidiacre de l'Église de Rome, Léon, à la mort du pape Sixte III (19 août 440), était en Gaule, chargé d'une mission politique délicate. Quoique absent, il est élu pape ; une délégation officielle va le chercher et il est ordonné à son retour (29 sept. 440). On a conservé le court sermon qu'il prononça à cette occasion (Serm., I). On ne sait presque rien de sa vie avant son pontificat ; et de ses vingt ans de règne on ne connaît que son activité pastorale et théologique. À la différence de Grégoire le Grand, il est avare de confidences sur sa vie personnelle.

Sa sollicitude pastorale s'étend aux « trois zones de la potestas papale » (Batiffol). À Rome d'abord et en Italie « suburbicaire », il réprime la secte des manichéens, rappelle aux évêques les conditions d'admission à l'épiscopat ou la date du baptême (Pâques ou Pentecôte), ou encore leur obligation d'assister chaque année au synode de Rome. Ensuite, en Espagne ou en Gaule, il invite l'évêque d'Astorga en Galice à réunir un concile contre les priscillianistes, ou rappelle à Hilaire d'Arles qu'il n'a pas à s'arroger une suprématie sur les évêques de Gaule. Il reste en rapport avec les Églises d'Afrique, ravagées par la persécution vandale.

En Orient, enfin, il exerce sa juridiction sur l'Illyricum (les régions balkaniques) par l'intermédiaire de l'évêque de Thessalonique, dont il a fait son vicaire. Surtout, il intervient de façon décisive dans les troubles qui agitent l'Orient à la suite de l'enseignement d'Eutychès, qui ne veut voir dans le Christ qu'une seule nature, la divine (monophysisme). Il adresse à Flavien de Constantinople une lettre (le « Tome », Ep., XXVIII) qui expose avec netteté et fermeté le dogme des deux natures dans l'unique personne du Christ. Après l'échec du concile convoqué par Théodose II (le « brigandage » d'Éphèse, 449), Léon, d'accord avec le nouvel empereur Marcien, sait imposer au concile de Chalcédoine l'autorité de sa lettre à Flavien, que les évêques acceptent avec enthousiasme (« Pierre a parlé par Léon ! ») et qui sert de base à la définition du 22 octobre 451. Mais Léon refuse absolument d'approuver le « 28e canon » du concile, qui accorde au siège de Constantinople, la « nouvelle Rome », la primauté sur les autres sièges patriarcaux d'Orient et voudrait faire de cette ville l'égale de la « vieille Rome ». L'accord entre Orient et Occident est déjà bien compromis. La tension aboutira un jour à la séparation.

En 452, Léon rencontre, près de Mantoue, Attila, qui se préparait à marcher sur Rome, et il le persuade de se retirer et d'évacuer l'Italie. En 455, cependant, il ne peut empêcher Genséric et ses Vandales de piller Rome pendant quinze jours, mais il obtient qu'ils s'abstiennent d'incendies, de violences, de meurtres. Léon mourut le 10 novembre 461. Il fut enseveli sous le portique de la basilique Vaticane.

Les œuvres de Léon sont encore des actes du pasteur et du docteur. Ses cent soixante-treize Lettres sont autant de documents qui illustrent la vie de l'Église et le gouvernement du pontife. Léon est le premier pape, et le seul avant Grégoire le Grand, dont nous ayons conservé des Sermons. Il en reste quatre-vingt-seize, généralement assez courts, qui ont été prêchés au long de l'année liturgique. Dans une langue sobre et dense, simple et majestueuse, ils exposent les mystères du Christ, présents à nouveau dans le mystère de la fête liturgique, exhortent au jeûne et à l'aumône, prêchent le dogme de l'Incarnation tel qu'il sera défini à Chalcédoine (voir les sermons de Noël, XXI et suivants). Les sermons que Léon prononça à l'occasion de l'anniversaire de son ordination (I-V) exposent la conception qu'il se fait de son rôle de pontife, héritier de l'autorité conférée par Jésus à Pierre : Pierre est toujours présent et vivant dans l'Église et dans son successeur, à qui il transmet, avec la solidité de sa foi, son autorité suprême. Aussi est-ce au seul siège de Pierre, « siège apostolique » (siège de l'Apôtre), que revient le soin de l'Église universelle. Léon partage avec les évêques « la sollicitude » pour toutes les Églises, mais non « la plénitude du pouvoir » (Ep., XIV, 1). Au reste, il entend garder « la modération épiscopale », la douceur et l'humili [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LÉON I er LE GRAND saint (mort en 461) pape (440-461)  » est également traité dans :

ÉPHÈSE BRIGANDAGE D' (449)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 473 mots

Le concile d'Éphèse (juin 431) avait condamné et déposé Nestorius, évêque de Constantinople, pour ses erreurs sur la personne du Christ : la théologie de Cyrille d'Alexandrie l'emportait sur la théologie antiochienne. Quelques années plus tard, la persistance des tendances antiochiennes (par exemple, chez Théodoret de Cyr) inquiète certains partisans attardés de Cyrille. Ainsi un moine de Constant […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 339 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Aspects historiques et géographiques »  : […] Que la littérature latine chrétienne n'ait pris son essor qu'au début du iii e  siècle s'explique d'une manière générale par le recul du latin littéraire dans tout l'Occident à la fin du i er et pendant le ii e  siècle, et plus précisément par l'origine hellénique des premiers groupes chrétiens à Rome et en Occident. La production littéraire des chrétiens de langue latine commence très humblement […] Lire la suite

PAPAUTÉ

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 5 494 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Premières affirmations de la primauté papale »  : […] Après la paix constantinienne (311-313), l'Église, enfin libre de vivre de façon publique, eut à préciser les structures de sa vie œcuménique. Devait-elle se créer, au plan canonique, une organisation de cette vie : conciles, ordre des sièges et des patriarcats ? Ce sera l'idée suivie en Orient. Ou bien en avait-elle déjà le principe dans sa structure apostolique ? C'était la position romaine. Dep […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « LÉON Ier LE GRAND saint (mort en 461) pape (440-461) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-ier-le-grand/