RIEFENSTAHL LENI (1902-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Seule grande cinéaste allemande du nazisme, Leni Riefenstahl est née à Berlin. D'abord danseuse, elle joue ensuite dans de nombreux films d'Arnold Franck, parmi lesquels La Montagne sacrée (1926), Tempête sur le Mont-Blanc (1930), S.O.S. Iceberg (1933). En 1932, elle réalisa avec Franck La Lumière bleue (Das blaue Licht, 1932). Très proche du pouvoir nazi, elle réalise un premier court-métrage de propagande en 1933, puis son œuvre la plus célèbre Le Triomphe de la volonté (Der Triumph des Willens, 1934), un film de montage d'une ampleur exceptionnelle tourné, avec l'assentiment du Führer, à l'occasion du grand congrès de Nuremberg. Pour les uns (Georges Sadoul), c'est là un document « inégal et grandiloquent » mettant en évidence, « derrière le décorum apparent, la barbarie foncière » du régime ; d'autres (René Jeanne et Charles Ford) y voient « l'œuvre d'une intoxiquée... intoxiquée à la fois d'hitlérisme et de cinéma ; une sorte de féerie wagnérienne se déroulant dans un Walhalla populaire dont la grandeur peut choquer, mais ne saurait être niée ». Interrogée sur son film, Leni Riefenstahl elle-même déclara par la suite : « J'ai simplement montré ce dont tout le monde, alors, était témoin. Et tout le monde était impressionné. Je suis celle qui a fixé cette impression, qui l'a enregistrée sur pellicule. » Et elle ajoute : « À l'époque, on croyait à quelque chose de beau... Le pire était encore à venir, mais qui le savait ? C'est de l'histoire. Un pur film historique. Pas un film de propagande. » Mais, en 1935, la même confiait à Radio Berlin avoir voulu faire « une œuvre formidable, faite pour étreindre les âmes ». Le film vérifie en tout cas pleinement la thèse de W. Benjamin selon laquelle le fascisme représente l'esthétisation de la politique. À l'occasion des jeux Olympiques de Berlin, Leni Riefenstahl réalise ensuite Les Dieux du stade (1936-1937) ; ce film comporte deux parties : La Fête de la beauté (Fest der Schönheit) et La Fête du peuple (Fest der Völker). Si son esthétique appuyée crée d'incontestables effets de beauté plastique, elle n'en révèle pas moins l'optique nazie qui préside au film où l'exaltation païenne des corps se réfère au racisme et à l'élevage plutôt qu'à des critères humains. Le film fonctionne comme un gigantesque miroir, un piège narcissique où les foules s'identifient sans réserve aux nouveaux héros qu'on leur présente. Leni Riefenstahl n'acheva pas Tiefland, œuvre à laquelle elle travailla entre 1940 et 1945. Elle se tourna par la suite vers la photographie, réalisant notamment des reportages sur les Nuba, une ethnie du haut Soudan.

La Lumière bleue, L. Riefenstahl

Photographie : La Lumière bleue, L. Riefenstahl

L'Allemande Leni Riefenstahl joue Junta, la fille de la montagne, dans son propre film La Lumière bleue (1932). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur émérite à l'université de Paris-I, historien du cinéma

Classification

Autres références

«  RIEFENSTAHL LENI (1902-2003)  » est également traité dans :

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Les nazis et l'olympisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 128 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Olympia » (« Les Dieux du stade ») »  : […] Hitler souhaite que la réussite olympique nazie soit matérialisée, conservée et transmise, afin de marquer l'histoire. Le cinéma constitue alors un instrument de propagande majeur pour le régime ; le führer décide donc qu'un long film documentaire, sorte d'ode en images célébrant l'olympiade, soit réalisé. Il confie cette tâche à Leni Riefenstahl . Cette dernière, proche du pouvoir nazi, a déjà to […] Lire la suite

DE L'ALLEMAGNE (exposition)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire et paysage »  : […] Les œuvres qui témoigneraient de la cristallisation de « l’identité allemande » sont regroupées autour de trois thèmes. Premièrement, la reconstitution d’un passé héroïque, avec l’admiration pour l’Antiquité classique et l’Italie (J.H.W. Tischbein, Goethe dans la campagne romaine , 1787 ; Johann Friedrich Overbeck, Italia et Germania , 1812). C’est l’époque d’un art « apollinien » (Gottlieb Schi […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Jean DURRY, 
  • Pierre LAGRUE, 
  • Alain LUNZENFICHTER
  • , Universalis
  •  • 15 087 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « 1936. Berlin »  : […] En 1931, par 43 voix contre 16 et 8 abstentions, les membres du CIO ont attribué à la capitale du III e  Reich, de préférence à Barcelone, l'organisation des X es  Jeux d'été. Tandis que des « Olympiades populaires » prévues à Barcelone et soutenues par le mouvement sportif ouvrier ne pourront se tenir car la guerre civile espagnole vient d'éclater, le régime nazi va organiser une énorme mise en s […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - Le cinéma et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 453 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les films officiels »  : […] La question d'un film officiel des jeux Olympiques semble évoquée pour la première fois par le C.I.O. en 1938. Cette réflexion fait bien sûr suite à la réussite du film de Leni Riefenstahl Olympia (sorti en France sous le titre Les Dieux du stade ). Grâce aux immenses moyens mis à la disposition de la réalisatrice par le III e  Reich, celle-ci propose une œuvre grandiose, d'une incontestable qual […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude BEYLIE, « RIEFENSTAHL LENI - (1902-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leni-riefenstahl/