LECTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution de l'imprimé

Un nouvel espace pour le livre

Il n'est pas question de disserter ici des raisons pour lesquelles, en Europe, l'imprimerie apparut dans les pays germaniques au milieu du xve siècle. Bornons-nous à constater que cette invention fut réalisée en un moment et dans une région où la demande en textes écrits connaissait un accroissement vertigineux. Il est de bon ton de souligner les progrès qu'elle permit de réaliser. Mais elle contribua largement aussi à désorganiser les procédés de mise en texte qui correspondaient aux formes de lecture traditionnelles. En effet, si l'on commença par essayer d'imiter au plus près les manuscrits qu'il s'agissait de reproduire, quitte à demander à un « rubricateur » de préparer un à un les exemplaires avant leur vente, les impératifs de la mécanisation et la recherche du plus bas prix de revient firent abandonner de telles pratiques à partir du moment où, dans les années 1480, les typographes n'eurent plus à craindre la concurrence des copistes. Les repères de couleur qui balisaient les textes de théologie et de droit disparurent alors et les lignes des romans se resserrèrent. Après quoi, surtout à partir des années 1520-1530, avec le caractère romain, l'intervention des imprimeurs humanistes fit triompher de nouvelles formes de mise en texte, plus simples et plus aérées, qui correspondent à de nouvelles formes de lecture.

L'évolution de la présentation des textes, tributaire qu'elle est des gestes et des habitudes des liseurs, ne se fait pourtant que très lentement, et les manières de lire ne ressemblent encore en rien à celles que nous pratiquons. La glose, avec ce qu'elle suppose d'analyse mot à mot d'un texte emprisonné dans son commentaire, survit longtemps encore dans les milieux juridiques. Les grandes œuvres théologiques, et notamment les éditions de l'Écriture et des Pères, présentent, surtout à l'époque de la Contre-Réforme, un aspect massif qui montre bien que ces ouvrages sont d'ordinaire consultés ponctuellement et non point lus cursivement. En revanche, les éditions des auteurs classiques adoptent des formes de présentation inspirées par les humanistes, où le texte occupe la quasi-totalité de la page, les annotations étant reléguées d'abord dans certaines marges avant de se trouver entassées au bas de celle-ci au xviie siècle. Surtout, à partir du moment où Alde Manuce lance ses petites éditions en caractère italique de format in-8o, de nouvelles formes de lecture plus cursives se développent assurément. Enfin, les typographes d'avant-garde s'efforcent de codifier l'orthographe, mais se trouvent entravés dans leur effort de simplification par le poids des traditions, toujours tenaces en ce domaine, et aussi parce qu'ils s'aperçoivent vite que les lettres adventices qu'ils voudraient éliminer facilitent la saisie du mot par l'œil, notamment la distinction des homonymes ou celle des fonctions.

La lente visualisation du discours écrit

Cependant, ces typographes, qui veillèrent si soigneusement à la correction de leurs textes et qui furent pour la plupart d'admirables metteurs en page, continuèrent à présenter les œuvres sans paragraphes ni blancs. Comment donc pouvait-on lire au xvie siècle les œuvres de Rabelais ou les Essais de Montaigne sans qu'aucun blanc permette de respirer, au long de dix pages, ou parfois plus encore ? Cette présentation serrée étonne tout autant dans le cas de certains livres de piété conçus pour être lus par phrases ou par groupes de phrases, successivement destinés à orienter la méditation – par exemple, l'Imitation de Jésus-Christ. Plus surprenant encore, l'ensemble des contes et des romans, de Boccace à Marguerite de Navarre, de Belleforest à Honoré d'Urfé et Madeleine de Scudéry, se trouve mis en texte de la même façon, souvent dans une typographie comptant moins de mille signes à la page. L'Astrée d'Honoré d'Urfé et les œuvres de Mlle de Scudéry comportent, certes, des sortes de coupures favorisant des pauses, avec l'introduction dans le texte de lettres missives parfois précédées d'un titre ou encore de conversations, mais la mise en imprimé pratiquée en de tels ouvrages ne permet pas, par exemple, à la lecture d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'École nationale des chartes, directeur d'études à la IVe section de l'École pratique des hautes études
  • : conservatrice générale des bibliothèques, directrice de la bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art

Classification

Autres références

«  LECTURE  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE DE LA LECTURE

  • Écrit par 
  • Jonathan GRAINGER, 
  • Johannes ZIEGLER
  •  • 1 842 mots

La lecture est une invention culturelle, l'une des plus grandes de la civilisation. Les systèmes d’écriture, comme l’alphabet latin, ont été inventés pour transcrire le langage oral. C’est ainsi que le langage oral est devenu immortel. Dans le cerveau du lecteur, les symboles sur la page deviennent des sons du lan […] Lire la suite

ALEXIES

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre de PARTZ
  •  • 1 650 mots

Les alexies correspondent aux troubles de la lecture qui apparaissent chez des lecteurs habiles à la suite d’une lésion cérébrale aiguë (par ex. accident vasculaire ou traumatisme crânien) ou neurodégénérative (certaines démences). Ces déficits, encore appelés « dyslexies acquises », sont à différencier des « dyslexies développementales », troubles fréquents de l’acquisition du langage écrit qui […] Lire la suite

BARTHES ROLAND (1915-1980)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 4 712 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Littérature, critique, lecture : vers le « plaisir du texte » »  : […] Parallèlement à son entreprise sémiologique, Barthes porte à la littérature une attention continue, une prédilection particulière qui ne se démentira pas (son premier article, daté de 1942, est, significativement, consacré au Journal de Gide). Que ce soit avec Michelet par lui-même , où il se livre, chez cet auteur, à une surprenante analyse des rêveries substantielles, des euphories/dysphories m […] Lire la suite

BIBLIOTHÈQUES

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 8 914 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la Révolution française à nos jours »  : […] À la suite de la mise à la disposition de la nation des biens du clergé (1789), suivie de la saisie de ceux des émigrés et condamnés et de ceux des académies et sociétés savantes, il convient de décider ce qu'il fallait faire des innombrables livres qui étaient devenus propriété de l'État. On décida de regrouper l'ensemble des volumes saisis dans des « dépôts littéraires », de rédiger une bibliogr […] Lire la suite

BRAILLE

  • Écrit par 
  • Françoise MAGNA
  •  • 6 987 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Enseignement du braille »  : […] L'étude du braille devient nécessaire quand la vision ne permet plus de lire un document dans une taille de caractères « raisonnable » ou de se relire. L' apprentissage du braille suppose le développement de la sensibilité tactile des index, sensibilité qui s'émousse avec l'âge. Certaines maladies, tel le diabète, diminuent la sensibilité tactile, ce qui peut ralentir le rythme de l'apprentissage. […] Lire la suite

CARAMAZZA ALFONSO (1946- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 373 mots

Alfonso Caramazza obtient, en 1974, un doctorat en psychologie à l’université Johns-Hopkins (Baltimore, Maryland). Enseignant-chercheur dans cette université jusqu’en 1993, il occupe divers postes universitaires aux États-Unis ainsi qu’à l’étranger (Montréal, Rome, College Park, Dartmouth, Genève, Trieste) jusqu’à sa nomination, en 1995, au département de psychologie de l’université Harvard, où il […] Lire la suite

CERVEAU ET BILINGUISME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie ANNONI
  •  • 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Représentation des langues dans le cerveau bilingue »  : […] D’une manière générale, les études actuelles suggèrent que la première et la seconde langue (L 1 et L 2) partagent un réseau neuronal commun à environ 80 p. 100. Ce recouvrement s’applique particulièrement au cas de sujets bilingues naturels, c’est-à-dire ceux qui ont appris les deux langues dans la petite enfance, lorsque les deux langues sont morphologiquement proches. Mais, d’autres cas de fig […] Lire la suite

CHARTIER ROGER (1945- )

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 2 107 mots

Dans le chapitre « Texte et culture »  : […] Dans ses lignes de force, l'œuvre de Roger Chartier aide à s'interroger sur des notions aussi importantes que celles de texte, d'événement ou de culture. Les littéraires ont longtemps cru savoir ce qu'était un texte, appréhendé à partir de son auteur et de son sens (ou de son défaut de sens). La prise en compte de sa genèse (de ses avant-textes), de son devenir éditorial, de sa réception lui a déj […] Lire la suite

COLPORTAGE LITTÉRATURE DE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 2 022 mots

Dans le chapitre « Triomphe, mort et transfiguration du colportage »  : […] Au xix e siècle, le développement rapide de la librairie (système des représentants, des commis, puis des grossistes) exclut les colporteurs de la ville, ou limite leur rôle à la criée des journaux et des images satiriques. En revanche, on assiste à une considérable expansion du colportage dans les campagnes, là où une librairie ne serait pas rentable mais où existe, malgré tout, une demande pot […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le littéraire comme champ du possible »  : […] Il convient de ne pas interpréter tout uniment une telle prégnance de l'histoire et de la philosophie qui conduirait à une fin de la critique littéraire en tant que telle. Une telle tentation a eu beau être puissamment relayée par les médias et une certaine frange de la critique (et de l'université), le développement patient et savant, perspicace et souvent ironique de plusieurs entreprises critiq […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-30 novembre 2020 France. Polémique au sujet de la loi « pour une sécurité globale » sur fond de violences policières.

Le 24, l’Assemblée nationale adopte en première lecture la proposition de loi sur la sécurité globale. Le 28, quelque cent trente mille personnes selon la police – cinq cent mille selon les organisateurs – participent à des « marches des libertés » à travers le pays, contre les violences policières et l’article 24 de la loi sur la sécurité globale. […] Lire la suite

1er-5 mars 2020 France. Adoption en première lecture de la loi sur la réforme des retraites

Le 4, l'Assemblée nationale adopte sans vote, en première lecture, le projet de loi ordinaire instituant un régime universel des retraites, après le rejet des motions de censure déposées par l’opposition de gauche et celle de droite. Le 5, l’Assemblée nationale adopte en première lecture le projet de loi organique qui impose l’équilibre financier du futur système de retraite. […] Lire la suite

3-29 février 2020 France. Examen du projet de loi de réforme des retraites.

L’examen du texte est soumis à une procédure accélérée, le gouvernement souhaitant un vote en première lecture avant les élections municipales du 15 mars et une adoption définitive avant le début du mois de juillet. Le 20, quatre-vingt-douze mille manifestants participent à une nouvelle journée nationale d’action. Le 29, Édouard Philippe annonce la décision du gouvernement de recourir à l’article 49-3 de la Constitution pour faire adopter sans vote le projet de loi de réforme des retraites. […] Lire la suite

4-15 octobre 2019 France. Manifestation contre la PMA.

Le 15, l’Assemblée nationale adopte en première lecture le projet de loi sur la bioéthique, par 359 voix contre 114 et 72 abstentions. […] Lire la suite

23-24 juillet 2019 France. Ratification du CETA en première lecture par l'Assemblée nationale.

Le 23, l’Assemblée nationale ratifie en première lecture l’Accord économique et commercial global (CETA) – le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada signé en octobre 2016 – par 266 voix contre 213 et 74 abstentions – 9 élus de La République en marche (LRM) votent contre et 52 s’abstiennent. Il s’agit du texte le plus mal voté par la majorité depuis le début du quinquennat. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri-Jean MARTIN, Martine POULAIN, « LECTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lecture/