LAURIER NOBLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Arbre d'Apollon, plante bénéfique vénérée par tous les anciens peuples méditerranéens, le laurier noble (Laurus nobilis L. ; lauracées) est aujourd'hui une épice des plus communes dont les pouvoirs thérapeutiques sont oubliés. L'arôme des feuilles est dû à une huile essentielle de composition très complexe : 45-50 p. 100 d'eucalyptol, avec géraniol, linalol, terpinéol, pinène, phellandrène, acides acétique, valérianique, isobutyrique, etc. Les baies sont riches de 17-25 p. 100 d'huile balsamique verte, à consistance de beurre, dite « graisse de laurier ». Comme la plupart des épices, le laurier est stimulant et facilite la digestion. Ce n'est toutefois qu'en infusion (10-20 g/l ; contact 15 mn) qu'il se montre efficace, combat le manque d'appétit et la dyspepsie par atonie. Il s'indique aussi dans les troubles nerveux légers, l'aménorrhée atonique, l'état d'abattement des grippes, la bronchite chronique, mais il est à proscrire dans les états d'irritation interne et la grossesse. Dans l'usage externe, la décoction (20-50 g pour 1 litre de vin) ou la poudre de feuilles s'emploient en vulnéraires sur les ulcères et les plaies. L'huile est un vieil onguent populaire, utile sur les foulures, les douleurs rhumatismales et musculaires, les furoncles, les panaris, etc. (accessoirement, c'est un parasiticide vétérinaire et un insectifuge). Pour l'obtenir : faire bouillir pendant une demi-heure dans de l'eau une bonne quantité de baies bien mûres (oct.-nov.), concassées ; passer très chaud dans un linge fin en exprimant le jus ; laisser refroidir ; recueillir l'huile figée à la surface de l'eau et la chauffer au bain-marie pour éliminer toute humidité ; mêler au même poids de saindoux frais pour obtenir le « beurre de laurier » officinal. L'huile pure, en onctions sur le visage et les mains, éloigne les moustiques. Les feuilles broyées, appliquées en cataplasmes, calment les piqûres d'insectes. Les fruits, qui se sèchent et se conservent facilement, sont plus aromatiques que les feuilles et peuve [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LAURIER NOBLE  » est également traité dans :

COURONNE IMPÉRIALE & ROYALE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 1 010 mots

Clovis reçut, ou prit de lui-même, une couronne lors de la cérémonie de réception du diplôme et des insignes de consul honoraire envoyés par l'empereur Anastase (Tours, 508). Des rois d'Austrasie portent sur leurs monnaies d'or frappées à l'image de celles du basileus un casque de cérémonie byzantin et d'autres Mérovingiens ont dû porter une sorte de diadème plus ou moins gemmé. La couronne ne fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couronne-imperiale-et-royale/#i_47199

POLYCARPIQUES ou RANALES

  • Écrit par 
  • Georges MANGENOT
  •  • 4 992 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Lauracées »  : […] Les Lauracées (31 genres ; environ 2 250 espèces), arbres ou arbustes aromatiques, sont surtout représentées dans les régions tropicales, encore que certaines espèces supportent des climats tempérés chauds. Les fleurs, petites et groupées en inflorescences, sont fortement caractérisées : un réceptacle en forme de coupe ou d'urne porte, sur son bord, un ou deux verticilles de deux ou trois tépales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polycarpiques-ranales/#i_47199

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « LAURIER NOBLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurier-noble/