KHATMIYYA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot arabe dérivé de « Khatim al-Ṭuruq » (« Sceau des Ṭāriqas », c'est-à-dire des voies religieuses de l'islam) et désignant une secte du Soudan. Son origine est à la fois religieuse et politique, dans la tradition des confréries réformatrices de l'islam (wahhābites d'Arabie, sanūsī de Libye).

Vers 1830, le maître réformiste d'origine marocaine mais vivant en Arabie, Ahmad ibn Idrīs al-Fāsī, envoie au Soudan, comme missionnaire destiné à purifier l'islam du pays, Muhammad ‘Uthman al-Mirghanī (1793-1853). Celui-ci organise ses partisans du Soudan et d'Arabie en une confrérie religieuse, la Mirghaniyya, ou Khatmiyya, nom également donné au quartier général de la secte, à Kassala, près de la frontière érythréenne. Secte la plus importante du Soudan lors de l'insurrection des mahdistes, la Khatmiyya est éclipsée par le triomphe de ces derniers ; ses leaders, descendants d'al-Mirghanī, coopèrent alors avec l'administration turco-égyptienne, puis anglo-égyptienne (établie lors du condominium), qu'ils soutiennent contre les mahdistes. La Khatmiyya est particulièrement puissante dans le nord et l'est du pays. Cependant, après la Première Guerre mondiale, les Britanniques ont tendance à voir dans les descendants du Mahdī un interlocuteur valable, et la Khatmiyya s'allie alors, pour avoir plus de poids contre ses rivaux, au parti Ashiqqa (« des Frères »), fondé en 1943 par Ismā‘īl al-Azharī, partisan d'une « union de la vallée du Nil », c'est-à-dire d'une union avec l'Égypte, dont le roi est aussi appelé « roi du Soudan ». Chaque grand parti nationaliste s'appuie alors sur une confrérie religieuse pour profiter de son influence et de son électorat, et les alliances se retrouvent jusqu'au sein des syndicats du pays, en étroite liaison avec Londres et Le Caire. Mais la Khatmiyya se scinde et les dissidents forment en 1949 le « Front national » sans Azharī. Cependant, en 1952, Azharī retrouve une position politique forte avec la création du Parti national unioni [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : diplômé de l'Institut national des langues et civilisations orientales, docteur de troisième cycle

Classification


Autres références

«  KHATMIYYA  » est également traité dans :

ANSARS ou ANÇĀRS

  • Écrit par 
  • Yves THORAVAL
  •  • 720 mots

Nom donné aux croyants de Médine qui recueillirent et protégèrent le prophète Mahomet lors de sa fuite de La Mecque, les Ansars (en arabe : les défenseurs) sont souvent appelés : Ansar An-Nabi (« défenseurs du Prophète »). Au Soudan, les Ansars, ralliés au parti Umma, sont l'une des deux sectes politico-religieuses qui représentent la droite nationaliste du pays. Primitivement, Muhammad Ahmad, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ansars-ancars/#i_45676

ÉRYTHRÉE

  • Écrit par 
  • Alain GASCON, 
  • Roland MARCHAL
  •  • 5 509 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les trois moments du nationalisme érythréen »  : […] La constitution d'un nationalisme est toujours un processus complexe qui ne passe pas uniquement par le champ politique. Dans le cas érythréen, l'analyse doit redoubler de prudence, car ses bases sociales ont évolué historiquement et ont toujours fait l'objet de controverses, pour qui refuse l'histoire nationaliste promue par les mouvements de libération. La défaite italienne se produit rapidement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erythree/#i_45676

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le temps de la colonisation »  : […] Paradoxalement, la colonisation européenne contribue à un renforcement des positions musulmanes. Les transformations (réquisitions de main-d'œuvre, routes, chemins de fer) ébranlent alors les cultes du terroir et fraient la voie à une adhésion plus large à l'islam, vécu comme une religion d'Africains, comme une fraternité pour les déracinés et comme une foi mondiale capable de supporter la compara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_45676

SOUDAN

  • Écrit par 
  • Alain GASCON, 
  • Roland MARCHAL
  •  • 10 536 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'instabilité des régimes libéraux (1956-1969) »  : […] L'indépendance ne constitue pas une rupture radicale avec la période précédente. La vie politique demeure structurée autour de la compétition de deux grandes familles politiques et religieuses et la gestion d'un appareil d'État mal adaptée à la réalité plurielle et essentiellement rurale du pays. Le premier Premier ministre, Ismaïl al-Azhari, grande figure du mouvement nationaliste avant l'indépe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soudan/#i_45676

Pour citer l’article

Yves THORAVAL, « KHATMIYYA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/khatmiyya/