KABYLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il se rencontre encore un peu partout dans le monde de ces minorités ethniques ou linguistiques qui, tantôt instinctivement, tantôt consciemment, se sont opposées à toutes les tentatives d'absorption et en ont triomphé finalement. Il semble même que l'univers hostile dont elles sont entourées contribue largement à durcir leur résistance et à leur forger une personnalité nettement dégagée, originale jusque dans les manifestations les plus simples. C'est le cas des Kabyles en Algérie. Reste du grand peuple berbère dont le domaine s'étendait de l'Égypte à l'Atlantique et de la Méditerranée à l'Afrique noire, ils forment un groupement humain bien distinct par le territoire (la Kabylie), un mode de vie propre, une langue, une littérature et des traditions communes. Autant d'éléments constitutifs d'une nationalité toujours en puissance, mais jamais pleinement réalisée, dont la connaissance est indispensable pour qui veut comprendre certains problèmes posés à l'Algérie. La rébellion des Kabyles au lendemain de l'indépendance et leurs réserves à l'égard du pouvoir central traduisent un malaise qui ne trouvera sa solution que dans la reconnaissance du fait kabyle. Alger s'est au contraire acharné à vouloir détruire la langue kabyle par une politique systématique d'arabisation. Or, après la disparition des institutions politiques de la Kabylie, l'essentiel de son originalité réside dans sa langue, sa littérature, sa poésie, instruments de résistance efficace dans le passé, aujourd'hui menacés par une instruction publique généralisée qui favorise les hégémonies linguistiques.

La Kabylie

Le nom de Kabylie est la forme européanisée de l'arabe ḳbayl (tribus). Il ne semble pas que les historiens et les géographes d'expression arabe s'en soient servi dans leur nomenclature pour désigner une région quelconque de la Berbérie au Moyen Âge. Cette dénomination a été introduite par des voyageurs européens. De nos jours encore, seuls en usent en Algérie les sujets s'exprimant en français. L'arabophone dira blad leḳbayl (pays des tribus), ḳbayl étant traité ici en véritable nom propre. Quant aux Kabyles eux-mêmes, ils emploient un terme appartenant au très ancien fonds berbère : tamourt, la terre, la terre natale, la patrie, le pays.

Ce tamourt n'a jamais connu de frontières bien définies. Il eût fallu pour cela qu'il se constituât en État, et les Kabyles ont été de tout temps farouchement opposés à une hégémonie politique qui eût rendu impossible à leurs yeux l'application d'un principe de gouvernement solidement ancré dans leurs mœurs : le contrôle direct et rigoureux d'un pouvoir central électif. Le rejet d'une autorité commune de quelque importance ne signifiait cependant pas absence de cohésion. Morcelée à l'intérieur, la Kabylie n'offrait pas moins l'image d'un bloc, agissant en tant que tel, solidaire certes de l'ensemble algérien qu'elle a incarné plus d'une fois, mais sans jamais cesser de s'en distinguer. Elle servait de refuge le plus sûr aux populations des plaines fuyant devant l'envahisseur, ensuite de base de résistance et de récupération quand la puissance de l'ennemi était émoussée et que sonnait l'heure de la libération. Dans ces conditions, suivant les vicissitudes politiques et militaires, elle s'accroissait et englobait de larges lambeaux de plaines, ou se réduisait aux seuls pitons d'où l'on pouvait narguer soit l'ennemi soit un pouvoir central trop éloigné et anonyme, parfois nominalement reconnu, mais rejeté en la personne de son administration.

Formation et évolution du bloc kabyle

La lecture des auteurs anciens montre, en effet, une Kabylie tantôt cernée et réduite à ses seules montagnes inaccessibles, tantôt jetant sur les plaines ses guerriers qui contraignaient les colons à se regrouper dans les villes fortifiées et les légions à reculer, à « regagner leurs quartiers d'hiver » selon la pudique expression des historiens latins. Le même spectacle est offert au Moyen Âge successivement avec les Vandales, les Byzantins et les Arabes.

L'historien des Berbères, Ibn Khaldūn, fournit des indications précieuses sur la formation et l'évolution du bloc montagnard kabyle entre le viiie et le xive siècle. Jusqu'au xie siècle, le domaine kabyle s'étendait sur un vaste territoire compris entre Annaba (Bône) et Cherchell au nord, et les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Lounès Matoub

Lounès Matoub
Crédits : Getty

photographie

Manifestants à Alger, en juillet 1998

Manifestants à Alger, en juillet 1998
Crédits : PA Photos

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  KABYLES  » est également traité dans :

AMROUCHE JEAN (1906-1962)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 337 mots

Jean el-Mouhouv Amrouche est né à Ighil-Ali (Petite Kabylie). Peu de temps après sa naissance, sa famille, christianisée et francisée, émigre à Tunis. Après des études au collège Alaoui de cette ville, Jean Amrouche est reçu à l'École normale supérieure de Saint-Cloud ; il devient ensuite professeur à Sousse, puis à Bône et à Tunis. De 1934 à 1939, il collabore aux Cahiers de Barbarie (par des ét […] Lire la suite

AMROUCHE TAOS (1913-1976)

  • Écrit par 
  • Jacqueline ARNAUD
  •  • 1 189 mots

Sœur de l'écrivain Jean Amrouche, Taos Amrouche appartient à la Petite Kabylie, par son père, à la Grande Kabylie, par sa mère. Mais les hasards de l'histoire qui voulut que ses parents, en échange d'une bonne instruction française, fussent amenés à adopter le christianisme, puis la nationalité française, la firent naître à Tunis où les siens s'étaient exilés pour fuir l'exil intérieur au pays mêm […] Lire la suite

BERBÈRES

  • Écrit par 
  • Salem CHAKER, 
  • Lionel GALAND, 
  • Paulette GALAND-PERNET
  •  • 7 634 mots

Dans le chapitre « Les Berbères dans le monde contemporain »  : […] Au Maghreb, les Berbères sont insérés dans un environnement arabo-musulman et des États-nations qui se définissent comme tels. Marqués par un nationalisme forgé dans la lutte contre l'occupation coloniale, ces pays ne reconnaissent aucune minorité, régionale ou ethnique, en leur sein. Les Berbères ont été perçus comme un danger potentiel pour la nation et combattus comme tel, surtout en Algérie. […] Lire la suite

IDIR (1949-2020)

  • Écrit par 
  • Patrick LABESSE
  •  • 974 mots

Le chanteur et musicien kabyle Idir fut, dans les années 1970, le compositeur et interprète de « A Vava Inouva », le premier succès international maghrébin. Il a traversé les générations et au-delà de la communauté kabyle, rallié autour de lui un public arabophone et français. Le sociologue Pierre Bourdieu disait à son propos : « Ce n’est pas un chanteur comme les autres. C’est un membre de chaqu […] Lire la suite

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 265 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Après 1945 »  : […] En Kabylie, trois écrivains inscrivent leur région au cœur d'une nation à naître et d'un pays en souffrance : Malek Ouary, mais surtout Mouloud Feraoun (1913-1962 ; Le Fils du pauvre , Les Chemins qui montent , Journal ) et Mouloud Mammeri (1917-1989 ; La Colline oubliée , Le Sommeil du juste ). À l'ouest, Mohammed Dib fait vivre avec réalisme des personnages du petit peuple des villes et des camp […] Lire la suite

MATOUB LOUNÈS (1956-1998)

  • Écrit par 
  • Éliane AZOULAY
  •  • 639 mots
  •  • 2 médias

Une voix grave et veloutée, quelques notes au banjo ou au oud, parfois des effluves de violon ou de synthétiseur... Le « protest-singer » algérien Lounès Matoub se doublait d'un crooner empruntant ses mélodies, ses intonations et ses orchestrations au chaabi, musique populaire dérivée du classicisme arabo-andalou. Alors que la plupart des chanteurs kabyles à textes se cantonnent dans une sorte d' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9 avril 2009 Algérie. Réélection du président Abdelaziz Bouteflika

Les deux partis kabyles, le Front des forces socialistes et le Rassemblement pour la culture et la démocratie, qui ont boycotté le scrutin, dénoncent une fraude massive et généralisée. Le taux de participation est exceptionnellement élevé (74,11 p. 100). La modification de la Constitution, en novembre 2008, permettait au président Bouteflika de briguer ce troisième mandat. […] Lire la suite

12 février - 7 mars 2009 Algérie. Regain de violences durant la campagne électorale

Le 12 également, les deux partis kabyles – le Front des forces socialistes, le plus ancien parti d'opposition, et le Rassemblement pour la culture et la démocratie – annoncent qu'ils boycotteront le scrutin. Le 12 enfin, quelques heures après l'annonce de la candidature du président, un double attentat à la bombe près de Tébessa, ville proche de la frontière tunisienne, provoque la mort de sept personnes. […] Lire la suite

30 mai 2002 Algérie. Des élections législatives marquées par une forte abstention

Les deux partis kabyles estiment les chiffres de participation encore très surestimés. Ces formations – le Front des forces socialistes de Hocine Aït Ahmed et le Rassemblement pour la culture et la démocratie de Saïd Saadi –, principales forces d'opposition, avaient appelé au boycottage du scrutin à la suite de la crise qui agite la Kabylie depuis avril 2001. […] Lire la suite

8-20 avril 2002 Algérie. Accession du berbère au statut de langue nationale

Le Front des forces socialistes et le Rassemblement pour la culture et la démocratie, les deux formations les plus représentatives des Kabyles, boycottent la séance en dénonçant une manipulation politique, à six semaines des élections législatives. Afin de calmer la vague de contestation née en Kabylie en avril 2001, le président Abdelaziz Bouteflika a également annoncé le remplacement, dans la région, de la gendarmerie par la police ainsi que l'indemnisation des victimes des affrontements avec les forces de l'ordre. […] Lire la suite

10-25 juin 2001 Algérie. Extension du mouvement de protestation contre le pouvoir

Le 25, quelques dizaines de milliers de Kabyles manifestent dans le calme, à Tizi Ouzou, à l'occasion du troisième anniversaire de l'assassinat du chanteur Lounès Matoub.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

M'Barek REDJALA, Bouziane SEMMOUD, « KABYLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kabyles/