AMROUCHE JEAN (1906-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean el-Mouhouv Amrouche est né à Ighil-Ali (Petite Kabylie). Peu de temps après sa naissance, sa famille, christianisée et francisée, émigre à Tunis. Après des études au collège Alaoui de cette ville, Jean Amrouche est reçu à l'École normale supérieure de Saint-Cloud ; il devient ensuite professeur à Sousse, puis à Bône et à Tunis.

De 1934 à 1939, il collabore aux Cahiers de Barbarie (par des études et par des poèmes, notamment « Cendres », 1934 ; « Étoile secrète », 1937) ; producteur à Alger de la Radiodiffusion française (1944), il est, à partir de 1945, nommé à Paris rédacteur en chef de la revue L'Arche. Il réalise sur la chaîne nationale des entretiens avec des écrivains (Claudel, Gide, Giono, Jouhandeau, Mauriac...) et assure une émission hebdomadaire « Des idées et des hommes » ; en 1958, il est nommé rédacteur en chef du journal parlé mais révoqué en 1959 en raison de ses prises de position politiques : il se veut lien vivant entre le F.L.N. et la France et fidèle à ses deux patries. Il meurt quelques mois après sa réintégration à la Radio (1962), mais sans avoir assisté à l'indépendance de l'Algérie.

Hybride culturel, pris dans le « double étau de fidélités antagonistes », Jean Amrouche s'est épuisé à réconcilier en lui deux traditions. Possédant le génie de l'alternance, tantôt il interprète son peuple d'origine, tantôt il découvre des « intercesseurs » chez les grands écrivains français. Il donne une traduction française des Chants berbères de Kabylie, recueillis de la bouche de sa mère et, dans « L'Éternel Jugurtha » (L'Arche, t. XIII, févr. 1946), il dresse le portrait contrasté (son autoportrait ?) du Maghrébin moderne.

Parmi les nombreux textes donnés à des journaux français, on retiendra notamment « La France comme mythe et comme réalité » (Le Monde, 11 janv. 1958) où il dénonce la mystification coloniale.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  AMROUCHE JEAN (1906-1962)  » est également traité dans :

BERBÈRES

  • Écrit par 
  • Salem CHAKER, 
  • Lionel GALAND, 
  • Paulette GALAND-PERNET
  •  • 7 634 mots

Dans le chapitre « L'évolution »  : […] L'urbanisation progresse. Quels espaces communs la ville aux immeubles divisés en appartements peut-elle fournir aux grandes réjouissances d'antan et à leurs chants ? La population urbaine maintient les réunions lors des fêtes de famille ou lors des grandes fêtes de l'islam, mais elle connaît maintenant, avec les festivités qu'organisent les États, des spectacles nouveaux. Même si les techniques c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/berberes/#i_15062

KABYLES

  • Écrit par 
  • M'Barek REDJALA, 
  • Bouziane SEMMOUD
  •  • 6 336 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Poésie de la guerre et de l'amour »  : […] Les plus anciennes transcriptions de poèmes kabyles en caractères latins remontent au début du xix e  siècle, à 1829 plus exactement, et sont dues à l'Américain W. Hodgson. Elles font partie de sa Collection of Berber Songs and Tales , dont le manuscrit original se trouve à la bibliothèque de la Société asiatique de Paris. Ce n'est que trente-huit ans plus tard, en 1867, qu'Adolphe Hanoteau, alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabyles/#i_15062

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Avant 1945 »  : […] C'est en Algérie que la première génération se manifeste à travers des essais et des romans à thèse. En 1920, le premier roman, Ahmed Ben Mostapha, Goumier , est de Ben Si Ahmed Bencherif (1879-1921). Il faut aussi citer les noms de Abdelkader Hadj Hamou (1891-1953), Chukri Khodja (1891-1967), Mohammed Ould Cheikh (1905-1938), Aly El Hammamy (1902-1949), Rabah Zenati (1877-1952), Djamila Debêche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-litteratures-maghrebines/#i_15062

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'invention de la négritude »  : […] À la fin des années 1930, c'est à nouveau à Paris, dans le milieu des étudiants d'origine africaine ou antillaise, que se cristallise la notion de négritude. Plus que d'un concept, il s'agit d'un signe de reconnaissance, d'un « mot de passe » par lequel peuvent s'identifier des jeunes gens se découvrant étrangers à eux-mêmes, parce que trop engagés dans la voie de l'acculturation. La négritude ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_15062

Pour citer l’article

« AMROUCHE JEAN - (1906-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-amrouche/