MEISSONNIER JUSTE-AURÈLE (1695-1750)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Turin de père provençal, Meissonnier vint très tôt à Paris. En 1724 il est admis à la maîtrise comme orfèvre du roi travaillant aux Gobelins, et dès 1726 il succède aux Berain comme dessinateur de la chambre et du cabinet du roi. L'examen systématique des dessins datés de Meissonnier permet de saisir l'évolution de son style. En 1725 les « gardes d'épées d'or pour les présens du mariage du Roi » sont tout à fait symétriques alors qu'en 1728, un modèle de « chandelier en sculpture en argent » avec des motifs différents sur chaque face, un cartouche posé en biais, est un des premiers exemples d'œuvre vraiment asymétrique. On parle souvent d'influence italienne à propos de Meissonnier, mais sa formation est française et s'il a pris des idées à l'étranger ce serait peut-être dans le style auriculaire de l'orfèvre hollandais Adam van Vianen. Quoi qu'il en soit, les éléments employés par Meissonnier et qu'il répandra à partir de 1734 avec la publication de son Livre d'ornemens inventez et dessinez par J. O. Meissonnier sont ceux du style rocaille : coquille, enroulements brisés, cartouche asymétrique. Son œuvre est essentiellement constituée par des dessins et des projets car, bien qu'orfèvre lui-même, il faisait généralement exécuter ses pièces d'orfèvrerie par Duvivier. À partir de 1735, on sait peu de choses sur lui. Il donna des dessins d'intérieur, beaucoup plus rococo et asymétriques que ce qu'on faisait au même moment en France. Même si la plupart de ses projets, choquant par leur outrance, ne furent pas exécutés (dans le domaine de l'architecture, Meissonnier n'eut guère de succès et son célèbre projet de façade pour l'église Saint-Sulpice à Paris fut écarté), Meissonnier, par sa fougue et son esprit inventif n'en reste pas moins l'un des fondateurs du style rocaille ou « pittoresque ».

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  MEISSONNIER JUSTE-AURÈLE (1695-1750)  » est également traité dans :

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 414 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le style Louis XV et le rococo »  : […] Le mobilier du xviii e  siècle, directement issu du baroque, est dominé par le style rocaille, caractérisé par des lignes sinueuses souvent dissymétriques, la profusion des motifs végétaux, feuillages et fleurs. Ce style est imposé en France par des ébénistes comme Charles Cressent qui fixe certains types de meuble, le bureau plat, la commode mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilier/#i_23171

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 567 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle : du style rocaille au néo-classicisme »  : […] C'est vers 1725-1730 que s'opéra un nouveau changement de goût, qui devait se traduire par l'épanouissement, en France, du genre pittoresque ou style rocaille, dont le rococo doit être considéré comme l'expansion internationale. L'orfèvre, dessinateur et architecte Juste Aurèle Meissonnier a sans aucun doute joué un rôle moteur dans la genèse de ce nouveau style, caractérisé par un goût effréné p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orfevrerie/#i_23171

ORNEMANISTES

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 2 572 mots

Dans le chapitre « L'ornemaniste exécutant »  : […] Si certains inventeurs d'ornements ont la capacité d'en être, ou non, les exécutants – Meissonnier, orfèvre, Pineau ou Dugoulon sculpteurs du bois, Mondon ciseleur –, tel n'est pas le cas général. On définira donc une seconde catégorie d'ornemanistes chargés de diffuser et d'exécuter les modèles à tout faire, que d'autres ont créés. Ces artisans ne sont pas toujours de purs instrumentistes reprod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornemanistes/#i_23171

PINEAU NICOLAS (1684-1754)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 446 mots

Sculpteur et décorateur issu d'une famille d'artistes français des xvii e et xviii e  siècles. Nicolas Pineau n'avait pas dix ans à la mort de son père Jean (1652-1694), sculpteur du roi, qui travailla à Versailles et dans les différents châteaux de la Couronne, mais il n'en reçut pas moins une f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-pineau/#i_23171

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les ornemanistes »  : […] La liaison entre rococo et rocaille apparaît si étroite que l'on est presque contraint de commencer par s'interroger sur la façon dont est apparu, s'est développé et a été utilisé ce type d'ornements. Depuis les études de Fiske Kimball, le lieu de naissance et de la rocaille est reconnu : ce serait tout simplement l'agence de Jules Hardouin-Mansart. À côté de l'architecte de Versailles, auprès duq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_23171

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « MEISSONNIER JUSTE-AURÈLE - (1695-1750) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juste-aurele-meissonnier/