PINEAU NICOLAS (1684-1754)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur et décorateur issu d'une famille d'artistes français des xviie et xviiie siècles. Nicolas Pineau n'avait pas dix ans à la mort de son père Jean (1652-1694), sculpteur du roi, qui travailla à Versailles et dans les différents châteaux de la Couronne, mais il n'en reçut pas moins une formation poussée de sculpteur et d'architecte. On connaît surtout son activité à partir de 1716, date à laquelle il est appelé en Russie, comme sculpteur de lambris et ornemaniste, avec une équipe dirigée par l'architecte Le Blond. Il y reste jusqu'en 1727, donnant de nombreux dessins et exécutant, en particulier, les boiseries du cabinet de Pierre le Grand au palais de Peterhof. Bien que Pineau soit éloigné de Paris, son art n'en évolue pas moins dans le sens du style pittoresque. Il le développe encore plus à son retour, où il se spécialise, comme en Russie, dans les dessins de boiseries et d'intérieurs. La publication de certains de ces dessins par Mariette, à partir de 1738, dans son Architecture française assura une diffusion rapide de ce style. Les moulures atténuées deviennent de moins en moins architectoniques. Les montants sont souvent remplacés par des bâtons enrubannés. Certains motifs nouveaux, feuillages légers et guirlandes, bords ajourés en forme de coquilles, apparaissent dans les dessins pour l'hôtel de Rouillé ou l'hôtel de Roquelaure. Les contrastes, l'asymétrie des cartouches rencontrent par leur nouveauté et leur mesure un succès immédiat. Ce succès se confirmera jusqu'à la mort de l'artiste par de nombreuses commandes pour des hôtels parisiens ou des châteaux. Son style une fois fixé n'évoluera que très peu et on le retrouve tel aussi bien dans les dessins d'intérieurs que dans les projets qu'il donna pour des édifices religieux : autels, baldaquins, etc. Sa seule commande pour le roi lui fut obtenue par Mme de Pompadour pour le château de La Muette.

On associe toujours le nom de Pineau à celui de Meissonnier comme inventeurs du style rocaille. Si Meissonnier est plus original, plus inventif, plus hardi que Pineau, le succès de ce dernier fut plus durable, sans doute parce que ses dessins, plus mesurés et tenant mieux compte des exigences techniques, étaient plus faciles à réaliser.

Son fils Dominique (1718-1786) fut son élève et profita de son succès ; il se spécialisa dans la sculpture sur bois, art dans lequel il s'imposa pour son habileté. On connaît de lui, en outre, quelques dessins de meubles.

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  PINEAU NICOLAS (1684-1754)  » est également traité dans :

ORNEMANISTES

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 2 572 mots

Dans le chapitre « L'ornemaniste comme inventeur »  : […] Selon Perrault, Watelet ou Quatremère de Quincy, c'est d'abord en architecture qu'on se sert d'ornements, parties essentielles de la décoration, éléments distinctifs des ordres. L'ornemaniste aura donc des prétentions architecturales, même s'il n'est pas architecte lui-même. Les critiques adressées aux projets architecturaux de Gilles Marie Oppenord et de Juste Aurèle Meissonnier – deux orneman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornemanistes/#i_40600

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les ornemanistes »  : […] La liaison entre rococo et rocaille apparaît si étroite que l'on est presque contraint de commencer par s'interroger sur la façon dont est apparu, s'est développé et a été utilisé ce type d'ornements. Depuis les études de Fiske Kimball, le lieu de naissance et de la rocaille est reconnu : ce serait tout simplement l'agence de Jules Hardouin-Mansart. À côté de l'architecte de Versailles, auprès duq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_40600

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « PINEAU NICOLAS - (1684-1754) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-pineau/