GRACQ JULIEN (1910-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mort Angers, le 22 décembre 2007, Julien Gracq, pseudonyme de Louis Poirier, est né le 27 juillet 1910 à Saint-Florent-le-Vieil, en Maine-et-Loire. Agrégé d'histoire et de géographie, il enseigne cette discipline, principalement au lycée Claude-Bernard, jusqu'à sa mise à la retraite en 1970. Cette carrière d'enseignant est interrompue par la guerre. Louis Poirier est prisonnier de juin 1940 à février 1941. Parallèlement, l'écrivain Julien Gracq élabore son œuvre. Il obtient en 1951 le prix Goncourt, qu'il refuse, pour Le Rivage des Syrtes.

Palimpsestes

Julien Gracq est vraisemblablement l'écrivain contemporain qui suscite le plus de malentendus depuis ses débuts. Son premier livre, un roman (Au château d'Argol, 1939), paraît la même année que La Nausée : d'emblée, Gracq est hors de toute mode, et, comme son ouvrage est immédiatement salué par André Breton, un premier malentendu s'instaure : désormais, l'adjectif « surréaliste » sera très fréquemment associé à son nom. Gracq a été un compagnon de route du surréalisme, il ne s'est jamais associé aux textes collectifs ; en revanche, il a exprimé à plusieurs reprises une grande admiration pour André Breton, sur lequel il a écrit un essai qui est un bel acte d'indépendance. Dans les années cinquante, en pleine période du nouveau roman, l'écrivain paraît académique à une critique qui se veut également « nouvelle ». La narration expérimentale n'est pas son domaine ; il n'en possède pas moins une stratégie, énoncée dès la fin de l'Avis au lecteur du Château d'Argol : « De même que les stratagèmes de guerre ne se renouvellent qu'en se copiant les uns les autres [...], il semble décidément ratifié que l'écrivain ne puisse vaincre que sous ces signes consacrés, mais indéfiniment multipliables ». L'œuvre de Gracq peut être envisagée comme une vaste répétition, dans le sens kierkegaardien de reprise et de renaissance ; ou comme un palimpseste recouvrant des textes effacés, transformés.

Au château d'Argol est un premier exemple de « palimpseste », qui superpose des textes divers, tous du xixe siècle : Edgar Poe (

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRACQ JULIEN (1910-2007)  » est également traité dans :

MANUSCRITS DE GUERRE (J. Gracq) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 948 mots
  •  • 1 média

Après s'être chargée en 1995, du vivant de l'auteur, de l'édition des œuvres de Julien Gracq dans la Bibliothèque de la Pléiade, Bernhild Boie a pris l'initiative judicieuse de faire paraître chez José Corti deux cahiers retrouvés dans les archives léguées par l'auteur d'Un balcon en forêt à la Bibliothèque nationale de France […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-de-guerre-j-gracq/#i_39669

LE RIVAGE DES SYRTES, Julien Gracq - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 941 mots
  •  • 1 média

Publié en septembre 1951, Le Rivage des Syrtes reçut le prix Goncourt que Julien Gracq , âgé de quarante et un ans, refusa. L'année précédente, dans son pamphlet La Littérature à l'estomac, l'écrivain avait brossé une satire des critiques, des maisons d'édition et des prix littéraires. Malgré cette fervente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-rivage-des-syrtes/#i_39669

BONNET ANTOINE (1958-    )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 868 mots

C'est en 1991 qu'Antoine Bonnet commence un cycle, La Terre habitable, sur des textes de Julien Gracq. Ce cycle comprend Les Eaux étroites (1991, révisé en 1998), Aubrac (1995-1996), Les Hautes Terres du Sertalejo (1996), La Presqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-bonnet/#i_39669

CORTI JOSÉ (1895-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles GATEAU
  •  • 648 mots

En 1938, Corti distingue et publie un livre refusé par Gallimard, Au château d'Argol. L'auteur est un inconnu, Julien Gracq. Celui-ci ne voudra jamais d'autre éditeur, et sa fidélité apportera à la librairie Corti une certaine aisance financière, surtout après le succès du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-corti/#i_39669

ROMAN - Roman et cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 6 192 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « André Delvaux adapte Julien Gracq »  : […] « contours nets », donne un visage à des personnages qui n'en ont pas, il « fixe » là où il y a imprécision. C'est la position de Julien Gracq pour qui tout film, « si magnifique soit-il », reste « non soluble dans le souvenir ou la rêverie, cerné du contour net et isolant de ses images péremptoires et de ses cadrages rigides ». Il ajoute que l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-cinema/#i_39669

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis LEUTRAT, « GRACQ JULIEN - (1910-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-gracq/