LE RIVAGE DES SYRTES, Julien GracqFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Publié en septembre 1951, Le Rivage des Syrtes reçut le prix Goncourt que Julien Gracq, âgé de quarante et un ans, refusa. L'année précédente, dans son pamphlet La Littérature à l'estomac, l'écrivain avait brossé une satire des critiques, des maisons d'édition et des prix littéraires. Malgré cette fervente dénonciation de la mise en publicité des livres et des auteurs, fidèle aux éditions Corti qui lui permettront durant toute sa carrière de poursuivre son combat pour la dignité de l'œuvre littéraire, Gracq allait assister à un surcroît de publicité et de ventes du Rivage des Syrtes.

Ce récit, aux confins du roman et de la poésie, reprend le thème surréaliste de l'attente éclairée, que Breton a édifié en art de vivre. Gracq prolongeait ainsi les fruits de son expérience passée aux côtés de ceux qui s'étaient engagés à « changer la vie ». Déjà, dans Un beau ténébreux (1945), il mêlait angoisse et folle espérance, mettant en scène la race des veilleurs rongés par la certitude de l'événement. Ici, de façon plus accomplie, et comme ce sera encore le cas dans Un balcon en forêt (1958), l'attente est l'horizon à consumer qui entraîne celui qui veille dans une fuite en avant. Qu'est-ce que cela signifie, si ce n'est la volonté de voir le monde autrement, d'accomplir les pas précis qui mènent à la vérité ? L'œuvre dit l'objection de l'être face au destin.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  LE RIVAGE DES SYRTES, Julien Gracq  » est également traité dans :

GRACQ JULIEN (1910-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 1 989 mots

Dans le chapitre « Palimpsestes »  : […] Julien Gracq est vraisemblablement l'écrivain contemporain qui suscite le plus de malentendus depuis ses débuts. Son premier livre, un roman ( Au château d'Argol , 1939), paraît la même année que La Nausée  : d'emblée, Gracq est hors de toute mode, et, comme son ouvrage est immédiatement salué par André Breton, un premier malentendu s'instaure : désorma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-gracq/#i_25102

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « LE RIVAGE DES SYRTES, Julien Gracq - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-rivage-des-syrtes/