GRACQ JULIEN (1910-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'alchimie romanesque

Avec ses deux premiers romans, Gracq découvre son domaine. Il écrit en même temps des poèmes en prose recueillis dans Liberté grande (1947). Avec eux (il affectionne les « formats réduits »), il expérimente ses techniques de transformation ou de maquillage de textes antécédents, mais aussi des figures narratives auxquelles il donnera une plus grande extension (entre autres, celle calquée sur les figures des jeux de cartes, symétriques et inversées). Jusqu'en 1951, date du Rivage des Syrtes (commencé en 1947 et presque achevé en 1949), il cherche à mettre en compétition la matière romanesque et l'opéra, toujours en organisant des superpositions : ainsi le motif de la femme en blanc dans un jardin provient-il de Jules Verne (Le Château des Carpathes), de La Dame blanche de Boieldieu et de Femmes dans un jardin de Monet. L'échec de sa pièce de théâtre, Le Roi pêcheur, en 1948, qui reprend le thème de Parsifal, n'est sans doute pas pour rien dans le déplacement du modèle de l'opéra. Désormais, Gracq n'utilise plus de manière aussi ostensible des thèmes ou des gestes, ou même des « éclairages » empruntés au monde de la scène. Mais il gardera de la « leçon » wagnérienne la fascination pour « ces brèches si béantes et si éloquentes pratiquées dans la continuité du chant, brèches où il semble que ténors, basses et soprani sur la scène, et non seulement le public au fond de l'obscurité, se taisent pour laisser venir battre autour d'eux le flux de toute une marée sonore, comme s'ils faisaient silence, interdits, autour de la révélation confuse, qui déferle, de tout ce qui mûrit pour eux et pourtant hors d'eux » (En lisant, en écrivant).

Si Le Rivage des Syrtes doit être lu, selon son auteur, comme un prélude wagnérien, il n'en va plus de même de Un balcon en forêt (1958), même si son exergue est emprunté à Parsifal. Dans ce roman, les souvenirs personnels sont soumis à une alchimie qui les mêle véritablement au paysage. Gracq met au point sa technique du débordement, du décalage ou du « presque » qu'il explique dans La Presqu'île par une analogie, la transformation d'un détail de la tapisserie d'Esther et d'Assuérus dans l'église de Combray : « Il en allait pour lui comme pour ces images d'Épinal dont les taches colorées ne viennent jamais meubler que très approximativement le contour des silhouettes. » Les personnages semblent incorporés au fond, mais chez eux « l'émotion ne coïncid[e] jamais tout à fait avec sa cause ». À la « rapide superposition tonale » s'ajoute donc désormais l'art du décalage. En 1970 paraît le volume intitulé La Presqu'île, qui regroupe trois récits, l'un, homonyme, qui conduit la recherche de Un balcon en forêt à la limite où il n'existe plus entre le personnage et le narrateur qu'une marge minime ; « Le Roi Cophetua », où se trouve portée à l'extrême la technique du palimpseste ; enfin, « La Route », fragment d'un roman entrepris après Le Rivage des Syrtes et qui a tourné court : paradoxalement, cette expérience inaboutie désigne une nouvelle transformation de l'œuvre gracquienne, cette fois en direction du fragmentaire et du « nomadisme retrouvé » (Jean-Noël Vuarnet).

Julien Gracq

Photographie : Julien Gracq

En 1951, Julien Gracq refusa le prix Goncourt, qui venait de lui être attribué pour «Le Rivage des Syrtes». 

Crédits : Keystone-France/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

Les deux volumes de Lettrines (1967 et 1974) sont composés de textes généralement brefs, « impressions de voyage » à l'étranger ou en France, souvenirs de l'enfance ou de l'adolescence, réflexions sur le travail de l'écrivain ou sur des lectures. Cette répartition programme les publications à venir jusqu'aux Carnets du grand chemin (1992) : En lisant, en écrivant (1980), au titre éloquent (en écrivant on efface, en lisant on déroule le palimpseste avec ses couches superposées), Autour des sept collines (1988) qui règle plaisamment leur compte aux paysages – italiens en l'occurrence, et plus spécifiquement romains – que le poids de l'histoire et des touristes étouffe, Les Eaux étroites (1976) et La Forme d'une ville (1985), consacrés aux souvenirs d'enfance et de jeunesse. Ces deux ouvrages reprennent l'art du palimpseste et expriment l'atmosphère de naissance et de ressouvenir, « correctement pour un orage » comme le disait Stanislas Rodanski. Ils sont parmi les livres les plus accomplis que propose la littérature française de la fin du xxe siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRACQ JULIEN (1910-2007)  » est également traité dans :

MANUSCRITS DE GUERRE (J. Gracq) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 948 mots

Après s'être chargée en 1995, du vivant de l'auteur, de l'édition des œuvres de Julien Gracq dans la Bibliothèque de la Pléiade, Bernhild Boie a pris l'initiative judicieuse de faire paraître chez José Corti deux cahiers retrouvés dans les archives léguées par l'auteur d'Un balcon en forêt à la Bibliothèque nationale de France après sa […] Lire la suite

LE RIVAGE DES SYRTES, Julien Gracq - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 941 mots

Publié en septembre 1951, Le Rivage des Syrtes reçut le prix Goncourt que Julien Gracq, âgé de quarante et un ans, refusa. L'année précédente, dans son pamphlet La Littérature à l'estomac, l'écrivain avait brossé une satire des critiques, des maisons d'édition et des prix littéraires. Malgré cette fervente dénonciation de la mise en publicité des livres et d […] Lire la suite

BONNET ANTOINE (1958- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 868 mots

Compositeur français né à Paris le 9 janvier 1958, Antoine Bonnet étudie très jeune le piano, l'harmonie et le contrepoint avant d'entrer au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où il fréquente les classes de composition, d'orchestration et d'analyse. Il a notamment pour professeur Ivo Malec, Jacques Casterède et Betsy Jolas. Il obtient les premiers prix d'analyse en 1985, de rech […] Lire la suite

CORTI JOSÉ (1895-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Charles GATEAU
  •  • 648 mots

De famille corse installée en Provence et dans la région parisienne, Joseph Corticchiato, dit José Corti, au lendemain d'une guerre courageuse qui le couvrit de médailles, ouvre en 1925 une librairie au 6, rue de Clichy à Paris. L'année suivante, il se lie avec André Breton, son voisin de la rue Fontaine. De cette sympathie vont naître les Éditions surréalistes, plus riches d'espoir que d'argent, […] Lire la suite

ROMAN - Roman et cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis LEUTRAT
  •  • 6 193 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « André Delvaux adapte Julien Gracq »  : […] Le cinéaste André Delvaux a pu dire : « Adapter ne veut rien dire. On part de la matérialité d'une œuvre existante pour aboutir à un autre langage. » Certains vont jusqu'à poser une différence irréductible entre les moyens d'expression, Josef von Sternberg, par exemple : « Il n'y a aucun rapport entre la qualité d'un film et celle d'un roman. » Le parallèle peut être redoutable et servir à affirme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis LEUTRAT, « GRACQ JULIEN - (1910-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-gracq/