JOSQUIN DES PRÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les messes

La plupart des messes sont construites sur un cantus firmus profane ou sacré, mais il en est d'autres dont Josquin a forgé lui-même le thème en se proposant de résoudre des problèmes de contrepoint plus ou moins ardus. Josquin a assoupli l'usage du cantus firmus en tendant de plus en plus vers le style en « imitation continue », c'est-à-dire vers une répartition désormais plus équilibrée entre les diverses voix. À noter aussi une aération de la polyphonie par l'opposition de groupes de voix, le plus souvent soprano et ténor d'une part, dialoguant avec alto et basse de l'autre. Parmi les messes sur cantus firmus profane, nous citerons : la Missa « L'Homme armé » super voces musicales (la chanson de L'Homme armé, très populaire au xve siècle, a servi de thème à une vingtaine de messes depuis Guillaume Dufay, au xve, jusqu'à Carissimi, au xviie ; en utilisant cette mélodie, Josquin l'a changée plusieurs fois de mode, et c'est l'application aux six gammes ecclésiastiques différentes qu'indique le titre super voces musicales) ; la Missa « L'Homme armé » sexti toni (même thème, ici traité avec plus d'ampleur ; les voix parcourent toute l'étendue de leur tessiture, mais si le style est plus vocal, la construction est moins savante que dans la messe précédente) ; la Missa Fortuna desperata sur une chanson anonyme (Josquin joue avec le thème qu'il présente de diverses façons : augmentation, diminution, retournement) ; la Missa « L'Amy Baudichon madame » (il s'agit ici d'une chanson populaire dont le thème peut paraître lourd, mais comme l'écrit André Pirro, « il était séduisant d'environner ce maître engourdi de figures vives et claires » ; œuvre gaie évoluant dans le mode majeur) ; la Missa « Une musque de Buschaia », sur une chanson basque, colportée probablement par les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. La Missa Didadi super « N'aray-je » (titre étrange dont voici l'explication : le thème est emprunté à une chanson, N'aray-je j [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Josquin des Prés

Josquin des Prés
Crédits : Universal History Archive/ Getty Images

photographie

Adieu mes amours, Josquin Des Prés

Adieu mes amours, Josquin Des Prés
Crédits : AKG

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  JOSQUIN DES PRÉS (1440 env.-env. 1521)  » est également traité dans :

JOSQUIN DES PRÉS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 211 mots
  •  • 4 médias

Vers 1450-1455 Naissance de Josquin des Prés (des Près, de Prés, des Prez, Desprez...), peut-être à Beaurevoir, près de Saint-Quentin, dans le Vermandois, peut-être dans les Ardennes, aux confins de la France et du Hainaut.1477 Date de composition possible de la messe L'Ami Baudichon […] Lire la suite

MESSE PANGE LINGUA (Josquin des Prés)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 245 mots
  •  • 1 média

C'est dans ses œuvres religieuses, et plus particulièrement dans ses messes, que Josquin des Prés donne la pleine mesure de son génie : les dix-huit messes complètes qui lui sont attribuées avec certitude mettent en évidence l'apport considérable du plus illustre représentant de l'école franco-flamande dans les domaines de l'invention mélodique et d […] Lire la suite

CONTREPOINT

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 645 mots

Dans le chapitre « Le canon »  : […] Ce principe majeur de l'art du contrepoint reçoit sa forme concrète dans l'imitation d'une partie par une autre. Il se systématise de façon décisive dans le canon , c'est-à-dire dans une forme de composition où les diverses parties de la polyphonie se reproduisent textuellement avec un décalage plus ou moins important, mais de telle manière que le développement discursif de la pensée musicale soit […] Lire la suite

MÉLODIE

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère du plain-chant et du contrepoint modal »  : […] Ainsi, la mélodie est par essence un événement musical à l'état pur ; elle ne postule à son origine aucune association avec quelque complément sonore que ce soit. Elle nous apparaît telle dans le plain-chant médiéval, ou dans la musique traditionnelle de pays comme l'Inde, où, toutefois, elle se combine avec une pulsation rythmique confiée à des instruments de percussion et avec un son continu, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « JOSQUIN DES PRÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/josquin-des-pres/