GOBINEAU JOSEPH ARTHUR DE (1816-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'anthropologie à l'épopée

L'Essai sur l'inégalité des races humaines développe une sombre philosophie de l'histoire. Gobineau constate que toutes les civilisations ont fini par la décadence : ce phénomène universel ne s'explique selon lui ni par la volonté de Dieu, comme le pensait Bossuet, ni par le relâchement des mœurs comme l'ont affirmé tous les moralistes, ni par l'action du climat supposée par Montesquieu. La cause du mal réside en l'homme même : à l'origine du monde, les races, d'ailleurs inégalement douées, étaient pures, mais le mélange des sangs a ravalé les meilleures au rang des pires. Loin de croire que l'humanité soit perfectible à l'infini, l'avenir la verra s'abrutir de plus en plus dans la déchéance des métissages. Cette thèse posée, Gobineau l'illustre par une histoire fantastique du genre humain ; il montre comment les Aryans primitifs, la plus noble des races, partis de l'Asie centrale, se sont noyés au cours de leurs migrations dans les flots impurs des Noirs et des Jaunes. Vision grandiose qui atteint souvent à l'épique : car malgré ses prétentions à la science – sa documentation incertaine surprend à l'époque de l'histoire positiviste – c'est une épopée romantique qu'il écrit, analogue dans son élan, contraire dans ses conclusions, à La Chute d'un ange et à La Légende des siècles. Ce contemporain de Taine et de Renan est un poète maudit pour qui l'histoire raconte la décrépitude fatale des nations. On voit combien il est loin du « racisme » contemporain : le paradis qu'il situe au pays des Aryans, perdu depuis des millénaires, est à jamais inaccessible et la race des seigneurs pour toujours abolie. Tout au plus admet-il que, dans l'abjection des foules, « des conjonctions fortuites » peuvent créer des individus qui conservent par miracle l'originelle pureté, ceux qu'il nomme, dans Les Pléiades, les « fils de roi ». Mais ces êtres exceptionnels ne sauraient interrompre la décadence de l'espèce livrée à l'aveugle déterminisme du sang.

Désormais, la pensée de Gobineau ne variera plus. La thèse de l'Essai inspire tous ses ouvrages, soit qu'à la faveur de deux missions diplomatiques en Iran (1855 et 1861) il décrive le berceau des Aryans primitifs dans de vivants reportages (Trois ans en Asie, de 1855 à 1858, 1859 ; Les Religions et les philosophies dans l'Asie centrale, 1865), ou dans des travaux d'une érudition contestable (Traité des écritures cunéiformes, 1864 ; Histoire des Perses, 1869), soit que, obsédé pendant des années par sa propre généalogie, il tente de rattacher sa lignée au pur Aryan, Ottar-Jarl, pirate norvégien (1879), soit enfin que ses ambassades en Grèce (1864) et au Brésil (1869) l'ancrent dans son pessimisme sur l'incurable mélange des races.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  GOBINEAU JOSEPH ARTHUR DE (1816-1882)  » est également traité dans :

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les trois sources modernes du rejet »  : […] Dominant la société d'Ancien Régime dans son ensemble, l'antijudaïsme hérité du christianisme se politise en se réduisant peu à peu à la droite monarchiste antilibérale et à sa clientèle paysanne, opposées au capitalisme industriel et financier. L'Église romaine reste quant à elle inflexible dans son hostilité religieuse, comme l'illustre tristement, en 1858, l'affaire Mortara : baptisé secrètemen […] Lire la suite

ARYENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 030 mots

Francisé en « aryen », le terme sanskrit ārya (avestique, airya ) signifie « excellent, honorable, noble ». Ainsi se désignent, avec la morgue coutumière des conquérants, les populations de langue indo-européenne qui, vers la fin du III e  millénaire avant l'ère chrétienne, s'établissent sur le plateau iranien pour pénétrer dans le Pendjab entre les ~ xviii e et ~ xv e siècles. Une imposture de […] Lire la suite

LA COULEUR ET LE SANG, DOCTRINES RACISTES À LA FRANÇAISE (P.-A. Taguieff)

  • Écrit par 
  • René MONZAT
  •  • 1 368 mots

L'étude comparée des itinéraires de Joseph Arthur de Gobineau (1816-1882), de Gustave Le Bon (1841-1931) et de Georges Vacher de Lapouge (1854-1936) permet à Pierre-André Taguieff, dans un opuscule intitulé La Couleur et le sang paru en 1998 aux éditions Mille et Une Nuits dans la collection Les Petits Libres, de brosser le tableau des doctrines racistes à la française. Mus par un semblable espri […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Décadence et dégénérescence »  : […] Un même optimisme caractérise au xix e  siècle le scientisme et le positivisme en France, en Allemagne le matérialisme mécaniste de Karl Vogt et Jakob Moleschott. D'un bout à l'autre du siècle, de Saint-Simon à Ernest Solvay, semblent s'affirmer la même confiance dans la science, la même foi dans le progrès. Les réflexions dolentes sur la décadence ne manquent pas cependant. Chateaubriand se lamen […] Lire la suite

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « Préhistoire de la notion »  : […] L'idée selon laquelle il existe une hiérarchie entre des sociétés occupant des positions voisines dans l'espace n'est pas nouvelle. Les Grecs opposaient ainsi les ethnè (sing. ethnos ) et la polis (cité). Les sociétés qui relevaient de leur culture mais auxquelles « manquait » l'organisation en cités-États étaient des ethnè . Le terme est souvent traduit par « tribu » (en allemand, Stamm ), ou p […] Lire la suite

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 012 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les deux Orients »  : […] Le mot fait son apparition en Europe occidentale dans les premières décennies du xix e  siècle. En France, il est admis par l'Académie en 1840 : comme toujours, la reconnaissance entérine a posteriori un usage et, dans le cas présent, un fait intellectuel qui concerne aussi bien les lettres que les sciences de l'homme. Si la vogue de l'orientalisme doit son essor à la vulgarisation de recherches é […] Lire la suite

RACE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Universalis
  •  • 4 633 mots

Dans le chapitre « L'affirmation de la supériorité aryenne »  : […] Le privilège de la race blanche, et plus précisément de la nation aryenne, a été réaffirmé au xix e  siècle pour en faire une idée reçue avec d'autant plus de conviction qu'elle convenait aux prises de possession et aux conquêtes de l'Europe partout dans le monde. Par son Essai sur l'inégalité des races humaines , le comte de Gobineau allait dès 1853 proposer une théorie qui satisfaisait les bes […] Lire la suite

RACISME

  • Écrit par 
  • Albert MEMMI
  •  • 3 453 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Repères historiques »  : […] Le mot « race » est d'emploi relativement récent dans la langue française. Il date du xv e siècle et vient du latin ratio , qui signifie, entre autres, « ordre chronologique » ; ce sens logique persiste dans l'acception biologique qui s'impose par la suite : la race est alors comprise comme un ensemble de traits biologiques et psychologiques qui relient ascendants et descendants dans une même li […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GAULMIER, « GOBINEAU JOSEPH ARTHUR DE - (1816-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-arthur-de-gobineau/