WAYNE JOHN (1907-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

John Wayne

John Wayne
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Charge héroïque

La Charge héroïque
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


La personnalité intime des grands acteurs finit par se calquer sur celle des personnages qui font leur succès auprès du grand public. De même que Bela Lugosi vivait comme le comte Dracula, John Wayne était un vrai cow-boy. Pour l'un de ses metteurs en scène, Howard Hawks, il incarnait tous « les sentiments des pionniers romantiques ». Ce petit-fils d'Irlandais, d'Anglais et d'Écossais qui conquirent l'Ouest en le disputant aux Indiens avait hérité d'eux cette fierté d'appartenir à une Amérique puissante. Cet état d'esprit amena John Wayne à soutenir tous les courants réactionnaires extrémistes de l'histoire de son pays : de son engagement politique en faveur de McCarthy et de sa « chasse aux sorcières », jusqu'à son action militante en faveur des combats au Vietnam...

John Wayne

John Wayne

Photographie

L'acteur américain John Wayne (1907-1979) à Prescott, Arizona, en 1966. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Né Marion Robert Morrison, dans l'Iowa, de parents pharmaciens, le futur « Duke » entra au collège à dix-huit ans parce que l'entraîneur de l'équipe de football de l'université de Californie du Sud avait besoin d'un athlète de sa carrure ! Tom Mix, alors grande vedette du western muet remarqua le jeune sportif et l'engagea comme moniteur personnel d'éducation physique. Puis c'est l'engrenage : son allure attirant le regard de tous les spécialistes du casting, on le retrouve déjà, dès 1928, au générique de quatre John Ford. C'est Raoul Walsh, pour La Piste des géants (1930), qui changea Marion Morrison en John Wayne, le nom d'un héros de la révolution contre les Anglais.

Il avait déjà tourné plus d'une soixantaine de films quand John Wayne devint, en 1939, le remarquable Ringo Kid de Stage Coach (La Chevauchée fantastique). Pour son chef-d'œuvre, Ford avait eu le courage, et la prémonition, d'offrir à un acteur de troisième plan le rôle qui le plaça, au Box Office, dans la catégorie des meilleurs « westerners », aux côtés de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WAYNE JOHN (1907-1979)  » est également traité dans :

L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE (J. Ford), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 227 mots

John Ford (1894-1973) fut l'un des artisans majeurs de la mythologie du Far West, avec des films comme Le Cheval de fer (1924), La Chevauchée fantastique (1939) ou La Poursuite infernale (1946). Dans L'Homme qui tua Liberty Valance (1962), il reprend la thématique qui fonde le western depuis les origines : la lutte entre la liberté individuelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-qui-tua-liberty-valance-j-ford-en-bref/#i_82859

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 600 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la légende au « mythe » »  : […] Les tendances à l' identification et au mimétisme ont été invoquées pour justifier le succès persistant de certaines étoiles, qui seraient chargées d'un impact psychologique suffisant pour résister au changement de génération. La réalité est plus complexe ; ainsi le maintien de John Wayne en tête du box-office pendant trente ans (record seulement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_82859

Pour citer l’article

François JOUFFA, « WAYNE JOHN - (1907-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-wayne/