HEPBURN KATHARINE (1907-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Indiscrétions, de George Cukor

Indiscrétions, de George Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

photographie

The African Queen, de John Huston

The African Queen, de John Huston
Crédits : Horizon Pictures and Romulus Films Ltd./ Collection privée

photographie


La présence cinématographique de Katharine Hepburn résulte d'une alchimie déconcertante : une silhouette longue et mince, peu conforme aux canons esthétiques en vogue, un timbre de voix métallique et nasillard, un jeu parfois irritant – autant de traits qui viennent concourir au charme fou et à la grâce rayonnante de l'actrice.

Du théâtre au cinéma

Katharine Houghton Hepburn est née le 9 novembre 1907 à Hartford, dans le Connecticut, d'un père éminent chirurgien et d'une mère suffragette. Au terme de ses études à Bryn Mawr, fameuse université pour jeunes filles de la bourgeoisie, elle épouse un agent de change dont elle divorcera en 1934. Après avoir étudié l'art dramatique, elle fait ses débuts sur scène en 1928, à Baltimore, puis, la même année, à Broadway. Pendant près de quatre ans, elle fait fonction de doublure, notamment d'Alla Nazimova, ou joue dans des tournées de répertoire estivales. Elle se fait enfin remarquer, en 1932, dans The Warrior's Husband ; ce qui lui vaut de signer un contrat avec R.K.O. et de tourner un premier film, Héritage, sous la direction de George Cukor, qui sera son metteur en scène de prédilection. Avec lui, elle interprétera huit autres films, entre 1933 et 1952, et deux téléfilms, entre 1975 et 1978. Elle n'en abandonnera pas pour autant le théâtre, auquel elle reviendra de temps à autre.

Après Héritage, Katharine Hepburn s'impose très vite à l'écran : dès son deuxième film, elle tient le rôle principal, dans La Phalène d'argent de Dorothy Arzner (1933) ; elle obtient un oscar avec le troisième, Morning Glory de Lowell Sherman (1933) et reçoit le prix de la meilleure comédienne à la Mostra de Venise pour le quatrième, Les Quatre Filles du docteur March de George Cukor. Ce n'est que le début d'un grand nombre de récompenses qu'elle recevra tout au long de sa carrière. Elle sera notamment lauréate de trois autres oscars pour Devine qui vient dîner ? de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification


Autres références

«  HEPBURN KATHARINE (1907-2003)  » est également traité dans :

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie loufoque »  : […] Dans trop de ces classy comedies , le trait d'esprit relève plus souvent du dialogue que de la mise en scène. Ainsi de Private Lives (1931), Reunion in Vienna (1933), de Sidney Franklin, ou de The Devil to Pay ! (1930), de George Fitzmaurice, interprété par le très british Ronald Colman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_35989

Pour citer l’article

Alain GAREL, « HEPBURN KATHARINE - (1907-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/katharine-hepburn/