MIRÓ JOAN (1893-1983)

Quel est donc cet artiste de soixante-dix-sept ans à qui furent confiées en 1970, à l'Exposition universelle d'Osaka, la conception et la réalisation du pavillon du Rire ? Joan Miró, peut-être l'artiste le plus juvénile et le plus grave du xxe siècle. Le plus grave ? Tout le monde ne sait-il pas que Miró, ce sont les oiseaux faits de deux faucilles de couleurs, les femmes réduites à une drôle d'amande velue, tout un univers impondérable et souriant ? Paradoxalement, pourtant, l'œuvre de Miró, qui semble le fruit naturel d'une euphorique facilité, a été conquise pied à pied au prix d'une série de douloureuses décisions. À cela sans doute elle doit son incomparable verdeur...

Rarement on aura vu enfant si peu doué pour le dessin ! D'où un long et pénible apprentissage du « faire » académique. Mais ce « faire » si laborieusement acquis, le voici porté, lors de la période « détailliste », à se ronger lui-même, rongé par son propre perfectionnisme. Et Miró, sur les ruines de ce qui lui a tant coûté à acquérir, s'enivre des alcools neufs de l'automatisme surréaliste et recommence la peinture de zéro. Tout ce qu'il peint alors respire la joie la plus aérienne. Ce que l'on ignore généralement, c'est qu'il exprime, ce faisant, des hallucinations provoquées par la faim. La vraie faim : celle qu'on ne peut rassasier...

Lutte incessante contre l'adversité ou contre soi-même, contre la difficulté ou contre la facilité de la peinture, contre la misère ou contre le succès. Il suffira sans doute à Miró de s'entendre proclamer le plus grand coloriste depuis Matisse pour faire retraite dans de vastes toiles monochromes ou blanches comme de voir louer ses vertus picturales pour s'adonner exclusivement, des années durant, avec son ami Artigas, à la céramique (ou aux objets, aux sculptures). Tel est ce petit homme rond, jovial et secret auquel, selon André Breton, « le surréalisme doit la plus belle plume de son chapeau » et l'art de notre temps, à n'en pas douter, sa plus fraîche lumière.

Sur la route de Montroig


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., docteur ès lettres

Classification


Autres références

«  MIRÓ JOAN (1893-1983)  » est également traité dans :

ARTIGAS JOSEP LLORENS (1892-1980)

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 789 mots

aux vastes décorations en céramique de son compatriote, le peintre catalan Joan Miró. Et souvent on le considère tout au plus comme le conseiller technique de celui-ci. Or c'est de tout autre chose qu'il s'agit dans cette collaboration, ou plutôt dans cette complicité qui se maintient tout au long du processus d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josep-llorens-artigas/#i_11077

LEIRIS & CO (exposition)

  • Écrit par 
  •  • 1 136 mots

Dans le chapitre « Dans l’amitié des peintres »  : […] en ami du cubisme et fraternel complice. Sur le même palier, Miró se détache par une toile importante de l’automne 1924, cette Baigneuse dont l’auteur fit l’acquisition, fait rarissime dans le cours d’une vie constamment placée sous l’égide de la peinture et des amitiés d’atelier. Avec Giacometti dès 1925, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leiris-et-co/#i_11077

POLLOCK JACKSON (1912-1956)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 2 498 mots

Dans le chapitre « Formation »  : […] des revues comme Cahiers d'art, il découvre l'art de Picasso et de Miró (« les deux artistes que j'admire le plus ») et les théories des surréalistes, qui allaient bientôt débarquer à New York. Des premiers, il goûte surtout l'invention graphique (contours à double sens de Picasso, liberté « biomorphique » de Miró) ; des seconds, les notions d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jackson-pollock/#i_11077

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cas exemplaire de Miró »  : […] Le bilan de ces origines de la peinture surréaliste se termine naturellement par l'apparition de Joan Miró. Le surréalisme trouve chez lui un point de départ étymologique. Peintre naïf, il a commencé par interpréter le décor natif de sa campagne catalane, simplement en accentuant l'aspect féerique ou inattendu de chaque détail... […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_11077

Voir aussi

Pour citer l’article

José PIERRE, « MIRÓ JOAN - (1893-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-miro/