MIRÓ JOAN (1893-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La peinture assassinée et ressuscitée

Dès 1929, Miró déclare la guerre à sa propre facilité, se refuse aux sonneries de trompettes de la couleur, renonce à l'élégance de l'arabesque. Sa haire et sa discipline, au cours de cette crise d'ascétisme, ce seront les matériaux ingrats ou déconsidérés (le papier de verre, la corde) ou les formes géométriques. En 1935-1936 surgissent les « peintures sauvages », les plus dramatiques de l'œuvre de Miró, où des personnages pathétiques gesticulent dans des paysages désolés. Miró ne peut manquer d'être affecté par les événements contemporains, d'autant que c'est en Espagne, en premier lieu, que sonne le glas. Mais c'est en poète et non en propagandiste qu'il réagit, et les poètes ont essentiellement pour mission de louer et de préserver les forces vives. Aussi, au plus noir de la nuit nazie sur l'Europe, Miró célébrera-t-il avec plus de conviction que jamais la femme, l'oiseau, la nuit étoilée, l'aube et toutes les promesses de renouveau : c'est la série des Constellations (Varengeville, 21 janvier 1940 – Palma de Majorque, 12 septembre 1941), vingt-deux gouaches de petit format mais l'un des grands moments de l'art du xxe siècle. La peinture y retrouve en effet pleinement sa raison d'être. Miró ne recommence à peindre qu'en 1944, et ce sont peut-être les œuvres les plus légères, les plus allègres de sa vie qui naissent alors. Elles laissent la place, vers 1953, à des peintures vastes et brutales tout en points d'exclamation et en coups de tam-tam qui conduiront elles-mêmes, en 1961, à ces vastes surfaces vigoureusement ponctuées, les trois Bleu (Musée national d'art moderne, Paris). En 1968, ce seront les trois Peintures pour la cellule d'un prisonnier, où une étroite lézarde occupe seule tout un mur blanc. Ainsi Miró continue-t-il périodiquement à « assassiner la peinture » (selon ses propres termes), mais chaque fois pour la rappeler à ses exigences profondes et la dépouiller de sa gratuité. C'est comme s'il assumait à l'intérieur de son œuvre propre cette lutte contre l'usure des signes que manifeste publiquement la successi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., docteur ès lettres

Classification


Autres références

«  MIRÓ JOAN (1893-1983)  » est également traité dans :

ARTIGAS JOSEP LLORENS (1892-1980)

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 789 mots

Le potier Artigas n'est guère connu du grand public que pour sa collaboration aux vastes décorations en céramique de son compatriote, le peintre catalan Joan Miró. Et souvent on le considère tout au plus comme le conseiller technique de celui-ci. Or c'est de tout autre chose qu'il s'agit dans cette collaboration, ou plutôt dans cette complicité qui se maintient tout au long du processus d'élabora […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josep-llorens-artigas/#i_11077

LEIRIS & CO (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 1 136 mots

Dans le chapitre « Dans l’amitié des peintres »  : […] L’expérience surréaliste de Michel Leiris est richement illustrée, après la rencontre sans aucun doute déterminante du milieu Kahnweiler à Boulogne et de Max Jacob (Gris, Masson, Lascaux, sa future épouse Louise, dite Zette), puis celle non moins décisive des amis de la rue Blomet, Miró, Tual, Jouhandeau, Limbour, Salacrou, Desnos. Les pages (rarement montrées) de la chronique graphique tenu par É […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leiris-et-co/#i_11077

POLLOCK JACKSON (1912-1956)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 2 498 mots

Dans le chapitre « Formation »  : […] Né dans l'Ouest américain – il en garda toute sa vie une nostalgie pour les grands espaces et un intérêt très vif pour l'art des Indiens –, Pollock fut initié à la peinture dès son adolescence par son frère Charles. En 1930, il rejoint celui-ci à New York pour y étudier avec Thomas Hart Benton, le chef de file de l'école régionaliste, qui s'oppose aux médiocres tentatives des peintres américains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jackson-pollock/#i_11077

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cas exemplaire de Miró »  : […] Le bilan de ces origines de la peinture surréaliste se termine naturellement par l'apparition de Joan Miró. Le surréalisme trouve chez lui un point de départ étymologique. Peintre naïf, il a commencé par interpréter le décor natif de sa campagne catalane, simplement en accentuant l'aspect féerique ou inattendu de chaque détail... Mais, une fois lancé dans cette voie, il ne lui a fallu que quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_11077

Voir aussi

Pour citer l’article

José PIERRE, « MIRÓ JOAN - (1893-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-miro/