MIRÓ JOAN (1893-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Le plus « surréaliste » de nous tous »

Miró s'est tout à coup rendu compte (comme naguère Picasso) que Barcelone n'était qu'une province de l'art. Après un premier voyage à Paris en 1919, il s'y installe l'année suivante et il a pour voisin André Masson. Il rencontre les poètes Pierre Reverdy, Tristan Tzara, Max Jacob et assiste aux manifestations dada, qui le troublent sans doute plus qu'il n'y paraît. Il ne lui échappe pas en tout cas qu'un bouleversement est en train de s'opérer dans le domaine artistique, que poètes et peintres tentent désespérément, et souvent dans la confusion, de rendre à l'attitude créatrice une nécessité et une pureté depuis longtemps perdues. Aussi se trouvera-t-il naturellement associé au surréalisme lorsque celui-ci entreprend de ruiner la « vieillerie poétique » et artistique. Avant même la publication du Manifeste du surréalisme, on voit la peinture de Miró se métamorphoser à vue d'œil sous l'effet de ce prodigieux ferment dont la formule va être donnée par Breton : l'automatisme. De 1923 à 1924, dans Terre labourée et Le Chasseur, s'accomplit le passage du réalisme poétique à l'onirisme systématique. Chaque objet fait éclater son enveloppe convenue pour retrouver, semble-t-il, son autonomie lyrique. La comparaison est particulièrement révélatrice entre La Ferme et Terre labourée, qui en est la version surréaliste, où tous les éléments de la première toile sont identifiables, bien que chacun d'eux ait « choisi la liberté ». Le délire d'interprétation est porté à son maximum avec Le Carnaval d'Arlequin (1924-1925) mais, tout de suite après, on voit Miró faire ses gammes automatiques dans des toiles nées d'un rien : éclaboussures, salissures, tracés péremptoires, hiéroglyphes insolents et joyeux. C'est l'enfance de l'art : Miró réinvente la peinture. Quelle superbe ingénuité, mais aussi quelle sûreté plastique, dans Personnage lançant une pierre à un oiseau (1926) par exemple ! Suivent bientôt les trois Intérieurs hollandais (1928) où il re-code magistralement et méthodiquement des toiles de petits [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., docteur ès lettres

Classification


Autres références

«  MIRÓ JOAN (1893-1983)  » est également traité dans :

ARTIGAS JOSEP LLORENS (1892-1980)

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 789 mots

Le potier Artigas n'est guère connu du grand public que pour sa collaboration aux vastes décorations en céramique de son compatriote, le peintre catalan Joan Miró. Et souvent on le considère tout au plus comme le conseiller technique de celui-ci. Or c'est de tout autre chose qu'il s'agit dans cette collaboration, ou plutôt dans cette complicité qui se maintient tout au long du processus d'élabora […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josep-llorens-artigas/#i_11077

LEIRIS & CO (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 1 136 mots

Dans le chapitre « Dans l’amitié des peintres »  : […] L’expérience surréaliste de Michel Leiris est richement illustrée, après la rencontre sans aucun doute déterminante du milieu Kahnweiler à Boulogne et de Max Jacob (Gris, Masson, Lascaux, sa future épouse Louise, dite Zette), puis celle non moins décisive des amis de la rue Blomet, Miró, Tual, Jouhandeau, Limbour, Salacrou, Desnos. Les pages (rarement montrées) de la chronique graphique tenu par É […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leiris-et-co/#i_11077

POLLOCK JACKSON (1912-1956)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 2 498 mots

Dans le chapitre « Formation »  : […] Né dans l'Ouest américain – il en garda toute sa vie une nostalgie pour les grands espaces et un intérêt très vif pour l'art des Indiens –, Pollock fut initié à la peinture dès son adolescence par son frère Charles. En 1930, il rejoint celui-ci à New York pour y étudier avec Thomas Hart Benton, le chef de file de l'école régionaliste, qui s'oppose aux médiocres tentatives des peintres américains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jackson-pollock/#i_11077

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cas exemplaire de Miró »  : […] Le bilan de ces origines de la peinture surréaliste se termine naturellement par l'apparition de Joan Miró. Le surréalisme trouve chez lui un point de départ étymologique. Peintre naïf, il a commencé par interpréter le décor natif de sa campagne catalane, simplement en accentuant l'aspect féerique ou inattendu de chaque détail... Mais, une fois lancé dans cette voie, il ne lui a fallu que quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_11077

Voir aussi

Pour citer l’article

José PIERRE, « MIRÓ JOAN - (1893-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-miro/