JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'originalité de l'époque Jian'an

La complexité de cette époque rend malaisées la définition de son esprit et l'appréciation de son originalité. Comme en tout âge de transition, les contradictions abondent. On insiste parfois sur la liberté dont auraient joui les écrivains de ce temps. Sans doute la ruine des Han leva-t-elle momentanément les contraintes de l'idéologie confucéenne ; mais à peine les Cao eurent-ils pris le pouvoir que reparurent les valeurs de l'époque précédente. Le réalisme et la souplesse de Cao Cao, ce connaisseur d'hommes, ne l'empêchèrent pas d'exercer une tyrannie cruelle dont pâtirent beaucoup d'esprits indépendants. Kong Rong paya de sa vie ses récriminations ; Liu Zhen fut disgracié pour avoir regardé en face l'épouse de Cao Pi, le prince héritier, tandis qu'autour de lui toute l'assistance se prosternait. On parle volontiers de la personnalité virile et passionnée de ces écrivains, de leurs préoccupations politiques et de leur goût de l'action. Il est vrai que, dans la tourmente, plusieurs d'entre eux prirent courageusement parti. Mais il n'y a pas de poésie moins « engagée », plus fidèle aux vieux thèmes d'évasion, plus discrète et plus nourrie de formules impersonnelles que celle de Cao Pi, qui passe pour le principal animateur de la pléiade. Certains critiques attribuent les réussites littéraires de l'époque Jian'an à l'influence de la poésie populaire, qui, après une obscure et longue gestation sous la dynastie des Han, imposa enfin à l'attention des lettrés sa fraîcheur, sa simplicité, son humanité, et porta dans leur œuvre ses plus beaux fruits. D'autres, au contraire, entrevoient surtout la germination de penchants nouveaux : en ce temps-là se font jour des recherches formelles, un goût raffiné du parallélisme et de l'harmonie tonale, un culte de l'art pour l'art, qui annoncent l'évolution ultérieure de la poésie.

C'est au milieu de telles contradictions que la littérature s'engage dans une réflexion sur elle-même et tente d'affirmer son indépendance. Les premiers ouvrages de critique littéraire voient le jour à cette époque, en mar [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JIAN'AN [ KIEN-NGAN ] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)  » est également traité dans :

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite

CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « L'homme et son temps »  : […] Ces poèmes sont traditionnellement lus à la lumière des drames de l'époque ou de ceux de la vie de l'écrivain. « Né au milieu des bouleversements, j'ai grandi au milieu des armées », dit Cao Zhi. Plus rudes encore furent pour lui les épreuves de l'âge mûr. Il n'est que naturel d'en chercher le reflet dans une œuvre à l'éclat de laquelle l'auteur ne borne pas ses ambitions, brûlant qu'il est de se […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE - (196-220) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jian-an-kien-ngan-les-sept-poetes-de-la-periode/