JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les individualités

Il n'est aucun des sept poètes dont le génie puisse se mesurer avec celui des trois Cao. Plusieurs d'entre eux se distinguèrent davantage, semble-t-il, comme prosateurs que comme versificateurs. Luxun admirait la verve caustique de Kong Rong. Ruan Yu et Chen Lin servirent de secrétaires à Cao Cao, avec un tel succès que le maître ne pouvait rien reprendre aux lettres de Ruan Yu, fussent-elles rédigées hâtivement à dos de cheval, et que la simple lecture d'un ouvrage de Chen Lin le guérissait de ses indispositions. Le nom de Chen Lin s'attache aussi à une ballade fameuse, qui chante les souffrances des bâtisseurs de la Grande Muraille. Mais les deux meilleurs poètes du groupe furent Liu Zhen et Wang Can, dont la critique oppose volontiers les tempéraments, comme s'ils équivalaient aux deux faces du génie équilibré de Cao Zhi. Chez Liu Zhen brillait l'étincelle d'un génie direct et vigoureux, dont le chef-d'œuvre est une série de quatre pièces offertes à Cao Pi, sur les thèmes communs du banquet, de la séparation, de l'amitié et de la mort. Chez Wang Can, au contraire, érudit et savant autour de fu, l'art, dit-on, prévalait sur la nature. Nul cependant n'a su peindre avec plus d'émotion et de force l'horreur des désordres où s'abîma la dynastie des Han (Les Sept Tristesses).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JIAN'AN [ KIEN-NGAN ] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)  » est également traité dans :

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite

CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « L'homme et son temps »  : […] Ces poèmes sont traditionnellement lus à la lumière des drames de l'époque ou de ceux de la vie de l'écrivain. « Né au milieu des bouleversements, j'ai grandi au milieu des armées », dit Cao Zhi. Plus rudes encore furent pour lui les épreuves de l'âge mûr. Il n'est que naturel d'en chercher le reflet dans une œuvre à l'éclat de laquelle l'auteur ne borne pas ses ambitions, brûlant qu'il est de se […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE - (196-220) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jian-an-kien-ngan-les-sept-poetes-de-la-periode/