JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour l'avenir de la poésie

Au crédit de ces auteurs, il faut mettre encore deux réalisations d'une grande portée. Tout d'abord l'élargissement du domaine de la poésie shi. Grâce à eux, l'art poétique englobe désormais sans honte la poésie chantée, autrefois cultivée par les musiciens de la cour et leurs imitateurs anonymes. Non content de cette annexion, il mord aussi sur le genre littéraire le plus noble, le plus raffiné, celui du récitatif (fu), auquel il emprunte des sujets nouveaux. Ainsi le champ de la poésie s'agrandit-il dans deux directions opposées. La poésie chantée, d'une part, inspire des pièces lyriques ou narratives, dont les thèmes favoris sont le banquet et la vie de cour, la guerre et le voyage, la séparation et la solitude, l'impermanence et la mort. Du fu d'autre part, que les poètes de Jian'an continuent de pratiquer assidûment sous une forme plus brève et plus familière que leurs prédécesseurs, dérive au contraire une poésie descriptive, qui s'emploie en de courtes pièces à évoquer des objets choisis, souvent des animaux ou des plantes.

Cette expansion du champ de la poésie est favorisée par la vogue d'un nouveau moyen d'expression, le vers pentasyllabique, dont le lent essor au cours de la dynastie des Han débouche alors sur une consécration triomphale ; il devient, grâce aux Cao et à leurs protégés, le mètre poétique par excellence. Sous sa forme ancienne (guti shi), il est promis pour plusieurs siècles à un règne sans partage.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JIAN'AN [ KIEN-NGAN ] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)  » est également traité dans :

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite

CAO ZHI [TS'AO TCHE] (192-232)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 383 mots

Dans le chapitre « L'homme et son temps »  : […] Ces poèmes sont traditionnellement lus à la lumière des drames de l'époque ou de ceux de la vie de l'écrivain. « Né au milieu des bouleversements, j'ai grandi au milieu des armées », dit Cao Zhi. Plus rudes encore furent pour lui les épreuves de l'âge mûr. Il n'est que naturel d'en chercher le reflet dans une œuvre à l'éclat de laquelle l'auteur ne borne pas ses ambitions, brûlant qu'il est de se […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre DIÉNY, « JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE - (196-220) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jian-an-kien-ngan-les-sept-poetes-de-la-periode/