ROCHEFORT JEAN (1930-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 29 avril 1930 à Paris, admis au Conservatoire en 1950, où il a pour condisciples Claude Rich, Jean-Paul Belmondo, Philippe Noiret et Jean-Pierre Marielle, Jean Rochefort le quitte en 1953 pour jouer L'Amour des quatre colonels de Peter Ustinov avec la compagnie Grenier-Hussenot où il reste sept ans. Là, il côtoie Yves Robert avec lequel il tournera par la suite quelques-uns de ses films les plus célèbres. Au théâtre, il joue essentiellement des auteurs contemporains, français et étrangers : Billetdoux, Dürrenmatt, Pinter, Obaldia, Miller, Saunders, Nichols... À la télévision, il se fait remarquer dans les adaptations de Pouchkine (La Dame de pique, Stellio Lorenzi, 1958), Beaumarchais (Le Mariage de Figaro, Marcel Bluwal, 1961), ou Molière (Le Misanthrope, Pierre Dux, 1971).

À partir des années 1960, Jean Rochefort entame une carrière cinématographique d’une grande richesse et commence à façonner son personnage, où dandysme et ironie se mêlent étroitement. La série Angélique marquise des Anges (1964-1965), de Bernard Borderie, lui apporte un début de célébrité aux côtés de Michèle Mercier et de Robert Hossein. Rochefort a de l'élégance et de l'humour ; il a aussi un physique particulier : fin, osseux, la moustache et le cheveu noirs, il caracole avec aisance (dès avant Angélique, dans Le Capitaine Fracasse, Pierre Gaspard-Huit, 1960 ; Cartouche, Philippe de Broca, 1961 ; Le Masque de fer, Henri Decoin, 1962) et suivra de Broca dans ses films d'aventures (Les Tribulations d'un Chinois en Chine, 1965) comme dans ses comédies (Le Diable par la queue, 1968). Surtout, il va tourner huit films d'Yves Robert et sept de Patrice Leconte. Sous la direction du premier, on le voit en duo avec Pierre Richard dans des pastiches de films d'espionnage (Le Grand Blond avec une chaussure noire, 1972, puis Le Retour du grand blond, 1974), et face à Marcello Mastroianni dans Salut l'artiste (1973). Avec Claude Brasseur, Guy Bedos et Victor Lanoux, Rochefort cultive l'amitié des groupes d'hommes d'Un éléphant ça trompe énormément (1976) et de Nous irons tous au paradis (1977) ; il profite de Mai-68 pour vivre une aventure extraconjugale (Courage fuyons, 1979) et participe également au Château de ma mère (1990) et au Bal des casse-pieds (1991).

Yves Robert, Miou-Miou et Jean Rochefort

Photographie : Yves Robert, Miou-Miou et Jean Rochefort

Le métier d'acteur n'était pas séparable chez Jean Rochefort d'un fort sentiment de l'amitié. On le voit ici avec l'actrice Miou-Miou et le réalisateur Yves Robert, lors du tournage du Bal des casse-pieds (1991). 

Crédits : Jerome Prebois/ Sygma/ Getty Images

Afficher

Il figure déjà dans le premier long-métrage de Leconte avec Coluche (Les vécés étaient fermés de l'intérieur, 1976) et son interprétation de Lucien Jeunesse animant à travers la France « Le Jeu des mille francs » de France Inter, accompagné de son technicien (Gérard Jugnot), est un modèle de sobriété et de profondeur (Tandem, 1987). Il cultive le même registre dans sa rencontre avec Johnny Hallyday (L'Homme du train, 2002). Si tout le film tourne autour de son personnage dans Le Mari de la coiffeuse (1990), Jean Rochefort excelle dans les œuvres chorales où il parvient à imposer son personnage en l'espace de très peu de scènes (Tango, 1992 ; Ridicule, 1995). D'ailleurs, il aime aussi les confrontations, les numéros d'acteur avec des partenaires aussi pittoresques que lui (Les Grands Ducs, 1995, avec J.-P. Marielle et P. Noiret, comme auparavant Que la fête commence, Bertrand Tavernier, 1974, avec le même Noiret).

Mais ses plus marquantes prestations se situent dans l'expression de tout le non-dit qui hante le commandant de l'escorteur des chalutiers du Grand Nord qui se sait atteint d'un mal incurable et rêve de son passé colonial (Le Crabe-Tambour, Pierre Schoendoerffer, 1978) et dans la réserve du fils qui, en recherchant sa vieille mère disparue le long d'une voie de chemin de fer, renoue avec sa propre fille des rapports depuis longtemps disjoints (Un étrange voyage, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « ROCHEFORT JEAN - (1930-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-rochefort/