BROCA PHILIPPE DE (1933-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réalisateur français. Fils d'un industriel de la photographie, c'est tout naturellement que Philippe de Broca suit, après le baccalauréat, les cours de l'École technique de photographie et de cinéma de la rue de Vaugirard. Ses études terminées, il parcourt comme opérateur l'Afrique pendant un an, avant d'être appelé sous les drapeaux, où il rejoint le Service cinématographique des armées. Libéré, il devient assistant-réalisateur, d'abord de Henri Decoin et de Georges Lacombe, puis de Claude Chabrol, sur les tournages du Beau Serge et des Cousins, et de François Truffaut, sur celui des 400 Coups. Celui-là va financer ses premiers films : Les Jeux de l'amour (1959) et Le Farceur (1960), deux comédies poétiques, interprétées par Jean-Pierre Cassel, qui attirent l'attention des producteurs. Après L'Amant de cinq jours, troisième volet des péripéties de l'elfe Cassel, Philippe de Broca enchaîne deux films d'aventures avec Jean-Paul Belmondo : Cartouche (1961) et L'Homme de Rio (1963), qui obtient un immense succès. Il consolide celui-ci avec Un Monsieur de compagnie (1964), pour lequel il retrouve J.-P. Cassel, et Les Tribulations d'un Chinois en Chine (1965), de nouveau avec Belmondo. Mais, l'échec critique et commercial du Roi de Cœur (1966), « conte philosophique » surréaliste qu'il considère comme son premier film vraiment personnel, est tel qu'il décide d'abandonner le cinéma. Il y revient cependant, après deux ans de silence, avec Le Diable par la queue (1968), qui révèle les dons comiques d'Yves Montand. Dès lors, sa carrière et son œuvre suivent une ligne semble-t-il toute tracée, sans hiatus, ni véritable surprise. Quelques films se détachent, comme Le Magnifique (1973), L'Incorrigible (1975), Le Cavaleur (1978) et Le Bossu (1997).

Le caractère « commercial » du cinéma de Philippe de Broca lui a souvent valu d'être négligé. En outre, ses films relevant, à quelques exceptions près, de la comédie, – mais une comédie singulière, où se mêlent marivaudage, burlesque, commedia dell'arte, absurde, vaudeville et farce –, on lui a accolé l'étiquette quelque peu méprisante de « réalisateur de films comiques ». À ses débuts, on l'a volontiers opposé à la Nouvelle Vague ; les œuvres de celle-ci étant jugées « malsaines », certains critiques surenchérirent sur la « fraîcheur », la « joie de vivre », la « gaieté » qui émanaient de ses comédies. Puis, avec le succès public qui accueillit la plupart de ses œuvres postérieures, on lui reprocha ce qui apparaissait alors être des qualités – manque de sérieux, légèreté –, lui concédant tout au plus le savoir-faire d'un bon technicien.

Or Philippe de Broca est un des très rares cinéastes français qui, dans le domaine de la comédie, ait su allier, à l'instar des grands modèles américains et italiens, divertissement populaire et œuvre d'auteur. La grande majorité de ses films mettent en effet en scène des hommes immatures, généralement incapables de prendre leurs responsabilités, qui cultivent l'oisiveté afin de « connaître la suprême volupté, celle de ne rien faire ». Impénitents rêveurs, les héros du cinéaste opposent au travail et à tout autre forme d'embrigadement (mariage, famille, armée, religion, etc.) une force d'inertie sans pareille. C'est qu'ils prennent la vie trop au sérieux pour la perdre à la gagner, et préfèrent jouir de l'instant présent... Papillonnant autour des femmes, incapables de rester un instant en place, ils s'enivrent de leur propre mouvement comme pour s'étourdir et abolir ainsi la fuite du temps. Mais, s'ils entendent agir sur l'ordre des choses, ils le font sans aucune volonté démiurgique : ils ne mettent en scène personne d'autre qu'eux-mêmes. L'apparence est ici souveraine. Il n'y a de vraie réalité que celle de l'imaginaire, et « les seuls vrais voyages sont ceux que l'on fait par la fenêtre ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Autres références

«  BROCA PHILIPPE DE (1933-2004)  » est également traité dans :

CASSEL JEAN-PIERRE (1932-2007)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 871 mots

Année 1950 : un film dans lequel Jacques Hélian et son orchestre tiennent la vedette, Pigalle Saint-Germain-des-Prés , marque la première apparition de Jean-Pierre Cassel à l'écran – il y incarne un danseur de be-bop dans les caves alors fameuses... Né à Paris, élève du cours Simon, il va multiplier les apparitions tout au long de la décennie, selon le parcours hiérarchisé de l'époque : figuration […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain GAREL, « BROCA PHILIPPE DE - (1933-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-de-broca/