LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

«La Chinoise», J.-L. Godard

«La Chinoise», J.-L. Godard
Crédits : UCLA Photo Collection/ Collection privée

photographie


Contrairement à une légende tenace, la carrière de Jean-Pierre Léaud n’a pas débuté avec Les Quatre Cents Coups (1959). Non seulement il a joué (avec Jean Marais) en 1957 dans La Tour, prends garde !, de Georges Lampin, mais il est apparu, à l’âge de quatre ans, dans Un homme marche dans la ville, de Marcello Pagliero. Rien d’étonnant à cela, puisque, né le 5 mai 1944, il est le fils de la comédienne Jacqueline Pierreux et du scénariste Pierre Léaud. À quinze ans, Les Quatre Cents Coups, premier long-métrage de François Truffaut et acte de naissance officiel de la nouvelle vague, le propulse au rang de vedette, sous l’égide de Jean Cocteau, pour qui il interprète un petit rôle dans Le Testament dOrphée (1960). Léaud devient un acteur marquant de la nouvelle vague, à travers les films de François Truffaut et de Jean-Luc Godard, puis de Jean Eustache, de Philippe Garrel (La Concentration, 1968 ; Rue Fontaine, 1984 ; La Naissance de l’amour, 1993), de Jacques Rivette (Out 1, 1970-1972) ou de Luc Moullet (Une aventure de Billy le Kid, 1971). Mais il participe en même temps à des films qui dessinent la modernité de ces années 1960-1970 : Le Départ (Jerzy Skolimowski, 1967), Porcherie (P. P. Pasolini, 1969), Les Héritiers (Carlos Diegues, 1969), Le Lion à sept têtes (Glauber Rocha, 1970), Le Dernier Tango à Paris (Bernardo Bertolucci, 1972)... Au cours des années 1990-2000, nombre de jeunes réalisateurs (Aki Kaurismäki, Olivier Assayas, Marion Vernoux, Noémie Lvovsky, Nobuhiro Suwa et surtout Tsai Ming-liang (Et là-bas, quelle heure est-il ?, 2001 ; Visage, 2009) vont utiliser Léaud comme une référence.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- )  » est également traité dans :

GODARD JEAN-LUC - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 412 mots

3 décembre 1930 Naissance de Jean-Luc Godard à Paris, d'une riche famille bourgeoise et protestante suisse. Il est élevé par sa mère au milieu des livres, et dans la religion protestante. 1948 Après des études dans un collège à Nyons en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris, il passe son baccalauréat à Grenoble, et renonce à faire « maths-sup  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/godard-reperes-chronologiques/#i_87192

LA MAMAN ET LA PUTAIN, film de Jean Eustache

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 042 mots

Dans le chapitre « Un regard authentique »  : […] Le film est une longue confession autobiographique. Eustache radicalise le scénario vaudevillesque du ménage à trois, à la Jules et Jim , avec l'homme, sa compagne régulière (la Maman) et la jeune maîtresse (la Putain). Tout le film est construit sur des conversations, des dialogues ou des monologues, cadrés en longs plans-séquences et en champ contre-champ. Eustache réalise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-maman-et-la-putain/#i_87192

LES QUATRE CENTS COUPS, film de François Truffaut

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un film juste, pittoresque et fluide »  : […] Les Quatre Cents Coups est d'abord un film sur l'adolescence. On a beaucoup discuté de son caractère autobiographique. François Truffaut a puisé dans ses souvenirs d'enfance pour décrire les difficultés de comportement de son jeune héros, rejeté à la fois par un professeur particulièrement odieux et par des parents qu'il encombre. Mais son film se déroule dans le Paris de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-quatre-cents-coups/#i_87192

TRUFFAUT FRANÇOIS (1932-1984)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 159 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « La vie, c’était l’écran » »  : […] François Truffaut est né le 6 février 1932, à Paris, de père inconnu. Sa mère, Janine de Montferrand, secrétaire-dactylo à l’ Illustration , doit accoucher en secret. Roland Truffaut, architecte-dessinateur, épouse Janine et donne son nom à l’enfant. D’abord élevé par ses grands-parents, François se retrouve à dix ans à Paris, entre une mère qui ne lui demande que de se fair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-truffaut/#i_87192

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-leaud/