LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut

Les Quatre Cents Coups, F. Truffaut
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

«La Chinoise», J.-L. Godard

«La Chinoise», J.-L. Godard
Crédits : UCLA Photo Collection/ Collection privée

photographie


La mise en scène dans la mise en scène

Selon ceux qui le dirigent, Léaud porte l’écharpe comme Truffaut, montre la véhémence de Godard, l’élégance de Bernardo Bertolucci, l’ascétisme nerveux de Philippe Garrel… C’est ici qu’apparaît la principale originalité de son jeu. Par cette attitude, il renvoie au cinéaste son image de metteur en scène, comme dans un miroir, et se pose lui-même en metteur en scène à l’intérieur du film. C’est le geste inaugural du dernier plan des Quatre Cents Coups : plantant son regard dans l’objectif de la caméra, il refuse ou détourne le pouvoir de son mentor. Il retourne la fonction de la caméra, prenant le spectateur à témoin de la mise en scène qu’il subit et refuse à la fois. Sa manière de travailler sur le plateau, imprévisible, insaisissable, est du même ordre : « Quand Léaud est parti, on ne sait pas où il va », commente le chef opérateur Willy Kurant à propos du tournage du Départ de Skolimowski. Ce n’est qu’avec les plus grands que cet affrontement s’étend tout le long d’un film. Le plus souvent, par cette méthode, Jean-Pierre Léaud donne à chaque film (Pour rire !, de Lucas Belvaux, 1997 ; LAffaire Marcorelle, de Serge Le Péron, 2000 ; Le Pornographe, de Bertrand Bonello, 2000 ; Le Havre, d’Aki Kaurismäki, 2011 ; Camille redouble, de Noémie Lvovsky, 2012), fût-ce parfois dans une seule scène, une force poétique aussi intense que celle apportée autrefois par certains grands seconds rôles comme Robert Le Vigan ou Jules Berry.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- )  » est également traité dans :

GODARD JEAN-LUC - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 412 mots

3 décembre 1930 Naissance de Jean-Luc Godard à Paris, d'une riche famille bourgeoise et protestante suisse. Il est élevé par sa mère au milieu des livres, et dans la religion protestante. 1948 Après des études dans un collège à Nyons en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris, il passe son baccalauréat à Grenoble, et renonce à faire « maths-sup  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/godard-reperes-chronologiques/#i_87192

LA MAMAN ET LA PUTAIN, film de Jean Eustache

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 042 mots

Dans le chapitre « Un regard authentique »  : […] Le film est une longue confession autobiographique. Eustache radicalise le scénario vaudevillesque du ménage à trois, à la Jules et Jim , avec l'homme, sa compagne régulière (la Maman) et la jeune maîtresse (la Putain). Tout le film est construit sur des conversations, des dialogues ou des monologues, cadrés en longs plans-séquences et en champ contre-champ. Eustache réalise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-maman-et-la-putain/#i_87192

LES QUATRE CENTS COUPS, film de François Truffaut

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un film juste, pittoresque et fluide »  : […] Les Quatre Cents Coups est d'abord un film sur l'adolescence. On a beaucoup discuté de son caractère autobiographique. François Truffaut a puisé dans ses souvenirs d'enfance pour décrire les difficultés de comportement de son jeune héros, rejeté à la fois par un professeur particulièrement odieux et par des parents qu'il encombre. Mais son film se déroule dans le Paris de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-quatre-cents-coups/#i_87192

TRUFFAUT FRANÇOIS (1932-1984)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 159 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « La vie, c’était l’écran » »  : […] François Truffaut est né le 6 février 1932, à Paris, de père inconnu. Sa mère, Janine de Montferrand, secrétaire-dactylo à l’ Illustration , doit accoucher en secret. Roland Truffaut, architecte-dessinateur, épouse Janine et donne son nom à l’enfant. D’abord élevé par ses grands-parents, François se retrouve à dix ans à Paris, entre une mère qui ne lui demande que de se fair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-truffaut/#i_87192

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-leaud/