LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mort du roi

Alors qu’on ne l’attendait plus, en tout cas dans un tel rôle, Jean-Pierre Léaud est en 2016 la vedette, ou plutôt le centre unique, d’un très beau film d’Albert Serra, La Mort de Louis XIV. La démarche du réalisateur catalan est aux antipodes de celle de Roberto Rossellini dans La Prise de pouvoir par Louis XIV (1966). Serra ne raconte pas des faits connus et ne s’intéresse nullement au contexte politique ou social. On ne quitte jamais du regard la chambre où agonise le roi, ni son corps ou son visage, sinon pour observer son entourage immédiat. Serra filme l’agonie de Louis à travers des impressions : lumière et surtout obscurité, conversations, chuchotements, silences, odeurs suggérées, humeurs, mastication, souffle, déglutition, objets, regards encore… Il nous offre ainsi une sorte de contre-champ du personnage de Léaud. Un Léaud de 72 ans progressivement réduit à l’immobilité, s’exprimant par des gestes convenus, codés, une grandissante économie de parole, des grognements même, des hurlements de douleur parfois… Mais un Léaud qui s’exprime par tout ce que la mise en scène de Serra lui permet encore : regards, expressions multiples du visage. Parfois, un geste rappelle « notre » Léaud : les doigts tendus, la main frappe sèchement, avec colère, le drap du lit… Serra évite de faire de cette agonie l’agonie d’une idée de la royauté ou, symboliquement encore, celle de la nouvelle vague à travers le corps vieilli et supplicié de Léaud. Le magistral travail d’acteur de Jean-Pierre Léaud ne balaie-t-il pas cette dernière fausse piste d’un geste large et définitif ? Ce qu’a parfaitement compris le festival de Cannes 2016 en profitant du film de Serra pour décerner à Léaud une palme d’or d’honneur.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- )  » est également traité dans :

GODARD JEAN-LUC - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 412 mots

3 décembre 1930 Naissance de Jean-Luc Godard à Paris, d'une riche famille bourgeoise et protestante suisse. Il est élevé par sa mère au milieu des livres, et dans la religion protestante. 1948 Après des études dans un collège à Nyons en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris, il passe son baccalauréat à Grenoble, et renonce à faire « maths-sup ». 1949 Prépare propédeutique et un certificat d'ethn […] Lire la suite

LA MAMAN ET LA PUTAIN, film de Jean Eustache

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 042 mots

Dans le chapitre « Un regard authentique »  : […] Le film est une longue confession autobiographique. Eustache radicalise le scénario vaudevillesque du ménage à trois, à la Jules et Jim , avec l'homme, sa compagne régulière (la Maman) et la jeune maîtresse (la Putain). Tout le film est construit sur des conversations, des dialogues ou des monologues, cadrés en longs plans-séquences et en champ contre-champ. Eustache réalise son film en 16 mm et e […] Lire la suite

LES QUATRE CENTS COUPS, film de François Truffaut

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 945 mots

Dans le chapitre « Un film juste, pittoresque et fluide »  : […] Les Quatre Cents Coups est d'abord un film sur l'adolescence. On a beaucoup discuté de son caractère autobiographique. François Truffaut a puisé dans ses souvenirs d'enfance pour décrire les difficultés de comportement de son jeune héros, rejeté à la fois par un professeur particulièrement odieux et par des parents qu'il encombre. Mais son film se déroule dans le Paris de la fin des années 1950 e […] Lire la suite

TRUFFAUT FRANÇOIS (1932-1984)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 159 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « La vie, c’était l’écran » »  : […] François Truffaut est né le 6 février 1932, à Paris, de père inconnu. Sa mère, Janine de Montferrand, secrétaire-dactylo à l’ Illustration , doit accoucher en secret. Roland Truffaut, architecte-dessinateur, épouse Janine et donne son nom à l’enfant. D’abord élevé par ses grands-parents, François se retrouve à dix ans à Paris, entre une mère qui ne lui demande que de se faire oublier et un père s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-leaud/