LAMOUR JEAN (1698-1771)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ferronnier lorrain, Jean Lamour travailla à Nancy sous la direction de l'architecte Héré à la chapelle du Bon-Secours (grilles), à la maison des Missions royales (rampe d'escalier et balcons) et surtout à la place Stanislas. Les deux grilles monumentales (1751-1755) qui ferment cette place sont le triomphe de la ferronnerie. Fortement rythmées par des pilastres, elles ont un caractère architecturé imposé par Héré. Mais à l'intérieur de ce cadre, Lamour joue librement, avec une technique parfaite, des éléments décoratifs du style Louis XV, feuilles d'acanthe, coquilles ; la beauté de ces ornements est mise en valeur par la dorure qui les recouvre. Les piliers sont surmontés de vases de fleurs, au-dessus des entablements courent des rinceaux qui entourent le monogramme couronné de Stanislas Leszczyński. Ces grilles servirent d'autant plus de modèles à de nombreux ferronniers que Jean Lamour en fit graver les dessins dans son Recueil des ouvrages de serrurerie, en 1767.

Nancy : la place Stanislas

Nancy : la place Stanislas

photographie

La place Royale (devenue place Stanislas en 1831) fut édifiée à Nancy entre 1752 et 1755 sur l'initiative du duc de Lorraine Stanislas Leszczynski, à la gloire et en l'honneur de son gendre Louis XV. Il fit appel à l'architecte Emmanuel Héré, qui choisit de clore les quatre coins cardinaux... 

Crédits : R. Reyren

Afficher

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  LAMOUR JEAN (1698-1771)  » est également traité dans :

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le fer »  : […] Des textes égyptiens datant d'environ 3500 avant J.-C. mentionnent l'existence de l'utilisation du fer. À Gerzeh, des éléments de perles fabriqués à partir de fer météorique ont été retrouvés, mais l'emploi de ces épaves de fer comme bijoux ne constitue pas un point de départ certain pour l'art du fer. Le travail de mise en forme de ce métal n'a, pour ainsi dire, pas évolué de la préhistoire à nos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_26748

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « LAMOUR JEAN - (1698-1771) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lamour/