LAMOUR JEAN (1698-1771)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La place Stanislas, chef-d’œuvre de Jean Lamour

C’est à Stanislas que revient le projet d’une place royale pour Nancy, dédiée à son gendre Louis XV. Il en confie la réalisation à Emmanuel Héré, qui va créer une place, unique, où l’harmonie naît de l’union des arts. De 1752 à 1755, Jean Lamour réalise les grilles et les portiques de la place Royale (aujourd’hui appelée place Stanislas) ainsi que des deux autres incluses dans le projet urbain de Stanislas : la place de la Carrière et la place d’Alliance. Ces trois lieux seront classés au patrimoine mondial par l’UNESCO en 1983.

Grilles et fontaines de la place Stanislas (Nancy)

Photographie : Grilles et fontaines de la place Stanislas (Nancy)

Le maître serrurier Jean Lamour (1698-1771) exécuta de 1752 à 1755 les grilles ornant la place Stanislas de Nancy, chef-d'œuvre de l'art rococo. Derrière les sculptures des fontaines dues à Barthélemy Guibal (1699-1757), les ferronneries aux arabesques infinies forment un triple portique.... 

Crédits : Julian Elliott Photography/ The Image Bank Unreleased/ Getty Images

Afficher

Pour la place Royale, Jean Lamour réalise des grilles et des portes au débouché de chaque rue y menant ainsi que les portiques de fer surmontant les fontaines du sculpteur Barthélemy Guibal (1699-1757), qui assurent une liaison entre les constructions en pierre de la place. Enfin, il réalise les balcons de l’hôtel de ville, une de ses grandes fiertés : il disait y avoir créé l’effet du bronze ciselé. Tous ces éléments – grilles, portes, portiques et balcons – constituent un ensemble homogène et raffiné. Pensée comme un hymne à la France, la place permet au serrurier d’exprimer pleinement son art du dessin. C’est ainsi qu’il exécute les riches motifs qui seront ensuite réalisés en métal : couronne royale, fleurs de lys, colliers de Saint-Michel et du Saint-Esprit, coq gaulois soutenant les lanternes. Jean Lamour ne travaille pas seulement à la décoration extérieure de la place, il orne aussi l’intérieur des pavillons qui la bordent et réalise la double rampe d’escalier de l’hôtel de ville.

Après la mort de Stanislas, en 1766, l’activité de Jean Lamour décroît. L’année suivante, il publie un ouvrage reprenant ses nombreuses réalisations, le Recueil des ouvrages en serrurerie que Stanislas le Bienfaisant, roy de Pologne, duc de Lorraine et de Bar, a fait poser sur la Place Royale de Nancy, à la gloire de Louis le Bien-Aimé, composé et exécuté par Jean Lamour son serrurier ordinaire. L’ouvrage est orné d’un frontispice représentant Jean Lamour recevant le roi Stanislas et sa cour dans son atelier. Il écrit : « La serrurerie embellit l’utile. Elle a des parties pleines d’agrément, de délicatesse et de majesté, la hardiesse de l’architecture et la solidité. »

Jean Lamour meurt le 20 juin 1771, comblé d’honneurs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LAMOUR JEAN (1698-1771)  » est également traité dans :

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 120 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le fer »  : […] Des textes égyptiens datant d'environ 3500 avant J.-C. mentionnent l'existence de l'utilisation du fer. À Gerzeh, des éléments de perles fabriqués à partir de fer météorique ont été retrouvés, mais l'emploi de ces épaves de fer comme bijoux ne constitue pas un point de départ certain pour l'art du fer. Le travail de mise en forme de ce métal n'a, pour ainsi dire, pas évolué de la préhistoire à nos […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Odile LASSÈRE, « LAMOUR JEAN - (1698-1771) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lamour/