GOUJON JEAN (1510 env.-env. 1566)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Un prophète, J. Goujon

Un prophète, J. Goujon
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Salle des Caryatides du musée du Louvre

Salle des Caryatides du musée du Louvre
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Les décorations du Louvre

À la même époque, le sculpteur travaillait sous la direction de Pierre Lescot aux décorations du Louvre. En 1548 ou au début de 1549, il acheva ses allégories de La Guerre et de La Paix, deux bas-reliefs qui flanquent l'œil-de-bœuf de la façade du vieux Louvre (cour Carrée). Plus tard, en décembre 1549, il fut également chargé des allégories de L'Histoire, de La Victoire, de La Renommée, de La Gloire du roi, bas-reliefs des avant-corps latéraux de la façade (encore en place actuellement).

Il sculpta en outre pour le Louvre, en 1550-1551, la tribune des Caryatides  ; en 1552, des statues pour la cheminée du cabinet de l'Attique dans l'aile occidentale et enfin, en 1555-1556, certains bas-reliefs de l'escalier d'Henri II ; en paiements de ces travaux, il reçut des sommes importantes jusqu'en 1562. Goujon avait certainement un atelier et des élèves qui l'aidaient. L'œuvre la plus importante de ce programme est sans doute la tribune des Caryatides. Les quatre statues, d'ailleurs les seules sculptures en ronde-bosse exécutées par Goujon, témoignent d'un style antiquisant qui semble dépasser les modèles de la Renaissance italienne.

Salle des Caryatides du musée du Louvre

Salle des Caryatides du musée du Louvre

Photographie

La salle des Caryatides du musée du Louvre, Paris, construite par Pierre Lescot de 1546 à 1549, doit son nom aux quatre figures féminines sculptées par Jean Goujon en 1550 pour soutenir la tribune des musiciens. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Goujon a peut-être travaillé aussi vers 1550 à la décoration de l'hôtel Carnavalet (autrefois hôtel Ligneris), mais on ne possède aucun document sur les travaux de ce chantier qui se montrent en certaines parties de qualité différente. L'attribution à Goujon de la décoration de la chapelle du château d'Anet et surtout du groupe de la Diane d'Anet (musée du Louvre), tenue pour un des chefs-d'œuvre de l'artiste, ne semble pas justifiée. Cette attribution erronée fut proposée par l'archéologue Alexandre Lenoir et reprise tout au long du xixe siècle.

Architecte, sculpteur, Jean Goujon a réalisé aussi des gravures sur bois qui illustrent la première édition française des Dix Livres d'architecture de Vitruve, traduits en 1547 par l'humaniste Jean Martin, secrétaire du cardinal de Lenoncourt.

On ignore la date de la mort de Jean Goujon, mais il est vraisemblable qu'il se soit réfugié, étant protestant, à Bologne, où il serait mo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GOUJON JEAN (1510 env.-env. 1566)  » est également traité dans :

LESCOT PIERRE (1510 env.-1578)

  • Écrit par 
  • Yves PAUWELS
  •  • 876 mots

Parmi les trois grands architectes français de la Renaissance classique, Pierre Lescot occupe une place à part, dans la mesure où, contrairement à Delorme et à Bullant, il n'est pas issu d'une famille de maçons. Bourgeois aisé à la vie sans heurts, Lescot fut un amateur éclairé et savant, féru de théorie architecturale, mais aussi peintre et dessinateur. Loué par Du Bellay, ami de Ronsard, il fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-lescot/#i_13320

LOUVRE PALAIS DU

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  • , Universalis
  •  • 2 034 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La résidence royale »  : […] Philippe Auguste conçut le Louvre comme une puissante forteresse jouxtant, à l'extérieur, le nouveau mur d'enceinte de Paris (1190). Symbole de la suzeraineté du roi, l'énorme donjon, dont l'entrée était située au sud, défendait la voie fluviale ; Philippe le Bel accentua l'aspect massif de la construction en élevant une série de remparts : le Louvre était devenu le dépôt du trésor de l'État et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-du-louvre/#i_13320

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] Comme pour la peinture et l'architecture, les chefs-d'œuvre de Michel-Ange, spécialement la Victoire (1506, Palazzo Vecchio, Florence), les tombeaux des Médicis (1521-1526), la Pietà (1550-1553, Dôme, Florence), le Christ (Santa Maria sopra Minerva), fournirent aux jeunes artistes des modèles parfaits de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_13320

RENAISSANCE FRANÇAISE, arts

  • Écrit par 
  • Jean GUILLAUME
  •  • 2 899 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le style à l'antique »  : […] Les années 1540-1550 sont décisives pour l'avenir de la culture et de l'art français : elles voient le début d'une « haute Renaissance » qui s'épanouira dans la décennie suivante, sous le règne d' Henri II. Les humanistes multiplient les éditions et les traductions des textes classiques, Du Bellay et Ronsard exaltent la valeur de la langue française et annoncent la naissance d'une poésie nationale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance-francaise-arts/#i_13320

VITRUVE (Ier s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre GROS
  •  • 4 172 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fortune du « De architectura » pendant la Renaissance »  : […] Les nombreux manuscrits – plus de cent ont été recensés à ce jour –, qui s'échelonnent du ix e au xiv e  siècle, prouvent largement que l'ouvrage n'était pas inconnu des érudits médiévaux. L'exhumation d'un Vitruve complet des archives de la bibliothèque de Saint-Gall pendan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitruve/#i_13320

Voir aussi

Pour citer l’article

Thomas Wolfgang GAEHTGENS, « GOUJON JEAN (1510 env.-env. 1566) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-goujon/