JOHNS JASPER (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers un raffinement accru

Depuis les années 1980, le repli sur la sphère individuelle s'est intensifié dans l'œuvre de l'artiste, avec la récurrence du motif privé de la salle de bains – lieu de la nudité à soi ? – et d'objets personnels souvent peints en trompe l'œil, mais toujours intégrés à une composition plane. Simultanément a commencé une phase rétrospective et autobiographique, où se mêlent, dans un raffinement extrême, histoire du moi et histoire de l'art, en des (auto)citations – drapeaux, hachures, Picasso, Grünewald – qui, souvent camouflées, sont à décrypter dans le plan de la toile. Il faut y lire les dernières hésitations d'un moi secret qui finit par « baisser la garde » (Johns) pour révéler son espace (pictural-culturel) intime. Double démarche esthétique et introspective synthétisée dans cette révélation que constituent les Seasons (1985-1986) : la silhouette grise du peintre, intégrée à quatre compositions de citations, évoque le regard rétrospectif de Johns sur les saisons d'une carrière d'artiste et d'homme, toujours solitaire dans l'espace ambigu et peuplé des images.

Ce jeu de citations et de références semble cependant avoir fini par lasser l'artiste, dont l'œuvre, depuis le début des années 1990, a pris un tournant différent. Si les autocitations et les références artistiques demeurent (peut-être), elles se sont opacifiées au point de ne plus pouvoir être identifiées. Johns a choisi de créer des images qui ne renverraient plus directement à des sources identifiables. À l'image de la peinture Green Angel (1990, Walker Art Center, Minneapolis), très représentative de ce nouveau registre, ses œuvres tentent désormais d'être des images dénuées de symboles qui ne feraient plus appel à une connaissance préalable – de son œuvre, de l'histoire de l'art... –, mais directement et uniquement à l'œil du spectateur.

Depuis les années 1990, d'importantes expositions ont été consacrées à l'artiste, qu'il s'agisse de grandes rétrospectives soulignant son rôle dans l'histoire de l'art (Jasper Johns, a Retrospective, 1996, MoMA, New York), ou bien d'expositions [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé, docteur de troisième cycle, maître de conférences à l'université de Pau, directeur du Centre intercritique des arts du domaine anglophone

Classification

Autres références

«  JOHNS JASPER (1930- )  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. L'accident de voiture qui lui coûte la vie ne fait […] Lire la suite

IMPERSONNALITÉ EN ART

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 119 mots

L'idée d'impersonnalité renvoie d'abord à celle d'anonymat : il arrive qu'on ne sache quel nom mettre sous une toile ; on s'efforce alors de rattacher l'œuvre à un atelier, à une école, à une époque. C'est affaire d'attribution : les experts veillent, ne serait-ce que pour dépister les faussaires. Mais en dehors de ce cas, que l'on peut considérer comme le plus simple, l'impersonnalité peut ne pas […] Lire la suite

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture sans limites »  : […] Refusant le formalisme de l'abstraction géométrique et son fondement conceptuel, les artistes empruntent aux surréalistes la notion d'automatisme psychique qui accorde une priorité absolue au mode de conception. Par ailleurs, de nouveaux matériaux et de nouvelles pratiques font leur apparition et ouvrent des perspectives sans fin d'improvisation et d'expérimentation. Pollock utilise de la peintur […] Lire la suite

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pop art américain »  : […] Berceau de la société de consommation, les États-Unis sont la véritable patrie du pop ; c'est là qu'il se développa sous sa forme la plus pure et survécut le plus longtemps, influençant durablement les jeunes générations d'artistes. Le pop américain prend ses racines dans l'art populaire des peintres d'enseignes des xviii e et xix e  siècles, dans le cubisme et les objets quotidiens de Stuart D […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bertrand ROUGÉ, « JOHNS JASPER (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jasper-johns/