IMPERSONNALITÉ EN ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idée d'impersonnalité renvoie d'abord à celle d'anonymat : il arrive qu'on ne sache quel nom mettre sous une toile ; on s'efforce alors de rattacher l'œuvre à un atelier, à une école, à une époque. C'est affaire d'attribution : les experts veillent, ne serait-ce que pour dépister les faussaires.

Mais en dehors de ce cas, que l'on peut considérer comme le plus simple, l'impersonnalité peut ne pas relever d'une lacune ou d'un oubli et répondre à une volonté ou à un vœu parfaitement positifs. C'est ainsi que les arts des peuples sans écriture, c'est-à-dire apparemment sans histoire, posent à l'ethnologue des problèmes d'appartenance délicats. Pourquoi ? Parce qu'un auteur, pour signer, doit n'être pas analphabète. Or le processus créateur est d'autant plus difficile à cerner et à situer qu'il échappe au modèle de la production écrite : le N.N. fecit qui authentifie un tableau demeure alors mystérieux, sans que pour autant l'auteur ait tenu expressément à se cacher ; simplement, il ne s'est pas mis en vedette ou n'a pas cru devoir se manifester. C'est ce qui arrive en général dans les arts dits de l'« oralité » : si l'« œuvre » ne nous est délivrée que « grâce à une chaîne d'intermédiaires dont au mieux les derniers seuls nous sont connus », cela ne prouve pas qu'elle soit sans auteur, mais que la connaissance de la personnalité de l'auteur n'importe pas tellement au spectateur — lequel se fera volontiers lui-même acteur et participant à l'exécution de l'œuvre. Paul Zumthor le rappelait en ces termes : si « l'auditoire, en général, n'a cure de l'auteur de ce qu'il entend », cette « indifférence n'implique pas qu'il nie son existence, fût-elle mythique » (Introduction à la poésie orale, 1983). Par conséquent, l'anonymat n'est jamais absolu, et on ne saurait le tenir pour plus primitif que la propriété littéraire ou artistique, laquelle à son tour serait dite avancée. En réalité, le droit d'auteur consacre la commercialisation, grâce à un contrat écrit, d'une œuvre que les peuples sans écriture ne se privent nullement pour leur part de conserver, de léguer ou d'échanger. Il est bien vrai que la création peut être collective ; mais la diffusion de l'œuvre l'est obligatoirement, et la pluralité des compétences en jeu dans chaque performance compense en quelque sorte le relatif anonymat du départ.

L'époque moderne a fait un pas de plus : elle a cherché à renverser l'autorité, l'auctoritas de l'auteur, en poussant l'idée de la pluralité de la personne jusqu'à son terme. Non seulement l'artiste n'est jamais seul quand il crée, non seulement le sens de son œuvre n'apparaît que dans la construction qu'en propose le spectateur, mais la polysémie d'un tableau témoigne de la dissémination de la personnalité de son auteur, toujours dépassé à l'avance par la prolifération des interprétations à venir : selon les exemples développés par N. Hadjinicolaou (Histoire de l'art et lutte des classes, 1978), David et Rembrandt ont composé, soit successivement, soit simultanément, des toiles d'inspiration tellement distincte que la pleine compréhension de chacune d'elles est exclusive de celle de toutes les autres ; le nom de David ou le nom de Rembrandt sont trompeurs, ils substituent l'un au divers, l'homogène au discordant, le monologue à la polyphonie. L'auteur n'existe plus qu'en termes de réseau : son nom ne mérite d'être retenu qu'à la proportion du balisage sociologique qu'il autorise.

Sans aller jusqu'à appliquer aux arts les analyses dissolvantes qu'un Barthes ou un Foucault (pour ne rien dire des disciples d'Althusser ou de Lacan, ni de Derrida) menaient, dans les années 1960, sur la littérature, il n'est guère possible d'aborder aujourd'hui un mouvement comme le Pop Art, par exemple, sans tenir compte du reflux subi par la personnalité du sujet créateur dans le courant général des appréciations critiques à l'époque de la modernité. Il en va du peintre un peu comme de l'écrivain : à l'origine « substitut du locuteur divin », ce dernier tend progressivement à perdre de son prestige dans notre société (Zumthor) ; de même, on peut dire du peintre Jasper Johns qu'à représenter tout uniment un drapeau américain tel quel, sans ornement ou anecdote, il choisit pour lui-même la dé-personnalisation, précisément en ce qu'il montre moins l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : musicien, philosophe, fondateur du département de musique de l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  IMPERSONNALITÉ EN ART  » est également traité dans :

ART POUR L'ART

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 088 mots

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d'autre fin qu'elle-même est une préoccupation centrale des théories esthétiques du xix e  siècle, qui dépasse lar […] Lire la suite

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « système » de Flaubert »  : […] La nouvelle poétique inaugurée par Flaubert n'est pas fondée sur les présupposés d'une doctrine ou d'une école littéraire, ni sur une vision du monde singulière qui serait celle de l'auteur. Elle résulterait plutôt d'une série passablement formelle de « contraintes » que Flaubert s'est progressivement donnée pour écrire et qui ont fini par se traduire en termes de méthodes de travail. Impersonnali […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 722 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Lyrisme et modernité »  : […] La modernité fait subir au lyrisme l'épreuve de l' impersonnalité. L'échec de la révolution de 1848 en France, l'ère victorienne en Angleterre, le développement de la société industrielle à travers l'Europe font refluer le romantisme et substituent à ses « illusions perdues » la souffrance de ses « inconsolables stigmates » (Baudelaire). Selon Hugo Friedrich, il appartient à Rimbaud et à Mallarmé […] Lire la suite

MOSSET OLIVIER (1944- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 972 mots

Né à Berne (Suisse) à la fin de la guerre, l’artiste Olivier Mosset incarne sans doute les contradictions des avant-gardes artistiques, telles qu'elles se sont manifestées en Europe et aux États-Unis depuis les années 1960. Ayant vécu et travaillé à Paris de 1965 à 1977, il s'est installé ensuite aux États-Unis, où il joue, non sans un certain détachement, un rôle de pivot entre les deux continent […] Lire la suite

PORTRAIT, art grec

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 345 mots
  •  • 3 médias

Que l'art grec, si exclusivement attaché à la représentation de la figure humaine, ait tardé à pratiquer le portrait, ce n'est un paradoxe qu'en apparence : durant toute la période archaïque et jusqu'au second classicisme du ~ iv e siècle, les artistes grecs sont restés tributaires des types créés au ~ vii e siècle pour des fins religieuses. Couroi et corés, quand bien même placés sur des tombes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel CHARLES, « IMPERSONNALITÉ EN ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/impersonnalite-en-art/