JOHNS JASPER (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre introspective

Dès cette première période s'affirme l'unité poétique de deux tendances principales de l'œuvre de l'artiste : un formalisme et un intellectualisme à la Duchamp, mais aussi une introspection qui va s'intensifier au cours des années 1960-1970. Alliance rare dans un monde artistique où l'engagement théorique impliquait souvent un désengagement du moi. Disappearance II (1961, Museum of Modern Art, Toyoma, Japon), toile qui, les quatre coins repliés, se referme comme une enveloppe, illustre ces réflexions formelles sur le plan, la surface et l'image absente, mais aussi une méditation sur les replis du moi. La série des Souvenir (1964) souligne aussi cette préoccupation double en mettant l'accent sur la mémoire. Petit à petit, l'aspect introspectif, passé inaperçu dans ses premières œuvres, s'affirme également avec la place grandissante accordée au corps, déjà présent dans Target with Four Faces, (1955, Museum of Modern Art, New York), sous la forme de moulages de son propre corps fixés à ses toiles : pieds, nez, bouches, sexes..., y compris dans des œuvres formalistes et duchampiennes comme According to What (1964, coll. privée, New York).

Pendant les années 1970, la réserve angoissée semble l'emporter, avec l'exploration formelle et systématique de deux motifs abstraits, dallages et hachures, qui sont arrangés en polyptyques complexes selon des agencements savants qui délimitent une forme d'espace abstrait – cylindrique ou sphérique – né du plan. Mais, de ce plan creusé par la structure, franchissant avec difficulté la grille des hachures, le corps et le moi resurgissent, par exemple dans la série Tantric Detail (1980-1981), sous la forme d'un crâne et d'un sexe tronqués évoquant des préoccupations existentielles chez l'artiste.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé, docteur de troisième cycle, maître de conférences à l'université de Pau, directeur du Centre intercritique des arts du domaine anglophone

Classification

Autres références

«  JOHNS JASPER (1930- )  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. L'accident de voiture qui lui coûte la vie ne fait […] Lire la suite

IMPERSONNALITÉ EN ART

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 119 mots

L'idée d'impersonnalité renvoie d'abord à celle d'anonymat : il arrive qu'on ne sache quel nom mettre sous une toile ; on s'efforce alors de rattacher l'œuvre à un atelier, à une école, à une époque. C'est affaire d'attribution : les experts veillent, ne serait-ce que pour dépister les faussaires. Mais en dehors de ce cas, que l'on peut considérer comme le plus simple, l'impersonnalité peut ne pas […] Lire la suite

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture sans limites »  : […] Refusant le formalisme de l'abstraction géométrique et son fondement conceptuel, les artistes empruntent aux surréalistes la notion d'automatisme psychique qui accorde une priorité absolue au mode de conception. Par ailleurs, de nouveaux matériaux et de nouvelles pratiques font leur apparition et ouvrent des perspectives sans fin d'improvisation et d'expérimentation. Pollock utilise de la peintur […] Lire la suite

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pop art américain »  : […] Berceau de la société de consommation, les États-Unis sont la véritable patrie du pop ; c'est là qu'il se développa sous sa forme la plus pure et survécut le plus longtemps, influençant durablement les jeunes générations d'artistes. Le pop américain prend ses racines dans l'art populaire des peintres d'enseignes des xviii e et xix e  siècles, dans le cubisme et les objets quotidiens de Stuart D […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bertrand ROUGÉ, « JOHNS JASPER (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jasper-johns/