MAXWELL JAMES CLERK (1831-1879)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie cinétique

Dans les années 1860-1865, Maxwell contribue notablement aux travaux sur la théorie cinétique des gaz. Son attention à cet égard avait été apparemment éveillée par l'œuvre de Rudolf Clausius. Les premières théories sur la structure moléculaire des gaz ne prenaient pas clairement en compte le mouvement des molécules, dont on mettait même l'existence en doute ; cependant, à la suite des travaux de George-Louis Lesage, John Herapath, James Prescott Joule et Henri Victor Regnault notamment, s'était fait jour une théorie sur ce mouvement et les vitesses caractéristiques des molécules de gaz. Les valeurs calculées pour celles-ci étaient toutefois bien supérieures à celles que l'on pouvait induire de l'observation des phénomènes de diffusion. D'où, en 1859, l'introduction par Clausius du concept de libre parcours moyen, qui pouvait justifier qu'une molécule se déplaçât avec sa vitesse théorique durant un bref laps de temps avant une collision.

La plupart des conceptions (excepté celles du méconnu John James Waterston) assignaient à toutes les molécules gazeuses se mouvant dans une enceinte la même vitesse, tributaire de la température. Maxwell, sous l'inspiration de sa lecture de Clausius, pose que toute investigation en ce domaine doit prendre en compte une distribution des vitesses moléculaires. La formulation qu'il propose marque virtuellement la fondation de l'analyse statistique, du moins dans ses applications physiques. Soumettant au calcul les vitesses, les libres parcours moyens et les fréquences de collision dans un gaz à une température donnée, Maxwell donne une justification de l'hypothèse d'Avogadro et d'Ampère.

En 1866, dans une étude sur la viscosité et le frottement interne de l'air et d'autres gaz (On the Viscosity of Internal Friction of Air and Other Gases), il montre, expérimentalement et théoriquement, que la viscosité d'un gaz est indépendante de sa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : lecteur en histoire des sciences, The Royal Institution, Royaume-Uni

Classification

Autres références

«  MAXWELL JAMES CLERK (1831-1879)  » est également traité dans :

A DYNAMICAL THEORY OF THE ELECTROMAGNETIC FIELD (J. C. Maxwell)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 335 mots
  •  • 1 média

Lephysicien écossais James Clerk Maxwell envoie en octobre 1864 aux Comptes-rendus de la Royal Society de Londres le résumé d'un article intitulé « Une théorie dynamique du champ électromagnétique ». En six pages, le professeur de physique du King's College de Londres propose une théorie qui suppose que les effets électromagnétiques aux alentours de corps électrisés ou magnétiq […] Lire la suite

CHAMPS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 478 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie classique des champs »  : […] C'est, semble-t-il, l'expérimentateur anglais Michael Faraday (1791-1867) qui, le premier, proposa de décrire l'action de l'électricité en termes d'influence plutôt que de mouvement ; le concept de champ qui reprend cette intuition allait se révéler extrêmement fécond. James Clerk Maxwell (1831-1879) généralisa et formalisa les résultats obtenus par les nombreux pionniers de l'étude des phénomène […] Lire la suite

DIÉLECTRIQUES

  • Écrit par 
  • Roland COELHO
  •  • 14 656 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Effet Maxwell-Wagner »  : […] L'effet Maxwell-Wagner est la relaxation associée à un empilage de deux ou plusieurs feuilles de matériaux diélectriques de natures différentes. Les paramètres caractéristiques d'un empilage de deux feuilles et le circuit équivalent (par unité de surface) sont représentés sur la figure . Si la tension appliquée V est sinusoïdale, de pulsation ω , la permittivité équivalente du système est reliée […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « D'Œrsted à Maxwell »  : […] Ayant observé dès le début du xviii e  siècle l'aimantation du fer par la foudre, on se préoccupa donc logiquement de savoir s'il existait des rapports entre l'électricité et le magnétisme. C'est une réponse positive qu'apporta en 1819 Hans Christian Œrsted (1777-1851), quand il observa qu'une aiguille aimantée (mobile sur un pivot), placée parallèlement à un fil métallique et en dessous, quitte […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Lois et applications

  • Écrit par 
  • Jean-Marie DONNINI, 
  • Lucien QUARANTA
  •  • 4 779 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les équations de Maxwell, les ondes »  : […] Les équations générales de l'électromagnétisme sont constituées par les quatre équations de Maxwell auxquelles il faut ajouter la loi donnant la force subie par une charge q animée d'une vitesse v dans un champ électromagnétique ( E , B ) : F = q v × B . La première équation relie le champ électrique aux distributions de charges, elle prend une forme identique en régime permanent (électrostatiq […] Lire la suite

ÉLECTROMAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 178 mots
  •  • 1 média

L'expérimentateur anglais Michael Faraday (1791-1867) proposa le premier de décrire l'action de l'électricité en termes de champ électromagnétique plutôt que de mouvements de particules chargées. James Clerk Maxwell (1831-1879) généralisa et formalisa les résultats obtenus par les nombreux pionniers de l'étude des phénomènes électromagnétiques et leur donna en 1872 une forme quasi définitive. Les […] Lire la suite

ÉTHER

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 5 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éther de Maxwell et la théorie électromagnétique »  : […] Le but de Maxwell est tout d'abord « d'expliquer et d'illustrer l'idée de ligne de force par des analogies hydrodynamiques ». Il réintroduit donc l'idée de tourbillons et forge un modèle d'éther dont les propriétés mécaniques peuvent se traduire, mathématiquement, par les équations de sa théorie. L'énergie du champ sera analogue à l'énergie mécanique issue des propriétés de l'éther. L'éther de Ma […] Lire la suite

EXPÉRIENCE DE FARADAY

  • Écrit par 
  • Nicolas NIO
  •  • 1 476 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le premier moteur électrique »  : […] Avec son dispositif, Faraday réussit à créer une action mécanique à partir d’un courant électrique, ce qui ne constitue pas pour autant un moteur. Pour être utile, il aurait fallu que le mouvement de la partie mobile puisse être transféré, comme c’est le cas pour un rotor dans les machines électriques actuelles. Ces considérations techniques seront en partie résolues par le Britannique Peter Barl […] Lire la suite

INTERACTION, sciences humaines

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champ physique et champ social »  : […] Dans l'ordre physique, la représentation dynamique de l'interaction issue de la troisième analogie kantienne a pris forme sous les espèces du champ spatio-temporel de Maxwell. « Nous sommes habitués, écrivait Maxwell, à considérer l'univers comme formé de parties, et les mathématiciens commencent d'ordinaire par considérer une particule isolée, puis ils conçoivent ses relations avec une autre, et […] Lire la suite

INTERACTIONS (physique) - Unification des forces

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 612 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'unification électromagnétique »  : […] Découvrir que la foudre, l'orientation des boussoles et les lois de l'optique procèdent d'une même force fondamentale nécessitait qu'un nombre considérable d'expériences, effectuées avec des moyens techniques de plus en plus perfectionnés, dégagent les lois auxquelles ces phénomènes obéissent. Dès la fin du xviii e  siècle, les expériences de Benjamin Franklin, de Henry Cavendish et de Charles Co […] Lire la suite

Pour citer l’article

Franck GREENAWAY, « MAXWELL JAMES CLERK - (1831-1879) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-clerk-maxwell/