POLLOCK JACKSON (1912-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Regard en arrière

Pollock eut parfaitement conscience de la limite qu'il avait atteinte dans son art, et l'abandon du dripping dans ses toiles en noir et blanc de 1951 constitue une certaine régression. On l'a souvent mise sur le compte d'un retour à la figuration : c'est confondre figuration et figure (tout tracé sur un fond demeure une figure). En effet, d'une part Pollock n'a jamais totalement abandonné son système d'étagement de couches picturales (les toiles dites « noir et blanc » comportent le plus souvent une couche de brun redoublant les graffiti noirs) ; d'autre part, on a vu comment toute sa vie l'artiste fut contraint de se mesurer périodiquement à la question de l'inscription d'une ligne sur un fond – question qu'il déplaçait constamment. En reprenant dans ces toiles noires le travail graphique accompli en 1945 et au début de 1946, Pollock ne renonce pas à sa découverte d'une « profondeur plate », pour reprendre l'expression de Greenberg. Bien au contraire, il cherche à en manifester un aspect nouveau, plus littéral, en laissant sa toile non préparée boire comme un buvard le pigment très dilué qui passe du noir le plus ténébreux au gris le plus pâle : la couleur semble immatérielle, suspendue dans un espace sans lieu. Plutôt que de voir dans ces toiles noires un échec (et l'annonce d'une catastrophe : sa rechute dans l'alcoolisme et son accident mortel en voiture), il faut sans doute les interpréter comme une relance qui permit à l'artiste de combiner à nouveau la figure (huit barres plus ou moins verticales) et le dripping dans une œuvre comme Blue Poles, 1952, son véritable testament. À chaque moment de crise, Pollock se mesurait en effet à ces expériences passées : ses toiles noires, dont certaines sont remarquables, font partie de cette stratégie, de même que Easter and the Totem (1953), qui renvoie directement aux tableaux des années 1942-1943, ou White Light (1954), qui fait écho à Eyes on the Heat ou à Shimmering Substance. Sa mort subite, survenue en 1956, nous a ravi les fruits de ce dernier regard en arrière, ce qui a conduit un trop grand no [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  POLLOCK JACKSON (1912-1956)  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes et le sens »  : […] Lorsque Kant oppose la « beauté adhérente », déterminée par la perfection de ce que doit être l'objet dans lequel elle se manifeste, à la « beauté libre », sans concept, il prend pour exemple de cette dernière non seulement les fleurs, le colibri, l'oiseau de paradis, les crustacés marins, les rinceaux ou les papiers peints, mais encore la « musique sans texte ». L'art abstrait tout entier ne ris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_15312

DAVIE ALAN (1920-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 402 mots

Peintre et lithographe écossais, Alan Davie fut fortement influencé par les expressionnistes abstraits américains, en particulier Jackson Pollock. Il créa ensuite sa propre voie, emplissant ses toiles et lithographies, aussi denses que brillamment colorées, de symboles mystiques et de pictogrammes religieux complexes, souvent empruntés à l’art asiatique, africain ou précolombien. Né le 28 septemb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alan-davie/#i_15312

DÉVELOPPEMENT DU HAPPENING SELON ALLAN KAPROW - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 731 mots

1922 Projetant la future dissolution de l'art dans la vie, Piet Mondrian écrit : « L'art est déjà en partielle désintégration – mais sa fin serait prématurée. Les conséquences du Néoplasticisme sont effrayantes. » Allan Kaprow prolongera cette intuition. 1943 Quelques années avant qu'Allan Kaprow ne s'en occupe définitivement, Piet Mondrian d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-du-happening-selon-allan-kaprow-reperes-chronologiques/#i_15312

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Vers le triomphe de l'art américain : l'expressionnisme abstrait »  : […] Pour tous les artistes, ceux qui déclarent leur intérêt exclusif pour ce qui se passe aux États-Unis comme ceux qui suivent avec attention les derniers développements de l'art européen, le déclenchement de la guerre sur le Vieux Continent, et plus encore l'entrée en guerre du pays en 1941 vont fondamentalement changer la situation. Le résultat le plus immédiat en est certes la fourniture d'images […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15312

FRANKENTHALER HELEN (1928- )

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 403 mots

Helen Frankenthaler appartient à la seconde génération de peintres expressionnistes américains et plus précisément de la tendance du color-field painting , au rang desquels on peut compter Morris Louis et Kenneth Noland. Ils ont travaillé sur les apports de Willem De Kooning et de Jackson Pollock tout en mettant en cause l'unité fictive de l' action painting […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/helen-frankenthaler/#i_15312

GUGGENHEIM PEGGY (1898-1979)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 624 mots

Amateur d'art enthousiaste, collectionneur éclairé, mécène, marchand, Peggy Guggenheim fut étroitement mêlée à la création artistique de son temps. Et c'était lui rendre un très juste hommage, dans l'exposition Paris-New York organisée en 1977 au Centre Georges-Pompidou, que de faire de la reconstitution de la galerie Art of this Century qu'elle anima avec passion et discernement l'un des jalons m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peggy-guggenheim/#i_15312

INFORMEL ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 3 500 mots

Dans le chapitre « Action painting »  : […] La remarque de Pourbus vaudrait pour certaines des toiles peintes dans les dernières années de sa vie par l'Américain Jackson Pollock (1912-1955). Carrière à tous égards symptomatique que celle de ce peintre. Après avoir longtemps travaillé dans une ligne « européenne », celle de Picasso, de Miró, et de la peinture surréaliste, sinon de la grande peinture décorative mexicaine, Pollock a produit, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-informel/#i_15312

KRASNER LEE (1908-1984)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 872 mots

Comme la plupart de ses critiques l'ont remarqué, ce fut à la fois un atout et un handicap considérable pour Lee Krasner d'avoir été l'épouse puis la veuve de Jackson Pollock : avantage de pouvoir tenir un dialogue d'artiste avec un des très grands peintres du xx e siècle, inconvénient de devoir jouer le rôle de figure d'accompagnement, pour le m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lee-krasner/#i_15312

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture sans limites »  : […] Refusant le formalisme de l'abstraction géométrique et son fondement conceptuel, les artistes empruntent aux surréalistes la notion d'automatisme psychique qui accorde une priorité absolue au mode de conception. Par ailleurs, de nouveaux matériaux et de nouvelles pratiques font leur apparition et ouvrent des perspectives sans fin d'improvisation et d'expérimentation. Pollock utilise de la peintur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-new-york/#i_15312

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « POLLOCK JACKSON - (1912-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jackson-pollock/