ITALIE, économie

Médias de l’article

Fiat Mirafiori à Turin

Fiat Mirafiori à Turin
Crédits : G. Cacace/ AFP/ Getty

photographie

Haute couture italienne

Haute couture italienne
Crédits : K. Prouse/ Cat walking/ Getty

photographie


CapitaleRome
Unité monétaireeuro (EUR)
Population60 815 000 (estim. 2016)
R.N.B. par habitant (USD)32 790 (2015)
Dans l’atlas toutes les données

La croissance « spontanée » et ses conséquences

Le processus de transformation et de développement qui a caractérisé l'économie italienne jusqu'aux années 1980 peut être subdivisé en cinq phases : la reconstruction, qui se termine au début des années 1950 ; le renforcement du système industriel et de son intégration dans l'économie mondiale, qui couvre les cinq années suivantes ; l'explosion de la société de consommation, qui s'enraye en 1963-1964 ; le développement précaire, dans plusieurs directions, à laquelle l'« automne chaud » de 1970 vient mettre un terme ; la crise structurelle, qui s'accentue après la crise pétrolière.

Une croissance relativement stable

Reconstruction

C'est durant la première phase que se créent les conditions préalables pour les deux phases ultérieures. La politique Einaudi-De Gasperi parvient à freiner l'inflation, et donc à préserver le pouvoir d'achat des classes moyennes (agriculteurs, employés, travailleurs indépendants) dont l'importance socio-économique se renforce au cours des phases suivantes : de fait, ces classes contribueront fortement au miracle économique, non pas, comme le préconisait Einaudi, en augmentant l'épargne, et donc les investissements, mais en rendant possible le succès rapide du nouveau modèle de développement dérivant de l'implantation en Italie du capitalisme de consommation.

Durant cette phase de reconstruction, la politique monétaire déflationniste ne parvient pas à endiguer la dépense publique. Mais celle-ci permet une reconstruction rapide tendant à encourager un développement reposant sur les exportations, puis amplifié par l'explosion de la consommation. Les perspectives de développement des exportations qui existaient alors (conséquences des destructions qui avaient affecté l'industrie d'autres pays), favorisant quelques-uns des secteurs de l'industrie italienne (le textile en particulier), facilitèrent le processus de reconstruction, évitant qu'il n'aggrave le déficit avec l'étranger, déjà très préoccupant pour des motifs structurels.


pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ITALIE, économie  » est également traité dans :

AGNELLI GIOVANNI (1921-2003)

  • Écrit par 
  • Joseph CADEDDU
  •  • 996 mots

1970, l'Italie entre dans une période de troubles sociaux qui durera toute la décennie. La crise pétrolière aggrave la situation et Fiat connaît, en 1973, son premier déficit, de l'ordre de 150 milliards de lires. L'automobile représente 85 p. 100 de la fortune des Agnelli : il est temps de se diversifier. En trente ans, l'I.F.I. (Istituto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-agnelli/#i_54883

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les crises du système monétaire européen (S.M.E.) »  : […] Rappelons d'abord les faits, à travers l'exemple significatif de l'Italie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-les-regimes-de-change/#i_54883

CHEMINS DE FER

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BERNARD, 
  • Daniel BRUN, 
  • Universalis
  •  • 12 359 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Italie »  : […] initiaux caractérisent la construction des lignes nouvelles italiennes, pour des raisons financières notamment. La première ligne interopérable électrifiée en courant 25 kV, équipée ERTMS, a été mise en service en 2006 entre Rome et Naples, suivie quelque temps après d'un tronçon de ligne nouvelle entre Turin et Novare. Des rames ETR 500 aptes à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chemins-de-fer/#i_54883

DRAGHI MARIO (1947-    )

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Rome à Francfort »  : […] Mario Draghi est né le 3 septembre 1947 à Rome. Après une licence en économie à l’université La Sapienza de Rome, il achève ses études au Massachusetts Institute of Technology (MIT) qu’il quitte en 1977, un doctorat (Ph D) en poche. Il devient professeur d’économie et de politique monétaire, notamment à Florence, entre 1981 et 1991, année lors de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-draghi/#i_54883

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Convalescence de la croissance européenne  »  : […] L’économie italienne est toujours en récession (– 1,8 p. 100 en 2013, après – 2,3 p. 100 en 2012) : la demande intérieure continue de se contracter, sous l’effet de la détérioration du marché du travail, de la réduction du déficit public et de la contraction du crédit. Le chômage italien augmente encore (12,2 p. 100 en 2013, après 10,7 p. 100 en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2013-une-croissance-mondiale-apathique/#i_54883

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 277 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Croissance en panne en Europe »  : […] Quant à l'économie italienne, elle s'est enfoncée dans la récession (– 2,3 p. 100, après une croissance de + 0,4 p. 100 en 2011). La demande intérieure s'est contractée, sous l'effet de la détérioration du marché du travail, mais aussi du plan d'austérité de 20 milliards d'euros mis en place par le gouvernement Monti. L'Espagne n'a pas confirmé son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2012-le-monde-dans-la-crise/#i_54883

ÉCONOMIE MONDIALE - 2006 : symphonie de croissances

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 2 855 mots

Dans le chapitre « La consolidation de la croissance européenne  »  : […] la Coupe du monde de football aurait donné un coup de pouce à la consommation des ménages. La croissance italienne a, quant à elle, bondi de 0 p. 100 a 1,5 p. 100, grâce au bon maintien de la consommation des ménages. Mais la forte détérioration des finances publiques a entraîné l'abaissement de la notation financière de l'Italie. C'est la deuxième […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2006-symphonie-de-croissances/#i_54883

ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 706 mots

Dans le chapitre « Le difficile redressement italien »  : […] Grâce à des mesures très restrictives, le gouvernement de Romano Prodi a réussi, contre toute attente, à ramener à 3 p. 100 du P.I.B. le déficit budgétaire de 1997. Après deux trimestres de récession, l'économie italienne a rebondi au second semestre de 1997. La croissance a été estimée par l'O.C.D.E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1997-la-crise-asiatique/#i_54883

MEZZOGIORNO

  • Écrit par 
  • Pierre GABERT
  •  • 2 369 mots

et les îles de Sicile et de Sardaigne. Les problèmes économiques et sociaux du Sud constituent une des questions fondamentales de la société italienne, malgré les énormes efforts de l'État à travers les actions de la Caisse du Midi (Cassa del Mezzogiorno devenue en 1986 l'Agenzia per il Mezzogiorno) pour combler le retard de ces régions par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mezzogiorno/#i_54883

Voir aussi

Pour citer l’article

Siro LOMBARDINI, Janine MENET-GENTY, « ITALIE, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-economie/