ITALIE, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitaleRome
Unité monétaireeuro (EUR)
Population58 981 000 (estim. 2021)
R.N.B. par habitant (USD)32 200 (2020)

À l'époque où elle devint un État unifié, l'Italie était encore un pays principalement agricole. Le développement industriel du Nord était en grande partie le fait d'entreprises privées ; dans le Sud, de nombreuses manufactures avaient été créées par la monarchie à des fins militaires, mais leur productivité restait faible. La politique suivie jusqu'alors dans certains États, en particulier dans le Piémont et dans le grand-duché de Toscane, était essentiellement une politique libérale qui avait stimulé les investissements dans l'agriculture. Les transformations dans ce secteur, en raison du maintien de structures particulières, n'entraînèrent pas d'exode massif comme on en avait enregistré en Angleterre, par exemple ; d'autre part, elles permirent, avec l'augmentation des revenus, un sensible accroissement des rentrées fiscales, qui profitèrent au renouvellement de l'économie, par la construction de canaux puis de voies ferrées. Cette politique favorisa également les investissements extérieurs qui contribuèrent largement au développement ferroviaire et furent stimulés par des perspectives optimistes auxquelles l'avenir apporta un démenti. En effet, les importants déficits budgétaires de la période 1861-1865 entraînèrent une dépréciation de la lire : il s'ensuivit une rentrée massive de titres souscrits par les épargnants étrangers et la nécessité d'établir le cours forcé.

La libération des changes à l'intérieur du pays avait provoqué une crise de la plupart des entreprises du Sud, en offrant aux plus puissantes industries du Nord de nouvelles chances de développement ; c'est à cette époque que se dessine le grave « problème du Sud » avec lequel la politique économique se trouvera fréquemment aux prises sans jamais réussir à le résoudre ; en fait, le déséquilibre socio-économique entre le Nord et le Midi ne fera que s'aggraver avec le temps.

Les différentes politiques économiques pratiquées jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale n'ont réussi ni à engendrer un net développement économique, ni à réduire les déséquilibres entre régions et entre secteurs, ni à proposer un nouveau modèle d'expansion. L'agriculture et l'industrie ont connu un essor rapide au cours des « années du miracle » (1951-1960). L'Italie est devenue très vite une puissance économique dont l'influence ne cessera de croître, en particulier au sein du Marché commun. Toutefois, ces années de « croissance spontanée » n'ont pas apporté de réponse au problème du sous-développement du Sud.

Certaines contradictions économiques et sociales se développèrent également dans le Nord et se traduisirent par des différences de perspectives dans la croissance des divers secteurs, par l'inefficacité de l'aménagement du territoire et par des disparités dans les revenus des familles. De fait, les facteurs qui avaient permis la croissance spontanée durant les années du miracle économique disparurent au cours des années 1960.

Les restructurations devenues nécessaires ne furent réalisées qu'en partie. Les années 1970 furent caractérisées par la détérioration des perspectives de l'économie à cause des difficultés croissantes, dues à la décélération de la demande mondiale, surtout après la crise pétrolière de 1974, et à des taux excessifs d'accroissement de la dépense publique, celle-ci étant orientée vers l'assistance plutôt que vers une aide concrète à la croissance. Le développement de l'« économie souterraine » (economia sommersa) put compenser pendant une certaine période l'inefficacité des secteurs dominés par les grandes entreprises. Les changements politiques et institutionnels qui sont intervenus au cours des années 1990, notamment à la suite de l'enquête judiciaire « mains propres » sur la pratique des pots-de-vin versés par de nombreux patrons d'entreprises privées pour décrocher les marchés publics, n'ont pas réussi à donner la stabilité tant souhaitée aux coalitions gouvernementales qui se sont succédé. Le constat d'un retard considérable en matière d'intégration européenne a déclenché un véritable sursaut de la très grande majorité des acteurs de la politique et de l'économie, qui se sont beaucoup investis dans une véritable course contre la montre d'abord pour faire revenir la lire dans le système monétaire européen (SME), en 1996, puis pour la mise en conformité des indicateurs économiques nationaux avec les paramètres définis à Maastricht conditionnant le passage à l'euro. La voie de la rigueur budgétaire et de l'assainissement des finances publiques a été payante, avec des résultats qui ont surpris les observateurs étrangers. Cependant, il y a lieu de s'interroger sur la durée d'un tel changement de tendance, car une conception plus moderne et surtout moins dirigiste de la présence de l'État dans la vie économique est loin d'être véritablement acquise. Cela va d'ailleurs de pair avec le recours à des pratiques politiciennes qui ont déjà terni la crédibilité des institutions dans le passé.

L’Italie se remet plus lentement que de nombreux autres pays européens des crises de la fin des années 2000. Une réforme du marché du travail a été adoptée en 2015, mais le chômage, en particulier celui des jeunes, l’endettement très important et les disparités entre le nord et le sud du pays demeurent les problèmes économiques les plus lourds.

L'accès à une économie moderne

Libéralisme et corporatisme

La politique économique de libre-échange, pratiquée après l'unification italienne, ne parvint pas à assurer la formation d'une solide assise industrielle. La protection douanière était nécessaire. Elle fut mise en œuvre à partir de 1877. En dépit d'effets néfastes dus aux impositions frappant surtout les classes laborieuses, cette nouvelle politique a contribué à l'essor de l'économie italienne ; elle stimula la formation d'une industrie de base : elle encouragea la constitution de grands complexes qui, par leurs liens avec les banques, surent attirer les fruits de l'épargne paysanne ; elle amena les profits à se réinvestir au service du développement industriel. Un tel essor fut néanmoins grevé par les incertitudes qui marquèrent les dernières décennies du siècle.

À la fin du xixe et au début du xxe siècle, l'Italie s'efforça de développer l'industrie. Mais la pratique économique qui accompagna cette évolution présentait une sorte de contradiction ou de dualité : de gros complexes s'organisèrent grâce aux financements bancaires qu'ils contrôlaient eux-mêmes, mais beaucoup de secteurs ne se développèrent qu'avec des méthodes pour ainsi dire artisanales. La concentration dans chaque secteur alla de pair avec la concentration géographique.

Le régime fasciste adopta une politique économique d'orientation franchement libérale surtout jusqu'en 1926. Pour faire face aux crises traversées par les banques, autour de 1929, l'État s' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Médias de l’article

Fiat Mirafiori à Turin

Fiat Mirafiori à Turin
Crédits : Alessia Pierdomenico/ Bloomberg/ Getty Images

photographie

Haute couture italienne

Haute couture italienne
Crédits : Karl Prouse/ Catwalking/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ITALIE, économie  » est également traité dans :

AGNELLI GIOVANNI (1921-2003)

  • Écrit par 
  • Joseph CADEDDU
  •  • 996 mots

Petit-fils du fondateur de Fiat (Fabbrica italiana automobili Torino), Giovanni Agnelli naît en 1921 à Villar Perosa, près de Turin. Il est issu, par son père, de la bourgeoisie industrielle, et par sa mère de l'aristocratie italienne. Il fait des études de droit dans la capitale piémontaise. Après la guerre, ne se sentant pas prêt à assumer la direction du groupe familial, Giovanni Agnelli profit […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les crises du système monétaire européen (S.M.E.) »  : […] En 1992-1993 (et à nouveau en 1995, mais nous nous attacherons aux deux premières crises), des attaques spéculatives très violentes ont été menées sur les monnaies jusqu'alors liées au deutsche Mark dans le S.M.E. : livre sterling, lire, peseta, franc français. Ces attaques ont fait disparaître le S.M.E., les monnaies concernées quittant le régime de changes fixes liés au deutsche Mark (dans le S […] Lire la suite

CHEMINS DE FER

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BERNARD, 
  • Daniel BRUN, 
  • Universalis
  •  • 12 359 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Italie »  : […] Des retards importants par rapport aux calendriers initiaux caractérisent la construction des lignes nouvelles italiennes, pour des raisons financières notamment. La première ligne interopérable électrifiée en courant 25 kV, équipée ERTMS, a été mise en service en 2006 entre Rome et Naples, suivie quelque temps après d'un tronçon de ligne nouvelle entre Turin et Novare. Des rames ETR 500 aptes à […] Lire la suite

DRAGHI MARIO (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Rome à Francfort »  : […] Mario Draghi est né le 3 septembre 1947 à Rome. Après une licence en économie à l’université La Sapienza de Rome, il achève ses études au Massachusetts Institute of Technology (MIT) qu’il quitte en 1977, un doctorat (Ph D) en poche. Il devient professeur d’économie et de politique monétaire, notamment à Florence, entre 1981 et 1991, année lors de laquelle il rejoint le Trésor public italien en qua […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Europe : de sévères crises sanitaire et économique, mais un sursaut collectif  »  : […] L’Europe, continent le plus touché par les deux vagues de pandémie de 2020 – en particulier la Belgique, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni et la France – est aussi très affectée par la crise économique qui en découle. Mais l’impact de la deuxième vague en fin d’année est plus faible en raison de contraintes atténuées et d’une adaptation des acteurs économiques à la situation. Les secteurs sont i […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Europe : des croissances en baisse et divergentes  »  : […] Fortement ouverte sur l’extérieur, l’Allemagne subit de plein fouet la morosité du commerce mondial, le ralentissement de la production de l’industrie automobile et l’incertitude du Brexit. En 2019, son taux de croissance est le plus faible de la décennie (0,5 p. 100 en 2019 après 2,5 p. 100 en 2017 et 1,5 p. 100 en 2018). Ce ralentissement s’accompagne du maintien d’un excédent budgétaire, d’un […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Europe : différences de trajectoires et de visées  »  : […] La croissance de la zone euro ralentit, passant de 2,4 à 2,0 p. 100, mais le taux de chômage baisse notablement de 9,1 à 8,1 p. 100 de la population active. Ce sont les pays de l’Europe centrale et orientale qui tirent la croissance européenne vers le haut : tous affichent un taux de croissance supérieur à 3,5 p. 100 (sauf la république Tchèque à 3,1 p. 100) et leurs taux de chômage sont nettemen […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Europe : une reprise nette et assez homogène »  : […] La zone euro connaît une période de croissance bien répartie entre les différents pays. Il est remarquable que la France, l’Allemagne et l’Italie connaissent des taux de croissance comparables ; l’écart entre les croissances allemande et italienne est divisé par deux (1,9 p. 100 en Allemagne et 0,9 p. 100 en Italie en 2016 ; respectivement 2 p. 100 et 1,5 p. 100 en 2017). La zone euro pâtit faible […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Convalescence de la croissance européenne  »  : […] Pour la deuxième année consécutive, l’activité recule dans la zone euro : – 0,4 p. 100 en 2013, après – 0,6 p. 100 en 2012. La croissance est toujours freinée par le désendettement des États et du secteur privé, et par la crise de confiance que celui-ci entraîne. La consommation des ménages diminue encore, mais à un rythme moindre, et le chômage augmente toujours dans les principaux pays de la zo […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Croissance en panne en Europe »  : […] La zone euro est entrée en récession en 2012 (croissance de – 0,4 p. 100, après + 1,4 p. 100 en 2011). La croissance a fortement souffert de la baisse de la consommation des ménages, elle-même conséquence directe de la forte détérioration du marché de l'emploi. Le chômage s'est abattu comme un fléau sur les ménages européens. Le taux de chômage global de l'Union européenne culmine en effet, en 20 […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27 janvier 2021 France – Italie. Abandon du rachat des Chantiers de l'Atlantique par l'Italien Fincantieri.

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et son homologue italien Stefano Patuanelli annoncent l’abandon du projet de rachat des Chantiers de l’Atlantique par l’Italien Fincantieri, présenté en février 2018, qui aurait donné naissance au premier constructeur mondial de paquebots. Cette décision est justifiée par l’évolution du contexte économique […] Lire la suite

14-18 août 2018 Italie. Effondrement d'un viaduc autoroutier à Gênes.

Le 14, le viaduc autoroutier Morandi, haut de quarante-cinq mètres, qui traverse le fleuve Polcevera à Gênes (Ligurie), s’effondre sur une longueur de plus de deux cents mètres. La catastrophe fait quarante-trois morts. Le gouvernement décrète l’état d’urgence dans la ville pour un an. Les défauts de structure de ce pont construit à la fin des années […] Lire la suite

9-31 mai 2018 Italie. Investiture de Giuseppe Conte à la présidence du conseil.

l’Économie de Paolo Savona, favorable à la sortie de l’Italie de l’euro. Le 28, le président Mattarella charge l’économiste Carlo Cottarelli, partisan d’une politique d’austérité, de former un gouvernement technique dans l’attente de nouvelles élections. Les jours suivants, les tractations se poursuivent. Le 31, tandis que Carlo Cottarelli renonce  […] Lire la suite

4-12 décembre 2016 Italie. Rejet du référendum constitutionnel et démission du Premier ministre Matteo Renzi.

Le 4, les électeurs consultés par référendum rejettent par 59,1 p. 100 des suffrages les réformes constitutionnelles présentées par le gouvernement, qui visaient à réduire les prérogatives du Sénat et des régions, et à supprimer le Conseil national de l’économie et du travail – équivalent du Conseil économique, social et environnemental français. […] Lire la suite

9-16 septembre 2016 Union européenne. Sommet des Vingt-Sept à Bratislava.

l’économie et de la crise migratoire. Sur ce dernier point, les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie), hostiles au principe de quotas de relocalisation des demandeurs d’asile, publient le même jour un communiqué évoquant la nécessité d’une « solidarité flexible » à ce sujet. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LE CACHEUX, Siro LOMBARDINI, Janine MENET-GENTY, « ITALIE, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-economie/