ITALIE, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitaleRome
Unité monétaireeuro (EUR)
Population58 981 000 (estim. 2021)
R.N.B. par habitant (USD)32 200 (2020)

La marche vers l'Europe

L'évolution de l'économie, à partir des années 1980, a confirmé et accentué les tendances précédentes. Certaines différences se sont accusées ; l'absence d'État pour la programmation, sa présence trop pesante dans les secteurs qu'il contrôlait, ainsi que les excès de la pression politique ont exaspéré les difficultés internes. Un espoir est né de l'approche des échéances européennes : tous les acteurs de la politique et de l'économie, pour des raisons diverses et souvent contradictoires, voyaient dans l'intégration européenne une possibilité de salut. Pourtant, le pays est bien loin de satisfaire aux critères définis à Maastricht en 1992, et d'énormes progrès restaient à faire pour atteindre l'équilibre budgétaire, assainir les finances publiques, faire baisser les taux d'intérêt, maîtriser l'inflation et diminuer la dette publique. L'Italie a réussi, au prix d'une rigueur imposée par des gouvernements de « techniciens » et d'importants sacrifices pour ses citoyens, à faire de l'intégration économique et monétaire à l'Europe une réalité en 2002. Dès 1996, la lire a réintégré le SME qu’elle avait quitté en 1992. La coalition de l'Olivier est parvenue à faire participer l'Italie au premier groupe de pays adoptant l'euro (1998).

Mutations, forces et faiblesses des secteurs traditionnels

L'agriculture et l'élevage

L'économie a continué son évolution vers une société postindustrielle : l'agriculture est devenue de plus en plus performante tandis que les effectifs employés diminuaient fortement. La productivité a augmenté tandis que le nombre de personnes employées dans ce secteur diminuait fortement (- 23 p. 100 de 1983 à 1999), pour arriver à un taux de 5,4 p. 100. À la fin des années 1990, l'agriculture italienne occupe la deuxième place en Europe, après la France, avec un cinquième de la production européenne totale. L'exode rural des décennies précédentes a porté à deux types d'exploitations : les très petites unités de culture intensive à structure familiale (primeurs, fruits, fleurs, productions méditerranéennes et agrumes), qui représentent 82 p. 100 des exploitations, et les grands domaines employant une main-d'œuvre spécialisée et des techniques modernes (automatisation, recours à la chimie pour l'augmentation des rendements et organisation en coopératives pour le conditionnement et la commercialisation des produits). Le secteur vinicole fournit un bon exemple : l'établissement de règles strictes et la classification des vins en dénomination d'« appellation contrôlée » et d'« appellation contrôlée garantie » ont rendu fiable au niveau international une récolte jusqu'alors individualiste et de qualité variable.

L'élevage est passé au stade industriel avec l'installation, dans la plaine du Pô essentiellement, d'entreprises laitières ou porcines en cycle intégré, qui utilisent les sous-produits de l'agriculture et permettent d'obtenir de forts rendements. Les liens entre l'agriculture, l'élevage et l'agroalimentaire se sont étroitement resserrés et ont donné une cohérence et une forte compétitivité à l'ensemble du secteur. Ces mutations ont eu des conséquences sur la qualité de la production, qui s'est améliorée, mais en s'homogénéisant et en perdant parfois ses spécificités. Surtout, le recours intensif aux engrais, aux insecticides, aux désherbants, ainsi que le développement de l'élevage porcin ont entraîné une forte pollution des sols, des cours d'eau, des nappes phréatiques et même des mers. La prise de conscience écologique n'a été que tardive, et la vigilance devrait permettre d'atténuer les nuisances.

L'industrie

L'industrie s'est développée à plusieurs vitesses, et les différences se sont creusées.

La dépendance chronique en sources d'énergie et en matières premières a constitué une grave difficulté. En effet, les possibilités d'aménagement hydro-électrique étant désormais saturées, le recours aux approvisionnements étrangers pour le pétrole et le gaz a pris un caractère contraignant. Les hésitations et d'apparentes contradictions et incohérences de la politique italienne envers les pays du Moyen-Orient ou d'Afrique s'expliquent non par des raisons diplomatiques, mais par des causes économiques : il convenait d'accepter certaines concessions pour assurer la continuité de la fourniture d'hydrocarbures indispensables à la vie du pays. Cette dépendance a encore [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Médias de l’article

Fiat Mirafiori à Turin

Fiat Mirafiori à Turin
Crédits : Alessia Pierdomenico/ Bloomberg/ Getty Images

photographie

Haute couture italienne

Haute couture italienne
Crédits : Karl Prouse/ Catwalking/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ITALIE, économie  » est également traité dans :

AGNELLI GIOVANNI (1921-2003)

  • Écrit par 
  • Joseph CADEDDU
  •  • 996 mots

Petit-fils du fondateur de Fiat (Fabbrica italiana automobili Torino), Giovanni Agnelli naît en 1921 à Villar Perosa, près de Turin. Il est issu, par son père, de la bourgeoisie industrielle, et par sa mère de l'aristocratie italienne. Il fait des études de droit dans la capitale piémontaise. Après la guerre, ne se sentant pas prêt à assumer la direction du groupe familial, Giovanni Agnelli profit […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les crises du système monétaire européen (S.M.E.) »  : […] En 1992-1993 (et à nouveau en 1995, mais nous nous attacherons aux deux premières crises), des attaques spéculatives très violentes ont été menées sur les monnaies jusqu'alors liées au deutsche Mark dans le S.M.E. : livre sterling, lire, peseta, franc français. Ces attaques ont fait disparaître le S.M.E., les monnaies concernées quittant le régime de changes fixes liés au deutsche Mark (dans le S […] Lire la suite

CHEMINS DE FER

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BERNARD, 
  • Daniel BRUN, 
  • Universalis
  •  • 12 359 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Italie »  : […] Des retards importants par rapport aux calendriers initiaux caractérisent la construction des lignes nouvelles italiennes, pour des raisons financières notamment. La première ligne interopérable électrifiée en courant 25 kV, équipée ERTMS, a été mise en service en 2006 entre Rome et Naples, suivie quelque temps après d'un tronçon de ligne nouvelle entre Turin et Novare. Des rames ETR 500 aptes à […] Lire la suite

DRAGHI MARIO (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Rome à Francfort »  : […] Mario Draghi est né le 3 septembre 1947 à Rome. Après une licence en économie à l’université La Sapienza de Rome, il achève ses études au Massachusetts Institute of Technology (MIT) qu’il quitte en 1977, un doctorat (Ph D) en poche. Il devient professeur d’économie et de politique monétaire, notamment à Florence, entre 1981 et 1991, année lors de laquelle il rejoint le Trésor public italien en qua […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Europe : de sévères crises sanitaire et économique, mais un sursaut collectif  »  : […] L’Europe, continent le plus touché par les deux vagues de pandémie de 2020 – en particulier la Belgique, l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni et la France – est aussi très affectée par la crise économique qui en découle. Mais l’impact de la deuxième vague en fin d’année est plus faible en raison de contraintes atténuées et d’une adaptation des acteurs économiques à la situation. Les secteurs sont i […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Europe : des croissances en baisse et divergentes  »  : […] Fortement ouverte sur l’extérieur, l’Allemagne subit de plein fouet la morosité du commerce mondial, le ralentissement de la production de l’industrie automobile et l’incertitude du Brexit. En 2019, son taux de croissance est le plus faible de la décennie (0,5 p. 100 en 2019 après 2,5 p. 100 en 2017 et 1,5 p. 100 en 2018). Ce ralentissement s’accompagne du maintien d’un excédent budgétaire, d’un […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Europe : différences de trajectoires et de visées  »  : […] La croissance de la zone euro ralentit, passant de 2,4 à 2,0 p. 100, mais le taux de chômage baisse notablement de 9,1 à 8,1 p. 100 de la population active. Ce sont les pays de l’Europe centrale et orientale qui tirent la croissance européenne vers le haut : tous affichent un taux de croissance supérieur à 3,5 p. 100 (sauf la république Tchèque à 3,1 p. 100) et leurs taux de chômage sont nettemen […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Europe : une reprise nette et assez homogène »  : […] La zone euro connaît une période de croissance bien répartie entre les différents pays. Il est remarquable que la France, l’Allemagne et l’Italie connaissent des taux de croissance comparables ; l’écart entre les croissances allemande et italienne est divisé par deux (1,9 p. 100 en Allemagne et 0,9 p. 100 en Italie en 2016 ; respectivement 2 p. 100 et 1,5 p. 100 en 2017). La zone euro pâtit faible […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Convalescence de la croissance européenne  »  : […] Pour la deuxième année consécutive, l’activité recule dans la zone euro : – 0,4 p. 100 en 2013, après – 0,6 p. 100 en 2012. La croissance est toujours freinée par le désendettement des États et du secteur privé, et par la crise de confiance que celui-ci entraîne. La consommation des ménages diminue encore, mais à un rythme moindre, et le chômage augmente toujours dans les principaux pays de la zo […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Croissance en panne en Europe »  : […] La zone euro est entrée en récession en 2012 (croissance de – 0,4 p. 100, après + 1,4 p. 100 en 2011). La croissance a fortement souffert de la baisse de la consommation des ménages, elle-même conséquence directe de la forte détérioration du marché de l'emploi. Le chômage s'est abattu comme un fléau sur les ménages européens. Le taux de chômage global de l'Union européenne culmine en effet, en 20 […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27 janvier 2021 France – Italie. Abandon du rachat des Chantiers de l'Atlantique par l'Italien Fincantieri.

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et son homologue italien Stefano Patuanelli annoncent l’abandon du projet de rachat des Chantiers de l’Atlantique par l’Italien Fincantieri, présenté en février 2018, qui aurait donné naissance au premier constructeur mondial de paquebots. Cette décision est justifiée par l’évolution du contexte économique, notamment dans le secteur du tourisme et des croisières, du fait de la pandémie de Covid-19. […] Lire la suite

14-18 août 2018 Italie. Effondrement d'un viaduc autoroutier à Gênes.

Le 14, le viaduc autoroutier Morandi, haut de quarante-cinq mètres, qui traverse le fleuve Polcevera à Gênes (Ligurie), s’effondre sur une longueur de plus de deux cents mètres. La catastrophe fait quarante-trois morts. Le gouvernement décrète l’état d’urgence dans la ville pour un an. Les défauts de structure de ce pont construit à la fin des années 1960 étaient connus. […] Lire la suite

9-31 mai 2018 Italie. Investiture de Giuseppe Conte à la présidence du conseil.

Le 27, Giuseppe Conte renonce à sa mission à la suite du refus de Sergio Mattarella de valider la nomination au ministère de l’Économie de Paolo Savona, favorable à la sortie de l’Italie de l’euro. Le 28, le président Mattarella charge l’économiste Carlo Cottarelli, partisan d’une politique d’austérité, de former un gouvernement technique dans l’attente de nouvelles élections. […] Lire la suite

4-12 décembre 2016 Italie. Rejet du référendum constitutionnel et démission du Premier ministre Matteo Renzi.

Le 4, les électeurs consultés par référendum rejettent par 59,1 p. 100 des suffrages les réformes constitutionnelles présentées par le gouvernement, qui visaient à réduire les prérogatives du Sénat et des régions, et à supprimer le Conseil national de l’économie et du travail – équivalent du Conseil économique, social et environnemental français. Le taux de participation est de 65,5 p. […] Lire la suite

9-16 septembre 2016 Union européenne. Sommet des Vingt-Sept à Bratislava.

Ils évoquent prioritairement les dossiers de la sécurité et de la défense, dont les conclusions sont unanimement partagées par les États membres, et n’abordent pas ceux de la relance de l’économie et de la crise migratoire. Sur ce dernier point, les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie), hostiles au principe de quotas de relocalisation des demandeurs d’asile, publient le même jour un communiqué évoquant la nécessité d’une « solidarité flexible » à ce sujet. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LE CACHEUX, Siro LOMBARDINI, Janine MENET-GENTY, « ITALIE, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-economie/